Eclipse d'hôtel à Las Vegas !



Rien à dire aujourd'hui (31.07.08)

    Quand on a rien à dire, on ferme sa gueule !(Pierre Desproges). Je pense que cela serait une erreur de le faire.  De ne rien écrire n'est pas une option. La machine doit continuer à fonctionner. Il y a trente cinq ans , je travaillais dans un hôtel comme gardien de nuit. J'avais à cette époque une machine à écrire. Par passer le temps, j'écrivais ce qui me passait par la tête. Je ne relisais jamais. (valait mieux ! ) Dans la quantité de mots que je crachais sur la machine, certains me plaisaient, me donnaient du plaisir pour continuer. Plaisir solitaire narcissique.  Finalement, après une heure de frappe,  je me sentais mieux. Un peu comme quand on regarde un paysage. tout n'est pas beau et pourtant on regarde. A travers la banalité, on finit par trouver le détail qui fait plaisir à voir.  On cherche le détail qui fait plaisir à voir. C'est pareil avec les mots. Pour aider, il y a les ateliers d'écriture. Je n'aime pas. Je crains quelque chose. La censure peut-être, ou simplement le regard des autres, être confronter à d'autres participants de la classe. Aussi, être associé à une norme. J'ai fait ma vie seul, sans cadre ou norme scolaire. Je continue en traînant mes casseroles.
............................................
   Je me sens bien. Les travaux de la maison avancent. J'en suis à poser un bardage extérieur en bois sur les murs (aussi en bois). C'est un travail important mais agréable. J'ai acheté du bon bois, du Douglas. Ce n'est peut-être pas le meilleur, mais c'est mieux que le pin des Landes. J'aime bien travailler sur ma "cabin". Le mot américain., qui veut dire petite maison en bois, les cabins aux Etats Unis sont sont situées au milieu des bois, en bordure d'une plan d'eau où on peut pêcher et faire de la barque.

   Je repense souvent à Thoreau , le célèbre écrivain américain moraliste du 19 ième qui a construit seul sa "cabin" qui ne devait pas être plus grande que la mienne. Il y a vécu deux ans en immersion complète dans un environnement bucolique, se nourrissant de sa pêche et des légumes de son jardin. Je n'en suis pas là. Je vais faire mes courses à Lidl. Pour pas cher et ça nourrit. 
Voilà pour les considérations dérisoires de ma journée. Je vous souhaite une belle journée animée de bonnes choses.
Alinos des Lorreytos :
l'ami des bêtes et des moulins à vent


 

Retour à l'accueil