69

 

 

 

 

 

 

74

 

 

 

Après des semaines d'errance : les amis en Août, l'Amérique en Septembre, la maison de campagne 18 jours en Octobre.

J'ai trois semaines du journal Le Monde, des blogs et 84 courriels à lire. Je suis en retard sur tout. J'ai aussi la tête qui commence à disjoncter. Des erreurs de jugement incompréhensives. Je pense à la maladie alzheimer.  Pourquoi pas moi ? Les lecteurs du blogs seront les premiers avisés de la dégradation de mon état mental. Ce sera pas un évènement mais, en quelque sorte, un scoop. Vous verrez "en live" la maladie prendre possession de mes neurones pour les détruire une à une. Aujourd'hui, ne n'est pas brillant, alors....je m'attends au pire.  Il faut bien partir.  Je pense à Iris Murdoch, écrivain anglais mort de la maladie d'alzheimer à 79 ans. Elle ne savait plus qui elle était et passait ses dernières  journées à regarder des programmes pour enfants. La vieillesse c'est quand même pour beaucoup un retour à l'enfance. Dans le Monde du 21 Octobre, Robert Redeker (philosophe) dénonce le mythe de la retraite. Il dit que "nos concitoyens oublient facilement qu'elle est le vestibule de la mort, qu'une fois passé son âge, l'on s'efface peu à peu de l'univers des vivants à petit feu, jusqu'à l'extinction dernière".

J'ai, toutefois, des amis qui croient encore au deuxième souffle ! Ils oublient ou font semblant d'oublier leurs petits bobos ou plus pour se coltiner les jours froids de l'hiver qui arrive.

Je ne sais pas à quoi pensait Nelson Mendela pendant ses 27 années en prison ? Quand mon moral est en berne, je repense à ces gens qui ont vécu leur vie comme un combat pour le bien du plus grand nombre. Cà m'aide encoure aujourd'hui, tant qu'il me reste un peu de mémoire !

 

L'actualité.

Je suis passé un peu à côté de l'actualité des grèves. J'ai même pris la retraite à 56 ans, mais j'ai commencé à travailler et à cotiser à la caisse vieillesse à 14 ans. J'ai fait mes études secondaires par correspondance, après mes heures de boulots. J'ai eu mon compte. Je regrette quand même le monde du travail.  J'ai toujours aimé travailler et je n'ai jamais une bonne opinion des gens qui ont '"peur de se fatiguer". Les Américains n'ont pas peur du travail. Même des petits boulots. J'y ai vu des gens très âgés travailler. En France, on a tendance à les plaindre un peu vite. Garder un activité rémunérée, c'est une bonne manière d'être encore debout "sur le pont".

Je dis à peu près la même chose pour les jeunes. Scolariser "de force ou presque" des jeunes qui veulent travailler est ridicule et pas efficace. J'ai vu énormément de jeunes traîner pendant des années des des structures comme les PAIO ou les MISSIONS LOCALES en l'attente d'un stage (plus ou moins bidon), quand ils n'attendaient pas les service nationale pour enfin faire quelque chose. Ce qui est un comble.

Je suis pour commencer le travail à 14 ans si le jeune le souhaite, mettre en place une inspection du travail efficace pour éviter des abus des employeur, offrir les formations adequat pour qualifier le jeune en fonction de ses attentes et des besoins de l'entreprise. C'est pas plus compliquer que ça.

La protection de la jeunesse contre les abus des entreprise a fait plus de mal que de bien.

Plus le jeune entre tard dans la monde du travail, plus il est inquiet sur son avenir, c'est aussi vrai pour les diplômés (en dépit des apparences).

Autrement, je ne suis pas malheureux. J'ai vu beaucoup d'amis en Août. Un grand souffle de bonheur.  En Septembre, j'étais sur mon petit nuage. Plus moi-même, mais pas tout à fait un autre. J'aime l'Amérique aussi pour ça. Marcher à côté du chemin. Voir mes amis de Californie. Les Américains ne sont pas comme nous, je vous le redis. Les Français sont trop sûr d'eux, surtout les syndicalistes qui passent leur temps à se compter pour savoir si ils ont raison ! Ils croient que leur nombre leur donnent raison. Pas rapport au nombre, je ne veux pas être trop méchant, mais j'ose quand même rappeler que les Nazis pas leur nombre, ont donné du pouvoir et de l'autorité à Hitler. Je suis toujours sensible aux personnes seules comme H.D. THOREAU, ROUSSEAU ou DENIAU. Vous voyez, je mélange un peu les genres. J'aime le courageux aventurier que fût Jean-François Deniau, même genre que Malraux, un fusil en plus.

Voilà les dernières nouvelles du front. Une vie dans ces milliards de vies humaines, c'est quoi ? Les 33 mineurs chiliens bloqués pendant plus de deux mois à 600 mètres sous terre, c'est quoi ? Beau sujet de philosophie pour les élèves de terminal.

Sur ce, je vous souhaite une bonne journée.....(en France tout le monde se souhaite une bonne journée en ce moment....je ne sais pas quelle mouche a piqué mes chers compatriotes !

Une petite pensée tout de même à mes amis les chiens et à nos chers moulins à vent qui n'ont cessé de tourner pour donner la bonne farine à nos boulangers d'antant. Et les pain était meilleur que celui d'aujourd'hui  (sauf si on le paye rubis sur ongle, ce qui n'est évidemment pas mon cas).

Retour à l'accueil