La nuit à l'aéroport a été bonne, ponctuée de décollages et d'atterisages d'avions moyen courrier. Starbucks coffee était déjà ouvert à 6h30. J'ai bu mon café, lu le journal "USA Today qui ont fait leur première page à le star de la Pop qui vient de décéder : Michael Jackson. C'est vrai, dans son genre, il était champion. Mais pas pour moi. On ne peut être le fan de tout le monde.
J'étais à Savannah avant 8h00. J'ai pu faire des photos avec peu de lumière et avec une lumière douce du matin.J'ai pris une série de photos, vu un musée, le port et je me suis senti emporté, comme prisonnier d'un nuage de chaleur. Cette chaleur moite dont j'ai déjà parlé hier et que l'on peut sentir dans les livres de Faulkner.Je me souviens de de "lumière d'Août" avec cette chasse à l'homme qui n'en finissait pas dans cette chaleur tropicale. Je ne vais pas m'éterniser à Savannah. J'ai revu ces belles maisons, ces arbres magnifiques qui envoient leurs branches dans toutes les directions. J'ai vu les Américains de Savannah qui sont conscients de la beauté de leur ville et n'oublient pas de saluer le touriste-photographe qui vole une partie de leur patrimoine.
Savannah est belle par ses maisons vieillent d'au moins 150 ans et par ses arbres certainement aussi vieux. Mais ce n'est pas tout, il n'y a aucune maison de plus de six étages. Etrange pour l'Amérique qui aime construire en hauteur.  


portrait de femme
photographiée dans une vitrine (avec des reflets)



sans légende ni commentaire














Retour à l'accueil