Mardi 17 décembre 7h15.

  Réglements de comptes à Las Vegas.

  Les medias relatent tous les jours les tueries à Las Vegas.  La ville est en compétition avec Marseille, elle est la capitale du jeu mais aussi des réglements de comptes. Les possibilités d'hébergement de Las Vegas sont immenses et offrent beaucoup de cachettes pour disparaître des radars de la police. Le personnel de service est certainement habtué à la discrétion contre quelques beaux billets verts. Les rencontres sont faciles ici avec tous les cafés et restaurants. Comme d'ailleurs toutes les grandes villes américaines.

  Tant que le travail fatiguera, des truants chercheront à le contourner en recherchant comment l'argent facile. Comment être riche sans travailler ? Les Mexicains, du moins ceux que je rencontre tous les jours, gagnent leurs quelques dollars à la sueur de leur front. Ils sont partout : les espaces verts, c'est eux; la construction, c'est eux; la restauration et les magasins, c'est encore eux. Ils sont partout et assurent l'entretien de la ville. On dit que les Latinos constituent la moitié de la population de Californie. Et pourtant l'Ouest américain ressemble quand même au reste des Etats-Unis. Le "melting-pot" fonctionne aussi au Nevada et en Californie. C'est beau l'Amérique !

*

Ce matin, 17 décembre

Général Thomas-Alexandre Davy de la Pailleterie 

  J'ai fini de lire la biographie du général Thomas-Alexandre Davy de la Pailleterie. Ils fallait que je sois aux Etats-Unis pour lire jusqu'au bout un livre en anglais. Pas vraiment facile avec, en plus, ma vue de près qui est maintenant déficiente. Je ne passerai plus à côté de Villers-Cotterêt sans m'arrêter pour  visiter le musée Alexandre Dumas. 

  Cette biographie est intéressante parce qu'elle donne beaucoup d'informations sur le père d'Alexandre Dumas (père) mais aussi sur l'histoire de la France révolutionnaire et napoléoniène 

*

 

Ce lundi 16, à 17h10 au Palace Station Hotel

  Quel drôle de journée. Vers 16h je suis sorti de l'hôtel pour prendre mon café de l'après-midi chez le Mc Do du coin au 2650 W Sahara. Je me suis arrêté au feu de la W Sahara pour attendre l'autorisation de traverser pour les piétons. A ma gauche, un jeune Black sur un petit vélo attendait aussi. Il était bien sapé. Il m'a demandé 0,50 $ que je lui ai refusé. A ma droite un type s'est avancé en titubant, son accoutrement et son visage rougeot, laissaient croire qu'il avait son compte. Je n'ai pas trop tourné la tête.

  Je traverse l'avenue et rentre au Mc Do. Je commande mon café à une jeune fille sympathique qui me demande d'où je viens.  Je réponds et je lui renvoie la question. Elle me dit qu'elle est d'ici. Je commence à croire que tous les employés Mc Do sont mexicains ou afro-américains. je m'assois pour boire mon café et lire quelques pages de mon livre sur le Général Dumas. Je vois un jeune Black avec des cahiers devant lui. Je l'interpelle avec quelques mots d'encouragement. Il me sourit. Voilà que le monsieur titubant et rougeot arrive et s'assoit sans rien consommer. Ma serveuse sympathique se déplace et lui parle. Il n'a pas un comportement d'un homme saoul, plutôt d'un homme qui va mal. Je vais discrètement au comptoir pour dire que si ce monsieur demande à manger, je paye ce qu'il prendra. Elle me répond qu'il n'a pas demandé à mangé mais qu'il a quelque chose à l'oeil.Quelques minutes après des ambulanciers s'avancent vers le monsieur qui ne semblait pas surprit de les voir arriver. J'ai entendu parler "oeil infecté t qu'il doit aller à l'hôpital". Je n'ai pa trop le temps de me remettre dans mon livre quand mon voisin de gauche, l'élève studieux qui fait ses devoirs, me demande 5 dollars,  je les lui donne. Il va au comptoir, se fait servir quelque chose et revient, avec un large sourire, me dit " thank you ". Quelle journée !

