L'austérité en Grèce  

  Les Grecs aiment la terre. Ils sont nombreux à posséder un petit lopin de terre où poussent des oliviers. Bien sûr, un terrain,  ce n'est pas de l'argent sonnant et trébuchant, mais tout de même, c'est un capital qui a une valeur et sur lequel il est habituel que l'Etat ponctionne un impôt. C'est le cas en France. 

  Cette opinion n'est malheureusement pas partagée par beaucoup de Grecs qui voudraient continuer à conserver leur bien sans payer aucune taxe. Les disputes entre le parlement grec et la population ont repris. Dans ce pays la tradition a du répondant. Pour faire appel au bon sens dans ce beau pays, il faut du temps, beaucoup de temps. Je pense que les Grecs regardent la télévision, il doivent bien être informés des systèmes fiscaux dans le reste de l'Europe. En France on pays des impôts sur les biens immobiliers et sur la terre, en Angleterre et en Allemagne également...Dans le cadre de l'Union Européenne, même si les Etats sont souverains sur beaucoup de domaines comme la santé ou l'éducation, il y des domaines où l'on doit fonctionner selon ce que décide Bruxelles. C'est ainsi que l'Europe accorde des aides et des financements quand c'est nécessaire.

  Je pense que les Grecs savent tout ça, mais en bons méditerranéens, ils sortent dans la rue pour montrer leur mauvaise humeur. Je dois reconnaître que les Grecs, même s'ils montrent leur ras-le-bol de toutes ces mesures économiques qui ponctionnent leur niveau de vie, tiennent le coup et encaissent assez bien le choc. Ils ont perdu en moyenne,  30% de leur niveau de vie. Chapeau les Grecs ! Je pense qu'ils ont fini (ou presque) par comprendre que la croissance de leur pays passait par là. J'ose parler de maturité politique. Ils ont fini par comprendre que l'on gère un pays comme on dépense l'argent de la famille. Cela vaut pour tout le monde : on ne peut dépenser plus que ce que l'on gagne. La nécessité fait loi.

**

Ukraine

  Ce vendredi 21 février, 8h00, les nouvelles ne sont pas bonnes. Les affrontements entre forces de l'ordre et manifestants ne cessent pas. Plus d'une centaine de morts et de nombreux blessés dont beaucoup sont soignés sur place dans des conditions aléatoires.Trois ministres des affaires étrangères de l'Union Européenne  ont été reçu par les autorités ukrainiennes, un représentant russe était aussi présent à ces réunions. Officiellement, rien n'a été décidé et les batailles de rues continuent à Kiev et ailleurs dans le pays qui commence aussi à réagir.

   Les événements me paraissent d'autant plus douloureux qu'ils sont absurdes. Je sais (d'une manière intuitive, certes) que, dans un avenir proche l'UE, la Russie et l'Ukraine vivront ensemble comme l'Union Européenne le fait aujourd'hui. Ce sont les traditions des uns et des autres et quelques petits arrangements économiques (comme la distribution du gaz russe) qui sont  la cause de ce conflit. Tout ça pourrait facilement être réglé. Et si le pays était partagé en deux, qu'est-ce que cela pourrait bien faire ? Pour comparer je me repère toujours à la Suisse qui avec ses huit millions d'habitants, a réglé depuis longtemps ses vélléités de nationalismes. Elle compte quand même 26 cantons et parlent officiellement 4 langues. Dans ce pays la démocratie semble bien se porter. Alors si il faut couper l'Ukraine en deux pour arrêter les massacres et obtenir la paix, pourquoi ne le font-ils pas ? Bien sûr, il y a d'autres raisons plus ou moins avouables. Il y a des jours pour ne pas désespérer complètement, je préfère faire plus naïf que je ne suis...

**

 La grande réconciliation

Le gouvernement français sous la houlette du Président Hollande a bien commencé une opération de séduction auprès des entrepreneurs. Elle s'est discrètement montrée au moment des voeux du Président en janvier, pour prendre toute sa dimension en Amérique dans la Silicone Valley.  Je ne connais pas vraiment le scénario, ni le titre du film, mais la mise en scène est super. Notre Président a montré son profond attachement aux entrepremeurs. Il leur a offert des cadeaux si lui revevait des fleurs (ou quelque chose comme ça). Dans la vie, tout est donnant/donnant, ne l'oublions jamais.

