mardi matin, le 29 Septembre,
J'ai rencontré Teresa Leal à Negales (ville frontière au sud de Tucson), elle fait parti d'une association de protection des Droits de l'Homme dans cette région. Elle est sur le front du soutien des droits des Mexicains qui essaient de franchir la frontière. Elle m'a parlé des jeunes qui disparaîssent aux Etats-Unis après avoir franchi la palissade. Elle m'a donné l'exemple d'un couple (voir photo du flyer) qui a été pris par le "border pétrol" (police des frontières) et a disparu par la suite. La police ne renseigne pas plus....Et qu'est-ce qu'il aurait fait d'eux. Histoire invraisemblable qui ressemble plus à ce qu'il s'est passé en Argentine sous les Colonels. Les gens qui disparaîssent quand ils sont entre les mains de la police américaine ???
Elle m'a dit que des filières maffieuses étaient très actives le long de la frontière. Elles essaient de kidnapper des jeunes pour alimenter des réseaux de prostitutions ou réclamer une rançon. Teresa Leal parle de 200 à 300 disparus par an sur la frontière entre l'Arizona et le Mexique.
L'association dont elle fait partie est reconnue par les Nations Unis, section des Droits de l'Homme. Il y a quelques années l'ONU l'a invitée à participer à un colloque sur les Droits de l'Homme à Durban en Afrique du Sud.
Teresa Leal a peu de moyens pour défendre les "perdus" de la frontières. Elle m'a communiqué ses coordonnées internet, si vous souhaitez communiquer directement avec elle :
 
              lealteresa@hotmail.com

Hier après-midi, j'ai visité le musée de Nogales, musée sur l'histoire de la région. C'est plein d'informations. Jusqu'en 1972, le musée était la caserne de pompiers, la mairie et le bureau du Sheriff, avec sa prison. J'ai ouvert des gros livres sur lesquels ont été consignés les décision du tribunal de police de 1910. Ce genre de documents se trouvent en France aux service des archives ou  la Bibliothèque Nationale. Le musée regorge de photographies, et de documents anciens qui relatent la vie locale.
Cette région est riche d'histoire.
D'abord habitée par de natives, elle a été occupée par les Mexicains, puis il y a eu la guerre avec le Mexique et en 1853, les Etats-Unis ont proposé de racheter cette région, l'achat a été conclu à Mexico le 30/12/1853 (The Gadsden purchase).
Cette région (province de Santa Cruz) est donc devenu américaine à cette date. Mais, il y a un mais. Les Mexicains et les Native-Américains n'ont jamais réellement accepté la nouvelle frontière. Les Américains ont très tôt posé des palissades et fils de fer barbelés pour contrôler les entrées et sorties : l'immigration et la contrebande, sans réel résultat de dissuasion.
A ma grande surprise et mon amusement, cette région américaine ne parle qu'espagnol. Plus je bouge dans cette province, plus je m'aperçois que les Américains "settlers", les WASP, (White Anglo Saxon Protestans) sont tous partis. Je vais essayer de rencontrer des enseignants. Je suis sûr que l'école est faite en espagnol.
Cela ne gêne pas. Je pense à la Suisse. Les cultures locales ne gênent pas tant que les valeurs fondamentales sont préservées.
J'ai vu des photos d'un régiment d'infanterie basé à Nogales, de 1912, des américains/mexicains qui sont partis, deux ans plus tard pour la France soutenir les alliés.


sur la route des ranches de l'Arizona, on trouve ceci

La nuit dernière, j'ai couché sur le parking de Quality Inn. Très tranquille.
Cette nuit, la chaleur était supportable. Ce matin, à 6 heures il faisait 60°  farenheit.J'ai mis un polaire !

Le bar de l'aéroport de Tucson : on est nourrit d'images


Une autre petite image naïve de Tucson
Retour à l'accueil