*

21H45 dimanche à Las Vegas

  Je sors d'une heure trente de cinéma sur mon ordinateur. Vous l'avez compris, j'ai visionné un film que j'aime et que j'ai trouvé à Las Vegas, c'est "Sister Act 2" un film de Bill Duke avec Whoopi Goldberg. Vous devez connaître ce film. C'est l'histoire d'une chanteuse de Las Vegas qui se réfugie (dans un premier film) dans un couvent de soeurs catholiques pour échapper à un méchant monsieur. Dans un deuxième film (Sister Act 2 ), les soeurs font appel à elle pour sauver leur école. Elle accepte sans enthousiasme et réussi a sauver l'école en mettant en place une chorale avec les élèves très perturbateurs. C'est une jolie histoire que l'on voudrait bien voir dans la réalité. On a besoin de ces rêves pour ne pas désespérer de la condition humaine. Ce qui me plaît aussi dans ce film, c'est l'usage  qui est fait du livre de Rilke "lettre à un jeune poète". Les livres cités dans les films sont assez rares. 

*

Dimanche 15 décembre 17h45

  J'ai changé d'hôtel. Je suis au Palace Station Hotel/courtyard. Je viens de rajouter courtyard parce que le Palace Station proprement dit est le grand bâtiment où les chambres sont (paraît-il) plus confortables. Moi, je suis dans une annexe à côté. c'est moins cher et c'est moins bien. Pas de baignoire mais une douche. Je ne me plains pas. C'est encore mieux qu'un IBIS en France. Quand on passe d'un parking à une chambre d'hôtel, on n'a pas les moyens de jouer aux grands seigneurs. 35 € par jour, cela reste encore abordable et à ce prix, j'ai internet dans la chambre.

A chaque fois que je détaille les chambres où je réside en voyage, je me demande si cela sert à quelque chose, si quelqu'un va se décider pour Las Vegas suite à mes lignes dans le blog. Jusqu'à présent, je n'ai pas reçu de retours...

*

The Americain Grand cheer and dance Championship.

  Ce matin, il n'était pas encore 7 h, quand j'ai croisé au Mirage des Cheer Girls qui  préparaient dans les couloirs leurs compétition de la journée. Quel professionnalisme, ces Américains ! On ne fait pas les choses à moitié dans ce pays. Que penser de ces petites filles qui parfois n'ont pas plus de 5 ou 6 ans, déjà occupées à leur échauffement pour préparer correctement leur prestation. C'est peut-être ainsi que l'on deviendra une star d'Hollywood ou une danseuse de cabaret de Las Vegas ? J'ai cherché pour voir si Marilyn Monroe a été Cheer Girl. Non, elle n'a pas eu cette chance là, sa famille était bien trop éclatée pour supporter la rigueur de ces entraînements intensifs.

Les matins sont fait pour le travail. Les enseignants le savent bien et essayent de faire cours le matin. Les media aussi. France culture regroupe ses programmes politiques et économiques le matin. Les soirées sont culturels au sens large.

 

*

    Nous sommes le mercredi 11 décembre et il est 15 heures. J'ai passé ma journée à ne rien faire de bien intéressant. Je ne devrais pas dire cela sèchement  car j'ai surtout fait de la voiture. J'aime conduire ma superbe auto américaine.  J'utilise mon GPS américain, mais je roule aussi à l'aveuglette dans les rues de Las Vegas. Je suis à la recherche de l'insolite, de ce qui provoquera en envie de m'arrêter. Et je m'arrête souvent. J'aime fouiner dans les stocks des magasins de charité que l'on appelle ici Thrift Stores. Ils sont nombreux ici. On y trouve de tout même de la nourriture. J'ai acheté un blouson pour quelques dollars. Je regrette que nous n'ayons pas ce genre de magasins en France (ils sont aussi très nombreux en Angleterre). Ce serait intéressant de chercher pourquoi. Le Secours Populaire de Saint Gaudens (Haute-Garonne) avait un magasin de fripes où les dons étaient revendus à bas prix. Le magasin n'avait pas de vitrine et recevait les acheteurs qu'une fois par semaine. Il ne faillait pas faire concurrence aux commerces locaux. Est-ce la seule raison?

      *

  Ces derniers jours, je lis un livre en anglais de Tom Reiss, "the black count", une biographie du père d'Alexandre Dumas (qui est en fait le père d'Alexandre Dumas que l'on appelle en France le père. J'avais lu une bonne critique du livre traduit en français en début d'année. J'apprends beaucoup sur la colonisation par la France de Saint Domingue (Haïti). L'histoire des ancêtres d'Alexandre Dumas est compliquée. C'est peut-être avec un passé comme le sien que l'on devient écrivain quand on manque d'imagination. C'est ce qu'on a dit de l'auteur des "trois mousquetaires".

