Le  quartier chinois vu du pont de Manhattan 



Librairie de Brooklyn qui a adopté une présentation originale de ses livres


Je ne pensais pas écrire aujourd'hui et je suis passé ce matin pour la troisième fois devant "The Family Cour". Mon sang n'a fait qu'un tour. J'ai traversé la route, je suis entré. J'ai passé les contrôles de sécurité comme pour prendre l'avion. Ils m'ont confisqué (retenu) mon appareil photo, et je suis entré. Mais où aller. J'ai suivi des gens qui sont monté au 12 étage. Arrivé au 12, je n'étais pas plus avancé. Il a fallu que je m'adresse à un policier qui m'a renvoyé vers un second et le second vers un troisième, lequel était affecté à une chambre, la 10ièm chambre. Le policier a demandé au juge son autorisation pour que j'assiste aux audiences.  permission acceptée et à peine assis. D'un signe de la main, elle m'a demandé de m'approcher. Le prévenu et sa famille n'étaient pas encore rentré mais l'avocat de la famille était déjà là, le ministère publique et tout le personnel de justice. Peut-être 10 personnes. Heureusement que j'étais propre et j'avais mis un tee-shir propre. Mais j'étais quand même en bermuda et mal coiffé....Dans une salle d'audience.  On est en Amérique. La juge voulais savoir d'où je venais car elle avait été stagiaire en France dans les années 70. Aujourd'hui, elle doit avoir entre 65 et 70. Le Juges n'aiment pas la mise en retraite, je pense. Après une conversation de quelques minutes qui faisait attendre tout le monde, je me suis rassis et là première audience a commencé.
La salle est meublée simplement, moderne, certainement comme les salles modernes française, avec bien sûr le bannière étoilée et le drapeau de l'Etat de New York. Et au fond derrière le Juge, l'inscription : IN GOD WE TRUST.
Loin d'un Etat laïque.
J'ai assisté a trois audiences. trois vols. Un ado de 13 ans, une fille de 15, suivie en psychiâtrie et un garçon d'origine latino qui ne s'est pas présenté, malade, mais sa mère était présente avec un traducteur à ses côtés. Des petits délits. J'ai quand même pu voir comment cela fonctionnait. Le procureur, l'avocat de défense, en civil, pas de tenue noire.
Les avocats se lèvent pour parler au juge mais le prévenu reste assis et il a même droit à un micro. Pour ce qu'il a à dire, cela ne vaut pas vraiment la peine. Le pauvre gamin, le tribunal, cela ne doit pas être sa tasse de thé. C'est assez décontracté. Le flic qui m'a fait entrer, va et vient dans la salle. Il boit même sa flotte à la bouteille à quelques mètres du juge qui parle. Quand la situation le nécessite le juge appelle l'avocat de la défense et le magistrat du parquet et ils discutent à voix basse, en aparté, la sténo n'écrit rien, comme au cinéma.

@@@@@@@@@



Je suis retourné mangé chez mon chinois à 2,50 dollars. Comme viande c'est du porc et du canard !
Pour ceux qui peusent faire un voyage à New York, je peux signaler que l'on peut emprunter le Manhattan Bridge pour aller directement au quartier chinois de Brooklyn. Il y a le bruit des trains, mais on arrive tout de suite au quatier chinois. Du Centre de Booklyn (Futon Street)


@@@@@@@@@@@

Voilà, il ne me reste plus qu'à mettre les trois photos autorisées par Over-blog.
Avec les meilleurs salutations du blogueur.



Le tribunal des mineurs et de la famille
de Brooklyn



Retour à l'accueil