Lire et Ecrire

Il y a exactement une semaine aujourd'hui qu'une charmante ophtalmologiste, aidée d'un médecin anestésiste, lui même aidé de deux infirmières, m'a opéré de la cataracte.

 Tout le monde dit que l'opération de la cataracte n'est RIEN, y compris mon pharmacien et mon médecin. Je n'en crois rien. Pour entrer au bloc, m'a quand même demandé de me laver tout le corps avec un produit désinfectant, la Betadine. Aucun microbe ne doit pénétrer dans l"oeil au moment de l'opération. Il paraît que c'est très dangereux. Une ifection nosocomiale et l'oeil pourraît être perdu ! Il y a de quoi provoquer des tremblements de terreur. Pour la petite histoire, une infirmière à éternué dans ma chambre quelques minutes avant que l'on m'amène au block...Il y a des trous dans le dispositif de sécurité.

Je vous rassure, je suis là. Pas d'infection. Pas de microbe de merde qui vous bouffe l'intérieur de l'oeil à outrance.

Malgré tout, tout ne rentre pas dans l'ordre miraculeusement. Le fait d'avoir deux yeux et un cerveau ne facilite pas le bon fonctionnement de l'acuité visuelle. Maintenant que je suis doté, à l'oeil droit d'un petit 'rideau' transparent à la place du cristalin, qui me corrige my myopie de 8 diaptries, je vois de temps en temps deux images. Pour lire et écrire et tenir en équilibre sur mes deux jambes, ou même en vélo, ce n'est pas gagné. Oui ! Même à vélo, je roule comme un débutant, à ses premiers kilomètres.

.............................................................................................................

 

Le monde extérieur a pris de la distance. Les problèmes de santé sont sources de réflexion. Je pense à moi, aux goutes qu'il me faut mettre dans l'oeil quatre fois par jour, à la coque que je dois placer la nuit pour éviter de me frotter l'oeil dans mon sommeil. Je suis comme sonné par ce souci, même si ne 'n'est rien'. C'est idiot, mais c'est comme si la vie avait ouvert une immense parenthese. Je suis dans un trou, bouffé par cet oeil qui me bouffe toute mon attention. A l'hôpital on m'a demandé d'éviter les environnements poussiéreux et de porter des charges. Je fais donc attention. Ce matin, au cours de ma marche (pour le diabète) j'ai croisé des véhicules -aspirateurs qui soulèvent inévitablement de la poussière à leur passage. Je me suis arrêté de marcher et j'ai fermé les yeux pour attendre leur passage. Je ne suis plus moi-même. Je ne me reconnais pas. Je sais qu'il faut résister et je résiste. Je deviens subitement très égoïste, ne m'intéressant qu'à ma personne. Je suis à la retraite. Cela ne gêne personne. Même le blog, je peux l'arrêter quand je veux. Je ne le ferai certainement pas. Je suis fasciné par les mots. Il faut encore voir un minimum clair pour lire et écrire. Je repense à Jean Paul Sartre qui ne voyait plus guère à la fin de sa vie, à Montherlant aussi, lui était plus dramaturge que Sartre. Les nobles placent la barre très haut. 

.............................................................................................................


La Bourse inquiète. Les vendeurs sont plus nombreux que les acheteurs et les banques, elles-mêmes, commencent à ne plus se faire confiance. Les analystes économiques se succèdent pour nous dire tout et son contraire. Preuve que ça va mal. Et moi qui ai vendu ma petite maison et placé les quelques milliers d'euros dans une banque pour payer mes voyages....Cet argent risque bien de finir dans le ruisseau. Je vais rejoindre la détresse des petits épargnants. Que faire ? Pour l'instant rien d'autre que d'attendre pour voir ce que les prochains jours, mois vont nous apporter.

L'été a été pourri, comment sera l'hiver? 

Retour à l'accueil