Pas de photos. Je les mettrais dès que j'aurai réussi à le faire calmement. Ici avec un ordinateur sous Window 8 et une connexion internet dans le square de la mairie, j'abandonne la lutte.

Cannes le 15 mai 2014, à 7h00 au Mc Do.

  Je déménage, donc j'existe. C'est moins "philosophique" que le cogito, mais c'est un peu mon truc. pour les gens du show biz, c'est le buzz, le show off. Les mots anglais sont bien utiles pour exprimer ces expériences qui renouvellent nos petites vies d'humains. Sinon la quotidien par ses répétitions, bouffe notre spontanéité et notre capacité à imaginer. Depuis trois jours je suis dans le Sud pour une nouvelle aventure. Tous les quatre ans, je sens des frémissements qui me poussent à bouger. Les danseurs doivent ressentir la même chose, mais eux bougent sans se déplacer. Leur imaginaire, c'est leurs mouvements. C'est bien aussi.

  J'ai maintenant mon nouveau pied à terre à Saint laurent du Var. Un toit et pas grand chose de plus. Un sanitaire complet et un coin cuisine. je n'ai pas besoin de beaucoup. Je plains ceux qui ont beaucoup à s'occuper. Thoreau a écrit de belles choses à ce sujet dans Walden.

**

Cannes,  le Festival du cinéma.

  J'ai eu la chance de pouvoir garer ma voiture au bon endroit pour passer des nuits tranquilles. Les chambres d'hôtel sont prises d'assaut. Avec le petit budget que je consacre au Festival, je ne peux pas faire plus. Je ne me plains pas. La croisette de Cannes est spendide sous le soleil de printemps. Du pain béni pour se refaire une santé. Le matin de bonne heure,  le bord de mer est la propriété des sportifs : joggeurs, patineurs ,rollers cyclistes, etc. La journée, c'est le cinéma qui développe sa marque avec tous les piétons badgés qui courent d'une salle de projection à l'autre. Et le soir, c'est le boom-boom des soirées arosées. De quoi plaire au plus grand nombre. Même les vieux (comme ma pomme) trouvent de quoi se divertir. Etre au milieu de tous ces gens est déjà un excellent divertissement.

**

  Hier, jeudi 15 mai, j'ai vu des courts métrages et le dernier film de Céline Sciamma : Bande de filles. Film intéressant sur certaines filles de banlieue d'origine étrangère. Ce n'est pas un essai sur la banlieue, ni sur la jeunesse en rupture, c'est un film sur des filles qui vivent leur vie dans un  milieu social particulier. Film déroutant parce qu'on ne sait pas au départ à quoi s'attendre. Il s'agit bien d'un film autofiction. Il n'y a pas le JE du roman auofiction, le résultat est le même. On découvre la vie de cette bande de filles, comme vécu de l'intérieur. Céline Sciamma a ses funs. Le début avec elle qui a suivi la projection m'a renseigné sur son oeuvre. Elle a bien commenté son film et nous a livré des clés pour mieux le comprendre et l'aprécier. Un film d'auteur.

**

  Nous sommes maintenant vendredi matin. Je suis obligé de faire court. Je ne sais toujours pas où je vais me connecter pour mettre cette page sur internet. Le temps était au beau hier, et ce matin, une douce chaleur arrive jusqu'à mon restaurant Mac Donald où je suis installé. Pour un vadrouilleur isolé et solitaire, je ne vois pas mieux. peut-être New York, Hong Kong ou Las Vegas. Il n'y a pas de snobisme dans ces propos. Seuls les personnes qui ont connu la solitude comprennent facilement cela. A la semaine prochaine.

*****

****

***

**

*

Retour à l'accueil