L'armée américaine en proie à ses démons     

  Je n'aime pas les actes de sauvageries, qu'ils soient civils ou militaires. Pour les militaires, on évoque le stress pour justifier ces actes. Les actes de barbarie sont des comportements régressifs, indignes, qui ne peuvent être tolérés.

    Une vidéo amateur a été adressée aux autorités américaines, elle montre des soldats américains en train d'uriner sur des cadavres de présumés terroristes afghans.  Ce genre d'actions est une honte pour leurs  auteurs et pour l'armée américaine. Je repense à ce vieux monsieur, Stephane Hesse,  et son livre : "Indignez-vous". Il a raison de ne pas baisser les bras. Dans les démocratie, c'est le peuple qui est garant de l'ordre moral et des libertés. Les "blasés" qui ont tout vu,  tout entendu, sont un danger pour l'humanité. Les valeurs humanistes durement gagnées sont fragiles et, on le voit tous les jours, sont régulièrement, remises en question.  L'indifférence, c'est la mort de la société humaniste. 


      ......................................

  

 

 

 

Les Salafistes de la banlieue du Caire

Je viens d’écouter une émission d Gilles Kepel, un spécialiste du monde arabe, cet éminent spécialiste parlait aujourd’hui des résultats des élections dans une banlieue populaire du Caire, où la grande pauvreté concerne tout le monde. les habitants de cette banlieue se sentent plus concernés par ce qu'ils vont manger que par les grands principes de liberté et des droits de l'homme, dont ils n'ont jamais entendu parlé.  Ils ont massivement voté pour les salafistes et s’en remettent à eux et à l'islam pour retrouver leur dignité. Je n’essaierais pas, évidemment, de faire une synthèse de l’intervention de Gilles Kepel. J'en parle parce qu'elle m'a frappé par sa clarté. Les braves Egyptiens, tous pauvres, réclament des valeurs à portée de la main, qu'ils comprennent. La Charia, pour eux, c'est comme la bible, une valeur sacrée, une référence, le socle de la vie en société, les fondamentaux. Que cette loi soit injuste, cela ne semble pas les gêner, pour eux, le principal est ailleurs. Ils veulent manger à leur faim et retrouver un minimum de dignité au quotidien. Tant pis si les femmes se cachent le visage, les pieds et les mains, et le reste....

 

.........................

 

Vendredi 13 Janvier 2011

J’ai eu l’agréable surprise de recevoir  un commentaire dans mon blog d’une agence de voyages qui y a trouvé des informations utiles sur les transports en commun de Bangkok (page de Nov. 2011).

  Celui qui n’est jamais allé à Bangkok ne peut pas s’imaginer combien les déplacements dans la nouvelle capitale du Royaume de SIAM, sont difficiles. Les plans de la ville sont rares, le nom desl rues estindiqué en thaï, parfois elles sont traduites en anglais. Les Thaï ne connaissent pas le nom de leur rues en anglais, même les taxis sont parfois perdus (ou font semblant de l’être). Pour s'y retrouver avec les bus, c’est kif kif. Le réseau est important, mais on hésite à l'utiliser car les directions sont inscrites en thaï. On ne sait pas où ils vont. 

En Novembre dernier, j’ai fait du repérage sur les différents transports en commun de la capitale de la Thaïlande, ceux qui vont à l’aéroport international : bus et métro. J’ai décidé de porter "le résultat de mon investigation" dans le blog. Et apparemment, pour au moins une personne, ces informations ont été utiles. 

      Je savais,évidemment, que pour beaucoup de touristes, le minibus ou le taxi sont la solution la plus simple ! Pourquoi s’embêter quand on est à Bangkok pour visiter les temples ou les bars à puts? Evidemment, le Alinos, avec son petit carnet vert, à l'air d'un con, à surveiller pendant de longues minutes, les bus, les rouge, les verts, sont qui ont la clim, ceux qui ne l'ont pas.... Je ne me suis pas démonté et j’ai noté avec précisions les différents transports possibles pour rejoindre l’aéroport, à partir de Khao San Rd.

   En faisant çà, je me mettais dans les chaussures du travailleur thaï qui se rend tous les jours à son travail à l'aéroport, les travailleur qui perçoit un salaire thaï, qui vit dans un appartement thaï. Le prix que j'ai payé par les transport publics était au moins, 5 fois moins élevé, que ceux pratiqués par les agences spécialisées "tourisme".

 

..................

 

 Les nègres de la République

   On parle beaucoup, en ce moment, des discours des Présidents de notre douce France. Ils ont été écrits, pour la plupart, par des nègres littéraires [en anglais "ghost writer", écrivains fantômes  (c'est quand même mieux)]. Tout le monde connait l'existence de ces petites mains qui rédigent les discours des grands de ce monde. Je ne savais pas que Erik Orsenna (prix Goncourt 1988) a été le  nègre principal de François Mitterrand et l'auteur du fameux discours de La Baule sur les relations France/Afrique. Je trouce ça bien que les "préparateurs de discours" sortent de l'anonymat. C'est une certaine Christine Albanel qui était la fine plume de Jacques Chirac. Elle n'a pas la notoriété d'un Erik Orsenna, mais est quand même un auteur connu qui a été mise en scène au Petit théâtre de l'Odéon. Quand au Président Sarkozy, il vient de perdre un de ses plus brillants '''porte-plume''' : Daniel Carton. Il vient de jeter l'éponge avec brio, après avoir proposé deux fois le même discours. Crime de lèse-majesté.

Je me marre !

 

Retour à l'accueil