*

    Sinon quoi vous dire....que j'ai trouvé un buffet encore moins cher que le Orléans, c'est le "Ports O' Call buffet" du casino Gold Coast. C'est du 7,65 $ avec avec la carte de joueur et les taxes locales. Je crois que je tiens là le buffet le moins cher de Las Vegas, pour trouver mieux, il vous faudra certainement  faire la queue à la soupe populaire.  Ce n'est pas ce dollar de moins que je vais abandonné le buffet d'Orléans où l'ambiance est sympatique. Les vieux et les gens en sur-poids y sont très nombreux. Je m'amuse à voir comment ils remplissent leur assiette de nourriture. C'est incroyable, on dirait qu'ils n'ont pas mangé depuis quinze jours. Et puis au Orléans, je glisse furtivement une banane dans mon sac pour le repas du soir.

   Pour accompagner cette banane,  je me suis arrêté chez Trader Joe's acheter une bouteille de vin rouge Charles Shaw (du shiraz 2012 de Californie). C'est le vin phare des magasins Trader Joe's. Il n'est pas mauvais et ne coûte pas cher. On le trouve partout en Californie dans les magasins de la marque.  Au cours de mon achat, j'ai encore raconté quelques conneries avec le personnel. Ils sont toujours très réceptifs, ils vous accordent facilement quelques secondes d'attention pour vous écouter. Rien que pour ça, je serais capable de faire ma demande pour résider en permanence aux Etats-Unis, qui serait bien sûr refusée. Il faut être riche pour être accepté dans ce pays sans motif familial ou professionnel valable.

  Les Français n'accordent aucune attention aux inconnus, surtout dans les supermarchés. Les caissiers et les caissières vous regardent à peine, tout concentrés à faire glisser rapidement les articles sur le tapis de la caisse. Ma solitude a du bon. Je vois ainsi des détails que les Français, bien entourés, ne voient pas. Plus je voyage hors de France et moins je supporte l'esprit français.

 

*

  Mes horaires très matinaux me font croiser des travailleurs de nuit : agents de sécurité, vendeurs de babioles aux noctanbules, croupiers et employés de jeux. Ils ont tous une nuit dans les jambes, dans les bras et la tête, et malgré cette charge, ils sont encore capables de vous sourire et de vous adresser un sympatique "Good Morning" quand vous croisez leur regard. Je ne peux pas ne pas en être ému. Pareil pour se serveur de Mc Do qui me sert mon café à 5 h du matin et qui reste encore très serviable avec moi quand je lui tend mon godet pour un supplément gratuit (le fameux refill). Je ne sais pas combien ils sont payés parce que l'Etat du Nevada (I think) n'a pas signé d'accord avec les syndicats sur le salaire minimum. Je suis sensible à ces gens qui échangent quelques mots pour être convivial. Les Américains sont très forts pour parler aux inconnus. je ne sais pas d'où ils tiennent ça. L'Amérique est immense et elle l'était encore plus quand il n'y avait pas vraiment de frontière à l'Ouest. L'Etat offrait des parcelles de terre aux colons qui étaient assez éloignées les unes des autres. Il fallait vivre avec cet isolement. D'où peut-être l'habitude qu'ont les Américains à échanger quelques mots avec les voisins. Le philosophe américain Thoreau a bien décrit cette solitude américaine dans Walden en 1845. C'est drôle comme les comportements se transmettent à notre insu. En Malaisie, les gens que j'ai croisé me regardait bien différemment et là-bas, les regards sympatiques etaient rares. Dans ce pays l'étranger, l'inconnu européen n'est pas perçu comme une bonne chose dans l'imaginaire collectif malais. C'est mon vécu, il vaut ce qu'il vaut, il reste honnête et sincère.

*

 

BellagioBellagio (10)

Le Bellagio, il fait dans le classique. L'art nouveau, c'est pas sont truc.

Il est dans "le charme discret de la bourgeoisie", le film de Bunuel.

Ne pas en faire trop mais suffisamment pour qu'on nous remarque.

*

 

CENTRE COMMERCIAL      bingo Gold Coast

Une fantaisie dans un centre commercial

et une salle de 800 places pour le loto 

au casino Gold Coast

 

*

 

CENTRE COMMERCIAL (5)

Encore une vitrine...

*

 

At Noble

Une chorale de collégiens en performance

à la librairie  Barnes et Noble

 

*****

****

***

**

*

Retour à l'accueil