Je n'ai rien contre les grands syndicalistes. Ils sont utiles dans les négociations avec les patrons et les représentants de l'Etat. Mais ils ne me font pas rêver.
Quand les syndicalistes parlent à la télé, j'ai l'impression que je sais déjà ce qu'ils vont dire : Les propositions des patrons sont insuffisantes, voir scandaleuses. Les travailleurs sont indignés. Etc...Etc...Ce sont des groupes de pression qui font leur boulot mais  qui me fatiguent. Ils sont, je l'ai dit, utiles pour représenter les intérêts des travailleurs, mais ils ne me font pas rêver. Et j'ai besoin de croire en l'homme, j'aime les exemples. J'ai déjà parlé ici de Soeur Emmanuel, d'Ingrid Betancourt.
Et ce n'est pas le sport que me fait rêver. L'époux d'une de mes cousines -- que je salue au passage -- ne vit que par le sport. Tous les sports le font rêver. Conbien de fois ils m'a décortiqué un match de rugby ou de football, pour me  montrer la beauté de telle ou telle action....Je ne suis pas réceptif. Courir après une balle ne m'a jamais impressionné. Je trouver même ça débile. D'ailleurs je n'aime pas les jeux en général. même les jeux dits intelligent comme le Go ou les échecs.
Par contre un Grand Patron, comme François Pinault, m'impressionne. Je l'ai vu ce matin, sur France 5, c'était un documentaire sur la promotion de la libre entreprise.
Monsieur Pinault a maintenant 71 ans et à son âge il sait parler de la vie d'une entreprise et de l'art contemporain.
. Oui, certains bons Français, doivent ricaner en lisant ces lignes.  En France on n'aime pas les gens qui font  fortune en 20, 30 ans. Il y a quelque chose de louche. Gagner de l'argent est suspect dans l'Hexagone. C'est dans les gênes. Et on en est fier. Parce que c'est Français. Et les gens sont tout simplement content d'être Français. Pas d'inquiétude à avoir. Les Anglais, les Allemands, les chinois, doivent faire pareil. C'est humain. j'ai une amie 'française" qui ne s'intéresse pas au foot. ni aux autres sports d'ailleurs, mais quand l'équipe de France joue contre un autre pays, elle regarde avec une certaine excitation. PARCE QUE C'EST LA FRANCE QUI JOUE. J'aime bien ne nationalisme au ras de paquerettes...
Oui, François Pinault m'a bluffé ce matin. [il faut parler jeune] Il a parlé de l'entreprise comme  un patron américain.,. Il a reconnu qu'il était dur en affaires. Mais il faut être dur, a-t-il dit. C'est une manière de protéger l'entreprise et la développer. Les salariés peuvent-ils s'en plaindre ? Il s'intéresse à l'art contemporain et sait en parler. Il met beaucoup d'argent pour soutenir la création artistique. Dans les créations nouvelles. Pas les oeuvres reconnues du 19ième siècle - qui sont en quelque sorte un investissement, comme on pourrait investir dans la pierre ou  une belle montre suisse.
    Je trouve ça bien. C'est drôle, je m'attendris facilement devant les vies individuelles qui sont des exemples pour le gros de la troupe. En quelque sorte, ils sont devant pour tirer la charrue, comme les autres, diront les représentants des travailleurs. Peu importe, je ne cherche pas à poser le débat à ce niveau. Ce qui m'intéresse c'est la prise de décision et la responsabilité. Un peu comme un metteur en scène qui monte son premier spectacle ou un acteur qui joue pour la première fois.

                          Par contre, Monsieur Pinault ne m'a guère convaincu quand il a parlé de son fiston, maintenant à la tête de son groupe. Son fiston qui, il en est persuadé, va être à la hauteur pour continuer à faire progresser le groupe. Ce fils n'est  certainement pas plus bête qu'un autre, mais faire aussi bien que son papa quand le papa a déjà fait très bien, est une partie difficile. L'ombre du père doit être bien pesante et trop protectrice.. Je ne  pense pas que les enfants des Michelin, Dassautl, Bic, Dupont de Nemours, etc ont fait aussi bien que leurs parents.
................................................................................
il me reste, comme d'habitude, à vous souhaiter de beaux rêves.
Je ne sais pas si vous aimez vos rêves, mais, moi, j'adore les miens. Je fais, en général,  de beaux rêves. Quand j'étais marié, ma femme cherchait à connaître mes rêves. Il m'arrive toujours  de me réveiller en riant. Je me demande bien où je vais chercher toute la matière à ces rêves.
..............................................................
A propos de poésie, j'écoute toujours, en diféré, l'émission littéraire "jeux d'épreuves" sur France Culture. Quatre livres de littérature sont présentés et discutés pendant une dizaine de minutes chacun. J'aime beaucoup le soin qu'ils mettent dans le choix de mots pour décrire ce qu'il ont compris ou ressenti des textes. C'est dans ce genre d'émission que je  réalise la densité et la beauté de la langue française. Les mots, la synthaxe sont maniés avec élégance et finesse. Très agréable à entendre. Même quand je ne comprends pas, j'aime toujours.
J'ai lu ou entendu que Malraux dans sa période Brigades Internationales en Espagne faisait des interventions auprès de ses hommes.
Malraux ne parlait pas espagnol et intervenait en français. J'ai entendu dire que les hommes ''arrivaient'' à suivre ce qu'il disait grace à ses entonations de voix, ses geste, son regard, sa mèche de cheveux rebelle. Du théâtre et du bon.
Vous vous souvenez peut-être du Malraux vieillissant mais merveilleux qui a accompagné le transfert des  cendres de Jean Moulin au Panthéon. C'était de grand art.

 

Retour à l'accueil