[ blog du 04.12.10 ].  Je traverse une période difficile. Mon dernier séjour aux Etats Unis m'a donné des idées américaines sur les services de sécurité des supermarchés. Le magasin Géant Casino me contrarie quand l'agent de sécurité me demande de contrôler mon petit sac à dos. La semaine dernière, devant mon refus, le magasin a appelé les flics. Ils sont venus, j'ai étalé gentiment sur une table le contenu de mon sac. Je suis reparti satisfait d'avoir gêné leur système de surveillance. En discutant avec l'agent de surveillance, j'ai appris que les vols étaient nombreux; certains clients indélicats avaient  tendance à se restaurer sur place. Pas facile à matérialiser les preuves une fois que l'on a mangé le saucisson, à moins d'être pris par une vidéo de surveillance. Aujourd'hui, rebelote, le caissier du magasin Aldi de Saint Louis m'a demandé d'ouvrir mon sac. J'ai refusé. Cette fois. pas question d'appeler les flics. le caissier, qui n'a pas été élevé dans les beaux quartiers, m'a envoyé balader sous une pluie de noms d'oiseaux. J'ai protesté poliment. Je n'étais pas à la hauteur.  Les clients témoins ont été surpris, ils n'ont pas montré la moindre sympathie à mon égard.

    J'ai fait mes courses dans un certain nombre de pays, y compris l'Allemagne, la Suisse, l'Angleterre, les Etats-Unis, la Roumanie.....la Thaïlande aussi...Dans aucun de ces pays, on a procédé à une fouille systématique de mon  sac . Je suppose que dans ces pays cités, les magasins doivent aussi faire face aux vols à l'étalage. Je pense qu'ils ont des moyens de contrôles pour arrêter les voleurs, sans leur demander de vider leur sac à main quand ils passent aux  caisses. En France les clients n'ont certainement pas assez protesté contre ces contrôles humiliants, et ils ont fini par se faire.

    Je me souviens maintenant que les FNAC ont trouvé un système pour empêcher le vol de livres, qui avait pris des proportions importantes dans les années 70. Pourtant dans ces magasins, les articles de valeur sont sous clé ou bénéficient d'un dispositif anti-vol comme pour  les alcools. C'est vraiment humiliant qu'à 66 ans, on vous soupçonne de voler une boite de conserve ou une saucisse. Dans ces magasins, en plus, il n'y a rien d'autre à voler.

~~~~~~

 

  lafaette-painting.jpg

Monsieur De La Fayette

 

Le Marquis de La Fayette

Pour les romantiques, les gauchistes (même ceux qui ont mal tournés), les utopistes de tous poils, les nationalistes invétérés, les alcooliques repentis,....Ce soir 21h30  (samedi 4 décembre) sur Arte, vous pouvez regarder un documentaire "américain" sur La Fayette. Comme vous devez le savoir, si vous suivez mon blog depuis un certain temps je suis un fan de La Fayette. Comme j'ai écrit dans ma page sur lui. Je pense qu'il a raté beaucoup en rentrant en France. En Amérique, il était célébré comme un héros, une "pop star" de son temps. En rentrant en France, il a dû affronter les jaloux, les frileux, les "cartésiens", les royalistes et les républicains. Lui, critiqué, par la gauche et la droite . Lui, franc-tireur, en dehors de tous les partis et soucieux des droits de l'homme et de la souveraineté des peuples à disposer d'eux mêmes.....

Les Américains n'ont pas oublié Le Marquis de La Fayette.

~~~~~~

(commentaire d'Arte sur le film de Oren Jacoby)

    Un portrait franco-américain de celui qui, des deux côtés de l'Atlantique, fut un héraut de la démocratie américaine. Ce documentaire retrace le parcours du général de La Fayette (1757-1834), héros de la guerre d'indépendance américaine, puis figure de la Révolution française, à la lumière des relations entre ces deux jeunes nations et de leur évolution. Personnalité controversée en France à partir de 1792, cet ardent défenseur des idéaux des Lumières est qualifié, après son ralliement à l'insurrection américaine contre le pouvoir britannique, de "héros des deux mondes". Grand ami de George Washington, il tente ensuite d'adapter à la France les principes de gouvernement découverts en 1776. Fût-il un valeureux représentant du peuple ou un aventurier opportuniste, comme l'en accusèrent ses détracteurs ? Présenté du point de vue de deux personnages fictifs, l'un français, l'autre américain, le film tente de répondre de façon nuancée, en faisant revivre le général La Fayette et, à travers lui, tout un pan de l'histoire entre les deux pays

~~~~~~

   Rêve de métal. C'est le titre de l'exposition de peintures et sculptures offertes au public (encore une) par la Ville de Saint Louis.

    Au programme des peintures et des photographies de Jacqueline Bilheran-Gaillard et des sculptures de  Marie-rose Gutlebren pour les sculptures. De belles choses sur le thème du métal et de ce qu'il peut évoquer, dans ces formes les plus variées. Dans sa présentation l'artiste a rappelé ce qu'est le métal : une matière pétrie à partir de la terre et du feu.  Le rappel de Gaston Bachelard n'était pas inutile, lui, qui a cogité sur les matières qui composent notre univers, comme le feu, la terre ou l'air. Mon copain berger, Jean Marie, m'avait déjà largement briefé sur ce philosophe qui l'avait marqué.

    Les tableaux et photographies sont remarquables, intrigantes, une abstraction sournoise. On sens l'univers de désolation qui arrive, sombre, avec quelques pointes de bleu tout de même.  On regarde une photo, on est de suite pris au piège, on a envie d'en regarder une autre, puis une autre encore. Pour comprendre. Un fois le tour complet effectué, on n'a pas trouvé l'explication de cette fin du monde annoncée. L'artiste n'a pas d'explication à nous donner, elle nous offre l'image du doute et de l'horreur à venir, faisant suite à cette matière en fin de vie.

~~~~~~

                                        

Jacqueline Gaillard 1

 

 

Retour à l'accueil