Le blog du 2mai 2007 en Angleterre.

L'appartement que je devais acheter se révèle moins intéressant qu'espéré. Les voisins sont loin d'être amicaux envers un étranger. Je ne veux pas être confronté à des attaques verbales à chaque match de football : France -Angleterre ! Mais je ne désespère pas, j'ai dégoté un autre appart dans le centre de Portsmouth, cette-fois et à dix minutes a pied des centres commerciaux, de la gare SNCF et des ferries. C'est toujours un ex-Council flat  ( un ancien HLM), mais les voisins semblent plus accueillant. Alors croisons les doigts.

Je dois terminer là ,notre petite conversation du jour car mon temps internet est terminé dans le cybercafé. Une demi-heure  passe très vite.

bientôt.

........................................................................

 

Nous sommes le 3 Mai  2007, écriture automatique.

  Je me décidé de mettre en ligne ce papier sur cette période d'errance dans une  Angleterre  ensoleillée. Je ne suis pas satisfait de ce genre d'écriture de voyage, non relue ni corrigée. C'est presque de l'écriture automatique. Comme ce qu'ont les Surréalistes qui  appelaient ça de l'écriture automatique.  On livre en vrac les idées sur le papier, cela n'a pas de sens, ils pensaient livrer l'inconscient. Il fallait chaque fois un Dr Freud pour s'y retrouver. Dans les années 70 , alors que j'étais gardien de nuit dans un hôtel place de la Concorde (Résidence Mont-Thabor) j'écrivais tous les jours des pages et de pages de ce staff. A toute vitesse sur ma machine à écrire. Je me souviens bien de ces moments  d'ivresse où les crépitements de ma machine à écrire excitaient mon imaginaire. Rien de pareil avec l'ordinateur où tout se fait sans retours a la ligne bruyants. A chaque page terminée, je me sentais libéré, comme vidé. Je ne relisais jamais "ce staff" Aucun internet. La lecture n'avais aucune importance, seule l'écriture comptait. Les mots qui sortaient de derrière les fagots. Les mots cachés dans mon inconscient qui prenaient la poudre d'escampette.

  Prenez soin de vous, mes amis. La vie est quelque chose de précieux. Profitons de tous les instants. Le plaisir sera toujours au rendez-vous, au coin de la rue.

 ........

Retour à l'accueil