  Pas plus que mes compatriote, je ne connais pas la suite. Les patrons seront-ils suffisamment forts, imaginatifs et motivés pour créer les emplois tant attendus ? Je ne sais pas mais je me réjouis tout de même des nouvelles postures. J'ai toujours été un optimiste.

  Les Français ne sont pas plus c.. que les autres. Nous avons une école secondaire à la dérive, mais nos écoles d'ingénieurs sont excellentes. Les étrangers n'aiment pas notre arogance, elle gêne pour notre commerce extérieur et puis nos super vendeurs parlent mal l'anglais, il ont oublié que le français était la langue des rois (mais au 18 ièm siècle). Aujourd'hui, je suis obligé de constater que des petits pays comme les Pays Bas, la Finlande, ou la Suède parlent des langues que personne ne comprend.....Cela ne gêne en rien pour leur commerce extérieur parce qu'ils parlent très bien l'anglais. Cessons de jouer "au craneur" qui amusent les filles dans la rue  et commençons par apprendre l'anglais.

**

  A propos d'entreprenariat,  j'ai vu quelque chose en Chine que tous les visiteurs ont vu, comme moi. Aussi je ne comprends pas pourquoi les entrepreneurs français n'ont rien fait. Je m'explique : les Chinois  circulent peu à bicyclette, ils utilisent des cyclomoteurs électriques. Ce sont des engins un peu plus lourds que des vélos, mais ils roulent vite. Ils existent aussi des triporteurs qui transportent peut-être une centaine de kg. J'ai été très impressionné. Pourquoi n'avons nous pas ces cyclomoteurs en France ? Il y a là quelque chose que je ne comprends pas et je cherche l'erreur.

 

DSCN0537

 

**

Dimanche , jour du seigneur

  J'ai un copain qui me titille régulièrement sur mon refus d'entrer dans le débat sur les cultures religieuses. Je dois avouer que je ne comprends rien de ce qu'il se dit sur un dieu ou un autre. Hier matin j'ai quand même ouvert ma télé à l'heure des émissions religieuses. Une catastrophe. J'ai entendu des personnes des personnes parler de leur dieu avec sérieux et précision. Je ne supporte plus ces discours construits de toutes pièces à partir de rien. Mais ça marche. Les gens aiment le caché, le grand, l'impénétrable, le mystérieux, le sacré. Ils rêvent et se construire là-dessus. Les jeunes mariés vous le disent bien. Le mariage à l'église, c'est rien. Je suis allé à un mariage religieux en juillet dernier, j'ai dû demander quand le mariage civil s'était tenu. Seule la famille proche était présente. Une formalité. Seul le mariage religieux comptait pour eux. Il faut dire qu'il y avait à voir et à entendre. Il y avait de la musique, des discours, des assayez-vous, levez-vous, nous disait le prêtre, grand maître de la cérémonie. Pour lui, les mariés, et certainement beaucoup d'invités, leur dieu était là aussi dans cette église, pour bénir le mariage.

  Non, je ne marche pas dans la combine. Je n'ai pas besoin d'un dieu pour vivre et pour mourir. A ce propos, je rejoins le règne animal. Quand un buffle est blessé par un lion et n'a plus la force de lutter, il se couche et sait qu'il va mourir. Ni plus ni moins. Les humains voudraient bien que la vie ne s'arrête jamais. Il existe des populations qui déterrent les morts après quelques années pour les faire revenir parmi eux pour quelques jours. Faire comme si...comme si ils étaient encore vivants. C'est drôle ce refus de la mort. Les Bouddhistes pratiquent très bien cette liaison entre les morts et les vivants. Mais je veux ne rien dire contre les Bouddhistes. En Thaïlande, ils ont toujours été très gentils avec moi. Alors qu'est-ce que je peux demander de plus ? 

 

*****

****

***

**

*



 



 


Retour à l'accueil