Halloween ou All Hallow's Eve ?

Vous devez dejà le savoir "Halloween" ou "All Hallow's Evening" ou, si vous préférez "la veille des morts sanctifiés" ou quelque chose comme ça.

Je préfère commencer mon papier de cette semaine par Halloween parce que le commémoration de la Toussaint me donne la migraine.

Halloween est une mystification dans les pays latins. Comme une farce qui amuse les petits et fait sourire les grands. Quand les enfants américains déguisés frappent aux portes des domiciles, ils se présentent comme des petits monstres. Ils disent : "Trick or Treat" (des bonbons ou un mauvais tour),  ils savent qu'ils ne font pas vraiment peur. En jouant le jeu, vous entrez dans leur mystification, et c'est ça leur grand plaisir.

 

          Maison décorée pour Halloween 2008, photographiée dans l'Etat de New York

 002 (5)

 

        ***

 

Vendredi 2 Novembre 9 heures

L'actualité.

J'ai entendu ce qui s'est dit sur les bourdes du gouvernement de Jean-Marc Heyrault. Les cafouillages de gouvernance, ça peut arriver, surtout quand on veut bien faire et vite. Dans un régime démocratique vous êtes sous la surveillance constante du peuple (d'abord de la presse) et l'opposition politique ne vous lache pas. Le moindre faux-pas et l'opposition ricane et applaudit. 

Avec la crise, ces agissements qui visent à déstabiliser les gens aux commandes ne m'amusent pas. Ce n'est certainement pas le moment de jouer des castagnettes pour gêner le joueur de flute !  Le gouvernement italien de Mario Monti a mis en place un gouvernement "technique" pour gérer la crise économique italienne dans une recherche d'efficacité et sans gaspiller de temps. C'est la bonne méthode. Le gouvernement de la France et l'opposition auraient aussi bien besoin de se focaliser sur la crise et sur ce qu'il faudrait faire pour stopper l'hémoragie, plutôt que d'entrer dans un ge-guerre d'iées et de "y-a qu'à". 

 

 

Ukraine

Ce qu'il se passe en Ukraine ne me réjouit pas. Je ne veux pas jouer aux oiseaux de mauvaise augure, mais les informations qui sortent d'Ukraine ne sont pas bonnes.

Un Etat de type totalitaire semble se mettre en place. Je ne prendrai qu'un seul exemple.

Les services secrets russes et ukrainiens ont, semble-t-il, enlevé et maltraité Leonid Razvoz, député ukrénien, il a été enlevé par des hommes masqués alors qu'il effectuait des démarches auprès du HCR de Kiev où il demandait l'asile politique. Le procédé rappelle les méthodes du KGB. La démocratie en Ukraine commence à voler en éclats. Je vais maintenant être un peu plus attentif aux infos qui sortent de ce pays. 

 

**

Le Mali

Je vois que le gouvernement malien n'a toujours pas retrouvé suffisamment d'autorité et  de moyens militaires pour chasser les groupes armés, apparentés à Al-Quaida, qui ont pris position au nord du pays. Les autorités maliennes font maintenant appel à  l'Onu et l'Union Africaine pour gérer la crise (et à l'Europe). Cela montre la faiblesse du pays. Si la souveraineté du pays est en cause à l'intérieur du Mali même. En mettant dans le coup des organismes comme l'Onu, l'Etat malien présente carrément sa démission. Je ne sais pas ce qu'en pense Monsieur Hubert Védrine (ma référence en politique étrangère), mais pour moi cela ne fait pas de doute. Comment l'Etat malien pourra-il géré l'après-crise une fois les groupes armés battus ? On va droit à la création d'un nouvel Etat au nord Mali.

 

**

 Vendredi 2 Novembre 6 heures

J'ai survécu à la fête des morts. Je n'aime pas cette cérémonie. Elle est triste et fait peur aux enfants. Il y a quelque chose de lugubre, à voir ce défilé de personnes âgées, entrant silencieusement par la petite porte des cimetières (seuls les morts ont droit à la porte à double-battant). Ils entrent, habillés de sombre, armés de leur pelle et de leur râteau, chargés d'un pied de chrysantème. Hier, même à la nuit tombée, ils étaient encore là, de leurs pas lents, ils voulaient par leur présence, rendre (peut-être) une dernière visite à leurs défunts, sachant qu'à leur tour, ils les rejoindront dans le trou caché par la pierre tombale.

 

**

 Restaurant Krishna de Bâle

J'avais remarqué un restaurant à Bâle. Il y a écrit RESTAURANT KRISHNA. Mais jamais je ne l'avais vu ouvert. L'autre jour, il était ouvert et il y avait même des clients à l'intérieur. Je me suis décidé à y entrer. Après mon expérience de Hong Kong, je me sentais confiant. Il ne m'arriverait rien. Pas plus que je n'étais prêt à entrer en religion. J'entrais pour manger, et seulement pour manger krishna.Surtout si c'est pas cher !

J'ai donc acheté un plat de ce qu'ils m'offraient : riz, des morceaux de viande en sauce et différents légumes, une belle portion, à vrai dire, avec une boisson au choix. Je reviendrai. Et pas de cérémonia,l de lavage de la main droite, etc..Pas d'hotel de dieu Krishna, non plus. La nourriture était manifestement indienne et les serveurs aussi, ils m'on parlé en anglais, sans me demander si je comprenais cette langue.

 

 

*****

****

***

**

*


 

 

Retour à l'accueil