Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais (proverbe anonyme)

  Jérôme Cahuzac, homme fort du gouvernement, boxeur amateur redoutable et fort en gueule à l'occasion, vient de nous  faire une nouvelle  démonstration de ses talents. Il a eu le toupet de posséder un compte bancaire en Suisse (600 000 €) alors qu'il avait pour fonction, au ministère des finances, de faire la chasse au fraudeurs du fisc. De plus, pendant des mois il a eu l'aplomp de le nier devant la presse et le parlement. Le grand argentier de la République nous a demandé de faire des efforts en acceptant les mesures d'économie, pendant que lui planquait son argent en Suisse.

   Nous vivons dans un pays où les politiciens prennent des grands airs pour dénoncer la corruption et les prises illégales d'intérêts alors qu'ils estiment être eux-mêmess, au-dessus des lois. Heureusement que la presse et la justice fonctionne encore pour traquer ces voyous. Notre démocratie prend l'eau. Avant Cahuzac, il y en a eu beaucoup  d'autres épinglés par la justice : Sarkozy, DSK (pour autre chose que de la corruption, mais tout de même, exemple lamentable pour les citoyens), les avions renifleurs, l'affaire des diamants, l'affaire Elf, l'affaire Clearstream, total, Karachi, les 8500 € de cigares payé par la République à Christian Blanc....J'en ai trouvé des pages et des pages sur internet. C'est un miracle que la population ne se soit pas révoltée. Le résultat aux prochaines élections sera meurtrier. On se couche comme on fait sont lit. Le Front National est là, tapi en embuscade.

  Dans l'émission "C'est dans l'air" un chroniqueur a évoqué le mot "parjure". Il a dit qu'il serait peu-être utile qu'on introduire ce mot dans la constitution française, même si il a une origine religieuse. La notion de parjure face au mensonge me plaît assez. Je sais que cette notion n'est pas français mais anglo-saxonne. On se souvient du parjure de Bill Clinton dans l'affaire Lewinsky et plus récemment l'affaire DSK, qui s'en est sorti relativement bien à cause des mensonges Naffissatou Diallo. La justice américaine discrédite facilement un menteur, même quand les mensonges reprochés n'ont rien à voir avec l'affaire jugée (cas de Diallo). Un conseil, si vous être attrapé par la justice américaine pour quoique ce soit, dites toujours la vérité, toute la vérité, rien que la vérité ! Vous souriez, bien, cela montre que vous êtes un vrai Français, bien de chez nous.

  Le Français est roublard à souhait. Il aime bien jouer au malin devant les autorités. Ce n'est pas de l'intelligence, mais de la ruse. L'autre, celui qui dit la vérité, tout simplement, est un sot, un naïf, un niais...Je me retrouve évidemment dans cette liste, parce que je j'ai jamais apprécié raconter des salades à qui que ce soit Je garde de très mauvais souvenirs de cette qualité. Mais, comme a dit Nietzsche : "Tout ce qui ne tue pas rend plus fort".

  A ce propos, j'ai une petite histoire à raconter. Au cours d'un de mes voyages aux USA, j'ai fait une connerie à New York  au volant de ma voiture de location. En sortant du Lincoln tunnel, j'ai tourné à droite à un feu rouge, alors qu'à ce carrefour, c'était interdit. Une voiture de police m'a pris en chasse, je me suis arrêté. Je me suis expliqué, mais je n'ai pas essayé de nier les faits. Le policier est retourné à sa voiture pour rédiger le PV. Quand il est revenu avec deux PV et m'a dit de ne pas les payer. J'étais suffisamment stupéfait pour lui dire : Etes-vous vous sûr ?". Je ne les ai pas payé et on ne me les a jamais réclamé. Dans ce pays, il faut laisser l'autorité faire son boulot. J'ai mis ça sur le compte de l'esprit américain. On dit la vérité et l'autorité décide de la sanction. Ce fonctionnement m'a été confimé par mon amie américaine : dire la vérité fait partie des valeurs fondamentales de l'Amérique.

  Dans cette affaire Cahuzac, comme pour les autres affaires d'argent, il m'est vraiment pénible de savoir que ce sont les riches qui volent la collectivité, alors qu'ils ont les moyens de vivre correctement. Il  faudrait quand même chercher des explications autres que celles de l'enrichissement personnel. Comme je l'ai dit, les Français sont des combinards, des roublards. On ne manque pas de mots pour décrire ce caractère bien de chez nous. Chercher à payer moins d'impôts est un sport national. Tous les ans des magazines titrent : Comment payer moins d'impôts ?". Les différents gouvernements créent des niches fiscales pour que leur électeurs payent moins d'impôts...J'en ai trop dit sur cette dernière contrariété. Il y a des jours, j'ai envie de m'éloigner de ce monde de pourris pour vivre dans un pays, peut-être pas meilleur, mais où je ne comprendrais rien à ce qui se passe autour de moi, histoire d'éviter toute contrariété. Ce serait pas schizophrénie à moi, terminer ma vie dans une bulle, loin de tout.

 

**

 

La Chine et Vladivostok

  Les russes ont gardé mon passeport, je devrais le récupérer le lundi 7/04 avec mon visa. J'ai payé 35 €. Même si le visa est refusé, cela me coûtera quand même 35 euros. Chez les Chinois, on paye quand le visa est accepté. Cela me paraît plus convenable. Ce n'est qu'un début. J'aurai l'accasion de mesurer les différences entre la Chine de Mao et la Russie de Staline (je n'écris pas Lénine, ni Trotski, ils sont morts trop tôt pour laisser une marque dans la Russie des soviets).

  Je prends l'avion jeudi prochain (le 11/04), pour Amsterdam, de là, la compagnie KLM de transportera jusqu'à Beijing en 9h15. Il sera autour de 18h00 vendredi prochain, à mon arrivée. Je n'aurai pas de temps pour le blog.Je devrais pouvoir écrire quelque chose pour le dimanche. Comme d'habitude, je vous raconterai des petites choses sur ces quelques jours en Chine et en Russie. Je n'essaierai pas de voir le plus de choses possible. je ne supporte pas ce tourisme à grande vitesse : chercher à rentabiliser le prix de son billet. A deux ou trois exceptions près. Je voudrais voir la Muraille de Chine, la Cité Interdite et l'Opéra de Pékin, je verrai autre chose au gré de mes promenades. 

A bientôt (je croise les doigts).       

 

****

***

**

*

 

Retour à l'accueil