Depuis quelques années la France est devenue une terre d'asile à de nombreux Anglais  issus de classes moyennes, venus  dans l'Hexagone trouver une douceur de vivre qu'ils n' ont plus dans leur pays.

  C'est vrai que depuis le passage de Margaret Thatcher aux commandes du pays,  quelque chose à changé dans les Iles britanniques. La course au fric est devenue le sport national. On bosse dur et on paye aussi tout plus cher. Le chat qui court après sa queue....J'ai aussi l'impression que la pauvreté est maintenant plus étendue. La protection sociale est de plus en plus réduite. Certains anglais choisisent de se faire opérer à l'étranger, en France, en Pologne ou même en Inde pour éviter les attentes de plusieurs années.

  Alors pouquoi ne pas choisir "La douce France" pour y vivre. C'est pas loin de l'Angleterre, les transports aériens sont maintenant accessibles grace au développement des aéroports régionaux et de la baisse des prix.

  Je viens de parler à des amis Anglais installés en Haute Garonne depuis trois ans. Je les ai connus à leur arrivée. Ils étaient un peu hésitants, inquiets aussi. Aujourd'hui j'ai senti que la mayonnaise avait pris : ils ont trouvé leurs marques, jusqu'à créer leur propre entreprise.

   Bravo les Rosbifs.Vous avez fait confiance aux mangeurs de grenouilles pour vivre ici une deuxième vie et c'est très bien. Les échanges européens sont la clé de voûte de la réussite européenne. N'oublions pas que des centaines de milliers de Français vivent en Angleterre. J'ai également deux amis Français qui ont créés en 1999 une crêperie dans le sud de l'Angleterre et poursuivent aujourd'hui des activités intéressantes dans le commerce.

  L'Europe se construit, se durcit aussi face à l'Amérique et les géants d'Asie et c'est tant mieux.  Pour ceux qui ne savent pas encore, j'habite en ce moment à quelques kilomètres de la Suisse et de l'Allemangne et je retourne à l'école tous les matins pour apprendre l'allemand. Je suis bien sûr trop vieux pour commencer une carrière dans le commerce international, mais j'ai encore l'âge d'échanger, de discuter avec des Européens en anglais ou en allemand (j'espère bientôt).

A bon entendeur salut


*****

****

***

**

*

Alinos

l'ami des bêtes et des moulins à vent.

Retour à l'accueil