Brigitte Bardot, Bardot...Une vieille chanson...

   Je viens de lire un livre de Brigitte Bardot : "Un cri dans le silence" publié en 2003. Je ne l'aurais pas acheté, mais trouvé dans une boîte à livres à Mandelieu, déposé certainement par quelqu'un qui voulait faire partager sont intérêt pour les écrits de  Brigitte Bardot. Notre pin-up nationale des années 60 s'est mise à l'écriture (elle a quand même écrit trois livres). Dans celui-ci, pas une seule photo d'elle à l'époque de sa splendeur. Dommage, j'aurais pu les accrocher sur la porte de mon réfrigérateur, comme cela se fait de nos jours pour plaire aux enfants. Notre Brigitte nationale n'aime pas la France, elle n'aime pas beaucoup les Français, les personnalités non plus ne  sont épargnées, Jacques Chirac et Dominique de Villepin sont touchés parce qu'ils n'ont pas voulu la guerre en Irak,  Marguerite Yourcenar, parce qu'elle lui a dédicacé un livre, Konrad Lorenz, parce qu'il aime les animaux, Stefan Zweig, parce qu'il s'est défenestré avec sa femme...

   Brigitte Bardot est fâchée avec les Français et l'écrit en utilisant des mots injurieux. J'ai quand même apprécié certains passages parce qu'ils sont amusants et relèvent de la caricature, comme :  

---  " (...) Mais toute cette boustifaille ingurgitée à tord et à travers, ça fait grossir, s'avachir, la cellulite prend possession de ces corps mous, enrobe les muscles inexistants et l'on se met à ressembler aux vaches du Salon de l'agriculture. Alors tout le bon peuple se précipite chez les diététiciens, les nutritionnistes qui leur prescriront les régimes de ceci ou de cela, sans sel, sans sucre, sans goût ni grâce, des coupe-faim, des coupe-soif, à des prix exorbitants. Les plus aisés iront en cure dans des établissements spécialisés où ils paieront des fortunes pour déguster, pour tout potage, trois carottes et deux navets cuits à la vapeur, accompagnés d'une bouteille d'eau plate. Sûr qu'après huit jours, ils auront maigri, mais leur porte-monnaie aussi ! "

   J'imagine qu'elle regrette ses années de jeunesse quand sa beauté faisait tourner les têtes. Vadim et Godard ont su faire d'elle une jeune femme révoltée contre les valeurs sectaires et bourgeoises de l'époque. Brigitte Bardot a fait sauter les tabous sexuels des gardiens de la morale religieuse des années d'après-guerre. Elle a fait progresser la libération de la femme, les ayatollah catholiques ont aussi subi une jolie défaite. Elle n'a pas été la seule à faire sauter les verrous du puritanisme religieux,  Mary Quand a aidé quand elle a ouvert sa boutique king's Road à Fulham pour vendre ses mini-jupes. Les jolies femmes ont été comblées et les hommes ravis. 

Retour à l'accueil