Nous sommes vendredi, jour du poisson et du blog. Le rituel du lever est inscrit dans mes gènes. Chaque matin, je m'installe dans la journée qui commence, tranquillement, comme l'oiseau qui chante à la pointe du jour. La mécanique Alinos se met en marche, encore ensommeillée;  je sais pourtant que c'est mon heure. Aux Etats-Unis, je prenais la route sans savoir où j'irai, sans destination précise, sans concertation, ni avec moi-même, ni avec les autres . Je roulais pour rouler comme Forest Gump traversait les Etats-Unis en courant. Je roulais cherchais les espaces, les lieux, les maisons, les ponts et les routes, les forêts et les lacs.  Je suis toujours surpris quand je lis des récits de voyages où les voyageurs dressent des listes de ce qu'ils veulent visiter. Ils sont accrochés à leur guide pour rien rater. Des centaines de photos sont prises pour immortaliser leur passage.  Je viens de lire un blog écrit par des Français qui ont fait un voyage d'un mois aux Etats-Unis. A quatre, ils ont dépensé sur place, en 30 jours, 13000 euros (sans les billets d'avion) :  Voiture de location, frais d'hôtellerie et de restauration. A côté d'eux, je suis un voyageur clodo. Moi, je dépense 21€ par jour pour la voiture, plus l'essence, 10 € pour la bouffe et, mon petit luxe,  quelques nuits à l'hôtel.

   Je vous ai mis aujourd'hui de la musique interprétée par Ella Fitzgerald, j'espère que vous aimerez, elle a une voix bouleversante et quand on connaît un peu sa vie, qui est exemplaire, on l'aime  plus encore. Ces jours derniers j'ai écouté en boucle les bulletins de 8 minutes de Hubert Védrine sur les relations entre Etats sur France Culture. Je crois avoir compris son cours sur la diplomatie et les relations internationales. Quelques règles d'or à connaître pour éviter les affrontements et les guerres. On boit ça comme du petit lait. A l'entendre, les Etats devraient être capables de se parler et négocier ce qui les opposent. Ce sont là des discours apaisants, surtout en ce moment, avec les évènements de ces dernières semaines.

  Comme vous, certainement, je suis troublé par ce qu'il se passe dans les pays de la Méditerranée. J'ai toujours eu horreur des dictatures. Je devrais me réjouir de ce qu'il s'y passe. Pourtant je n'arrive pas à imaginer la fin de ces régimes religieux et autoritaires.  La religion n'est pas seulement dans la rue, elle est partout dans l'esprit des gens. J'ai vu à la télévision la fierté pour beaucoup de femmes à porter le voile. C'est du pain béni pour les fondamentalistes, j'en ai peur.

  J'ose espérer le meilleur pour tous ces peuples qui n'aspirent qu'à vivre une vie décente, comme tout le monde. 

Retour à l'accueil