Voici mon refuge pour la nuit. Un bijou.


Mardi 29 Septembre 19h00
La nuit est maintenant tombée, j'ai réussi à atteindre in extremis une superbe station d'essence avec un poste nourriture, sandwiches, boissons. Ils offrent aussi une douche aux routiers. Des informations comme celle-ci sont diffusées : "La douche N° 67 est maintenant disponible, veuillez vous diriger vers la section 3". On se croirait dans le hall d'une gare. J'ai mangé quelque chose : un gateau aux carottes et pris un coca cola de 32 oz, je ne sais pas combien ça fait en centilitre, mais c'est gras. Je n'avais pas le choix, c'était le plus petit proposé...
Ce matin, je suis allé faire un tour à Nogales (Mexique) oui, j'ai oublié de le mentionné, mais la ville de Nogales est coupé en deux depuis la vente de la province de Vera Cruz.
Nogales Mexique n'est pas terrible. Il n'y a pas grand chose à faire si on ne veut pas acheter les souvenirs mexicains ou acheter des médicaments ou encore se faire soigner les dents. J'ai regardé les bottes de cow-boys. On peu trouver des bottes pour 20 à 40 euros. Celles qui me plaisaient ne possédaient pas de fermeture éclair sur le côté pour les mettre. Je ne me vois pas batailler 10 minutes pour les mettres ou les retirer.
Je me suis mis en route pour Phoenix, la capitale de l'Arizona (I think). En route, j'ai rencontré un N ièm barrage routier. Cette fois, j'ai peut-être mal répondu au policier parce qu'il m'a demandé de me garer à côté pour une examen approfondie et une fouille du véhicule. Ils m'ont fait asseoir sous une tente(à l'ombre), sur le côté, un immense ventilateur envoyait de l'air frais.

Mercredi
Ils n'ont rien trouvé dans la voiture (je n'avais pas caché de mexicain ni aucune drogue, pas même une bouteille de bière). J'ai eu droit à une formule de politesse avant de regagner mon véhicule.
..................................................................
Teresa Leal, du comité de défense des immigrants, m'a remis quelques pages de documentation sur le mes jeunes mexicains qui perdent leur vie en tentant le passage par le désert. Je peux lire :
" 147 corps ont été trouvé dans le désert Arizona/Mexique uniquement sur un an. L'année dernière il était de 133.
33 corps ont été trouvés uniquement au mois de Juin. Sur 12 ans, l'association de défense estime à 5000 corps trouvés sur la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.
Les chiffres sont désolants. Je ne comprends pas pourquoi les Etats-Unis font autant de diffucultés pour les transferts de main-d'oeuvre alors que pour les marchandises, de nombreux accords facilitent les échanges économiques entre les deux pays (pareil pour le Canada).
Par ailleurs, en Europe on ouvre progressivement les frontières aux travailleurs, la Suisse vient d'appliquer un accord pour ouvrir ses frontières avec les pays de l'union.
Voilà les derniers commentaires d'Alinos, le blogueur des moulins à vent de l'Arizona.
Mon amie de Los Angeles vient de m'inviter à passer les derniers jours de mon voyage chez elle, j'en suis enchanté. Je ne sais pas encore où je vais aller après Phoenix. Plus à l'Est ou retour tranquille vers le Sud-Ouest pour voir des trucs que j'ai raté à l'allé. Je ne me sens pas trop d'attaque pour continuer trop longtemps dans l'Arizona. J'ai fait mon tour sur la frontière avec le Mexique, il est peut-être temps de chercher un peu de fraîcheur, de douceur....J'ai quand même acheté des lunettes de soleil...que je mets au-dessus de mes lunettes de vue. Ca fait pas terrible, mais peut importe le look, je voyage seul !


Mercredi matin 30 Septembre

J'ai passé une nuit de rêves dans ma station d'essence surper luxe. Je rêve beaucoup quand je dors en route dans la voiture. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que je me réveille toutes les heures.
Je me suis levé avant le soleil, à 4h30 j'étais déjà avec mon appareil photo pour guetter un bon "snap" à prendre. Je n'ai rien trouvé de bien intéressant. Seulement un camping-car très américano et quelques oiseaux sur un poteau électrique.
Peut importance, je suis en banlieue de Phoenix, je ne sais rien sur la ville. On verra bien.



Retour à l'accueil