Blog du 04/08/12. Bonjour les amis. Je ne serai pas long cette semaine. Mon bavardage écrit passe sur un deuxième plan. Il fait trop chaud pour rester à l'intérieur. Le thermomètre marque 25° depuis une semaine. Je fais du vélo et reprends mes marches (6,5 km chaque jour). Une sortie de 1h30 depuis mon accident au genou. Je ne voudrais pas trop tirer sur la bête. A propos d'épreuves sportives. Les Olympiades ont commencé à Londres. Ouverture sur les nationalismes. Hier une jeune chinoise de 16 ans a raflé plusieurs médailles d'or en natation. Les spécialistes ont été surpris de ses performances, ils l'ont soupçonné de dopage. La Chine a vigoureusement protesté. On verra après les contrôles. A ce jour, la Chine a gagné 30 médailles et la Chine 29. Cela est très équilibré. La Chine a quand même beaucoup plus d'habitants que les USA.

~~~~~~

    Avec les 6,5 km que je m'astreins à faire tous les jours. Je me sens lauréat d'une médaille par jour. Chacun trouve sa valeur où il peut. Voilà pour le sport.  Autrement, je me sens moi aussi en congés. je vais voir les avions à l'aéroport près de chez moi. Je regarde sur internet pour trouver un billet pas cher pour faire une virée quelque part. Pour l'instant, je n'ai rien trouvé. Le mois d'Août n'est pas un mois pour voyager à bas coût. Les prix sont au plus haut. je ne blâme pas les compagnies aériennes. C'est une obligation pour elle de vendre cher l'été pour baisser leurs prix l'hiver. C'est la règle. Je vis tranquillement au jour le jour. Je suis content d'être en vie avec une santé correcte. Cette année, j'ai eu trois décès dans mes relations. Des sagesses grecques, je n'en garderais qu'une : le fameux carpe diem - "profite du jour présent". Je n'ai plus l'âge des folles espérances. Je n'attends pas de jours meilleurs. Alors de la terrasse de l'aéroport, je regarde décoller les avions pour Olba, Spit ou Naples, sans frustration.

~~~~~~

    Voici ma  contribution de blogueur pour cette semaine. Je radine. Je n'ai pas pris plus qu'une heure pour écrire ces quelques lignes, alors qu'habituellement, je bataille quatre ou cinq heures avant d'envoyer ma page. je ne suis pas né avec une stylo-bille entre les dents !  Toute ma vie je suis allé à la recherche des mots, presque un par un. Comme on ramasse les coquillages sur la plage. J'ai glané des mots en français, en anglais, en allemand, en roumain. La bataille pour les mots, pour les phrases et les idées, a été un combat quotidien. Faute d'intelligence, le travail n'a cessé d'être laborieux. Je ne pense pas avoir perdu mon temps. Je pense à Erik Orsenna et sa "grammaire est une chanson douce". Joli livre qui m'a bien aidé.

Alinosdeslorreytos : l'ami des chiens et des moulins à vent.

 

~~~~~~

 

Retour à l'accueil