Quelques jolies antiquités chinoises

DSCN0734DSCN0735

DSCN0736DSCN0737

 

**

            La Gare de l'Ouest de Beijing

 

 DSCN0716

 

 

      **

      le  petit joueur de flûtte.

DSCN0554

La vidéo a bien été enregistrée sur Dailymotion

mais comme les autorités chinoises n'acceptent pas

le trnsfert de musiques, je la mettrai en ligne à mon retout en France.,

 

  *

 

DSCN0693

Encore une porte qui va être détruite

avec les travaux de rénovation

 

**

 

  Je boucle cette page pour éviter la pression à mon arrivée à Vladivostok. J'aime bien être strict sur la date et l'heure de la parution des nouvelles pages du blog. Cela doit tenir de ma période de vendeur du Monde quand j'attendais tous les jours la sortie du papier à 13h15, les premiers paquets partaient en side-car vers les ambassades, les administrations centrales et l'Elysée, après, c'était le tour de mon collègue du Boul' Mich' et ensuite, c'était moi. J'en recevais 100, plus une passe de 10. Pour les non spécialistes, la passe, ce sont les journaux gratuits que l'on donne au vendeur pour augmenter son salaire. C'est cette passe qui me permettait d'avoir un salaire correct. Maintenant vous savez pourquoi les vendeurs de journaux à la criée ont toujours le sourire...

 

      **

 

Mardi 23 avril 2013, 8h00 au Mc Do

  Le matin quand je rentre dans mon Mc Do local boire mon café, je suis accueilli en musique. Ça fait un choc quand l'esprit est encore tout embrumé de la nuit et vous rentrez chez Mc Do où la sono joue une musique avec force. On ne comprend pas pourquoi cette agression musicale matinale. D'après Lonely Planète, le guide touristique connu, c'est la même chose dans les transports collectifs 'long distance', ils disent que le non initié doit choisir entre son lecteur MP3 et les boules Quies. Voyager sert à constater les différences entre les peuples et, si possible, les accepter.

  Hier, j'ai découvert un autre quartier très animé « Chongwenmen », avec un vrai 'department Store' et deux grands hôtels, dont un Novotel (j'apprécie le confort des grands hôtel, les seuls endroits où les toilettes ont de la dignité). Dans Ce grand magasin, j'ai vu les prix pratiqués. A part l'alcool de riz (j'ai acheté un petit flacon qui m'a donné mal au crane (fini l'alcool de riz)). J'ai regardé avec attention le prix du poulet, produit de base ici, est cher. Plus cher qu'en France ou en Allemagne. Même les pattes de poulet sont venues à prix d'or. Le lait UHT avait un vrai succès commercial dans ce magasin. Il était vendu à partir de la palette par pack de 6 cartons. Les gens en mettaient plusieurs dans leur chariot. En ont-il marre du lait de soja ?

 

**

 

Départ pour Vladivostok

   Demain matin, je pars aux aurores pour la Russie. Je ne sais pas ce qui m'attends, mais je suis content de partir. Changer d'air me fera du bien, d'autant que la pollution menace. Hier soir, vers 17h00, la pollution est tombée sur la ville. Comme un nuage gris qui se mêle à l'air insidieusement. J'ai croisé un jeune couple d'européens qui avait déjà mis son masque chirurgicale de protection.

 

**

  Les clients de l'hôtel sont sympa avec moi.s A chaque fois que je m'installe dans le lobby avec mon ordinateur sur les genous, des gens viennent me parler. Une Chinoise de province, en stage à Pékin, est ravie de rencontrer toutes sortes d'étrangers, l'autre jour, c'était une Française de Haute Savoie de 24 ans qui ratissent l'Asie depuis des mois, hier c'était une famille de Coréens qui a installé leur quatre enfants dans le lobby pour leur faire faire les devoirs. Même en voyage, un Coréen reste fidèle à ses vJe me suis sorti à 6h pour aller à la gare centrale de Beijing. La rues étaient largement souillées de détritus divers. Pendant la journée, c'est nicket. C'est vrai que les nombreux balayeurs avec leur triporteur/poubelle font bien leur boulot pendant la journée. Cela n'explique pas tout. Je souhaite découvrir qui le Chinois. Plutôt que de m'extasier devant les spendeurs de la grande Muraille de Chine. A propos de grande Muraille, je viens de lire que cette grande muraille n'avait aucun intérêt pour les Chinois jusqu'à récemment quand les touristes ont commencé à s'y intéresser. Aujourd'hui devant le récent engouement touriste, un business locale propère. J'ai toujours beaucoup de réticences à venir admirer ce que tout le monde admire, surtout quand ils s'agit d'oeuvres non artistiques, comme la Muraille de Chine, qui n'a d'ailleurs pas plus d'intérêt que parce qu'elle est gigantesque et elle a  nécessité des milliards d'heures de travail. J'ai visité avec intérêt la Ligne Maginot pour voir comment les soldats ont organisé leur vie à l'intérieur de cet espace. Ce n'est pas la même chose.

