Voilà. C'est fait. Le rassemblement des vieux copains et des nouveaux. Les voisins. Les Responsables d'associations. Beaucoup de monde étaient là chez Alinosdeslorreytos pour fêter son installation dans ce charmant petit village de la Somme : Villers sur Authie. Mais ce n'était pas  que pour l'installation que les gens étaient là. Ils sont venus pour profiter d'une belle journée à la campagne. Une journée de rencontre et de convivialité.  Boire et Manger en bonne compagnie, le but de l'opération.
Des amis ont installé un magnifique burnum pour protéger le buffet et la sono ainsi que les invités en cas de pluie. Les photos parlent d'elles-mêmes. Les roses aussi étaient de la fête. Je ne dis rien sur les taupes qui ont certainement rongés leur frein avec tout le tapage au dessus de leurs têtes.  Entre voisins, la tolérance est exigée !
Voilà, c'est fait.Je me sens détendu. L'ambiance était bon enfant. Comme j'aime.  Un dimanche en famille à la campagne.
Je sens bien que les gens ont besoin de créer de nouveaux de vrais liens d'amitié avec les voisins. La dictature de la télévision commence à céder. La distraction à distance manque de souffle. On revient aux choses simples et vraies : une discussion, une blague racontées à son voisin, un verre de rouge à la main avec une tranche de saucisson et c'est le bonheur.  On passe du bon temps et c'est tout. Mais c'est là le principal.
Oui, il faut quand même organiser, récupérer le matériel et le disposer. préparer quelque chose à becter, même si les participants amènent quelque chose. Il faut faire un peu le ménage dans la maison. Un minimum...On n'est pas chez les cochons !
Ces quelques lignes seront lues par des amis qui n'ont pas pu venir. Certains ont téléphoné pendant la fête ou ont envoyé des courriels. Mais ceux qui me connaissent bien savent combien je suis fidèle en amitié. Je ne reste jamais très longtemps sans rendre visite ou donner des nouvelles. Un ami qui part n'est jamais remplacé. Il faut tout faire pour les garder le plus longtemps possible.

Je termine par le traditionnel :
""Alinos des lorreytos
l'ami des bêtes et des moulins à vent.""

On m'a demandé ce matin pourquoi ces lignes ? Je n'ai pas su trop quoi dire. Je les ai écrites la première fois en voyage en 2005, sur un courriel collectif adressé à des amis. Ce jour-là je devais être un peu plus excité que d'habitude. Les mots portaient l'émotion du moment. Elle était excessive et extravagante, l'expression devait l'être aussi. De temps en temps, aussi, j'écris : "Rock'n'roll"! C'est pareil. Ca fait encore plus excité. Plus bête aussi. (Et à mon âge ???) Que peut-on penser d'un retraité qui écrit : "Rock'N'Roll" et qui n'est ni Mick Jagger ou Johnny holiday ?
ça me fait marrer. C'est le principal. La vie est courte et en plus, si on sait l'aprivoiser, elle sait être fabuleuse et douce, excitante et dévorante, amusante, craquante.
Comme les femmes.
Quand on ne sait plus quoi dire, on dit :  "comme les femmes"  et ça marche toujours et ce ne sont pas les femmes qui s'en plaindront.


Retour à l'accueil