 

**

 

La Gare Centrale de Beijing

  Cette gare n'étant pas très éloignée de mon hôtel, je suis allé y faire une petite virée. Elle est moins impressionnante que la Gare de l'Ouest.  C'est quand même un bel édifice, mais plus classique. Toujours beaucoup de monde aux alentours. Je dis alentours parce que les voyageurs n'attendent pas leur train dans la gare mais à l'extérieur. Quand le train est affiché, les gens entrent. Comme pour la Gare de l'Ouest, on ne voit pas les trains. Seuls les voyageurs munis d'un billet peuvent y entrer. Commes les entrées sont numérotées, je pense que l'on est tout de suite sur son quai. Les voies ne sont d'ailleurs pas visibles de l'extérieur. On voit les gares mais pas les voies, ni les trains; c'est curieux.

 

  Je me suis laissé "attendrir" par un petit restau plein de monde où on servait de la soupe et des beignets. Pas de prix affiché. J'ai pensé qu'il était OK. Ma soupe était un peu bizarre, elle avait un bon goùt. J'ai payé, les serveur jovial m'a réclamé trois fois le prix attendu, vu le type d'établissement et de clientèle. J'ai montré mon mécontentement, mais guère plus. Que faire d'autre pour un vol de 5 euros (peut-être). Je me suis senti tout con pour avoir fait confiance en la bonne tronbine du serveur. Il fallait que cela m'arrive une fois.

 

**

 

Dimanche 21 avril 2013, 8h du matin.

  A la recherche de mon transport pour me rendre mercredi prochain à l'aéroport. Pas facile. Dans le sens Aéroport/ ma destination au centre ville, il n'y a pas de problème avec le bus N° 7. Par contre pour me rendre à l'aéroport, c'est mission impossible. Les bus de navette passent bien devant l'arrêt, mais comme, ils n'affichent pas leur destination, pas moyen de les identifier pour faire signe au chauffeur, lequel de son côté, ne peut pas deviner que je souhaite prendre le bus.

  Cet après-midi, je suis retourné à la gare de l'Ouest de Beijing. Même affluence qu'hier. Je ne me souviens plus combien il y a de milliards d'habitants en Chine. Mais je confirme que beaucoup de Chinois sont Pékinois. Le métro, c'est la tourmente. Les gens ne laissent pas descendre les voyageurs. C'est la bousculade à chaque arrêt. Je suis très impressionné. Sans agressivité, ils poussent pour être les premiers entrés. Par contre, de nombreuses personnes m'ont proprosé leur place assise. En France, il faut être complètement grabataire pour que quelqu'un aie ce geste. Pas ici. Les respect des personnes âgées est un des principes du grand sage chinois confucius, j'en profite.

   Il y a au moins quatre gares de chemin de fer à Beijing, je n'ai visité que la gare de l'ouest qui m'a impressionné. En venant du nord, on la voit de loin, massive et légère à la fois. C'est un édifice posé sur deux immeubles. Entre les deux cela forme une arcade. Au sommet, ont été construites deux petites maisons de style chinois qui m'ont fait sourire de plaisir. J'ai pensé au clin d'oeil de l'achitecte qui pense à faire une chose et à son contraire. Je vais y retourner pour la prendre en photo.

  Hier soir, en rentrant à l'hôtel, après mon errance dans le métro, j'avais faim, à 20h30 le petit magasin où j'achète habituellement mes pâtés aux épinards (quelque chose de vert), était encore ouvert. Il n'y avait plus de pâtés, j'ai acheté une grosse crèpe, comme du pain, cuit à étouffé sans gras, pour 2 yuan (26 cents d'euro). Ce magasin m'intrigue, d'abord parce qu'il est vraiment moins cher que les autres, il ne vend que quelques produits à base de pain, et surtout parce que l'on place l'argent dans une sorte de coupelle et quand on doit me rendre de la monnaie le vendeur saisit les billets à me rendre avec une pince. On peut se demander si c'est pour une question d'hygiène ou si cette pratique est dictée par leur culture. 

**

 

Les fouilleurs de poubelles publiques

  Les poubelles sur la voie publique sont très nombreuses à Beijing. Les fouilleurs (appellons-les comme ça) sont presque aussi nombreux. Il y en a de toute sortes, vieux, jeunes, hommes ou femmes. Hier matin, j'ai remarqué, une jeune fille, de 16, 18, peut-être. J'ai trouvé ça très dur pour une jeune nana, être contrainte de fouiller les poubelles pour vivre. J'ai failli lui donner 100 yuan (13 euros). Je suis opposer à donner de l'argent comme ça, sans justification. Si un touriste européen fait l'aumône, il n'y a pas de raison que d'autres ne le fassent pas. Cela pourrait aller plus loin aussi. On peut quand même se poser la question de la protection sociale dans ce pays. Il semble qu'il existe un problème de domiciliation en Chine. Quand on habite dans une région on ne peut pas travailler dans une autre sans autorisation. C'est compliqué. Pour un système communiste, cela surprend.

*****

****

***

**

 

 

Retour à l'accueil