Je ne résiste pas à mettre une photo d'un aéroport dans le Michigan : Bishop/Flint. J'ai apprécié cet aéroport comme aucun autre. Une petite merveille.

Je ne résiste pas à mettre une photo d'un aéroport dans le Michigan : Bishop/Flint. J'ai apprécié cet aéroport comme aucun autre. Une petite merveille.

LGBT. Quèsaco. Ce matin, je lis dans le journal gratuit "20 minutes", en manchette l'accueil LGBT dans la rubrique tourisme. Surprise, surprise. Aurais-je dormi pendant ces dix dernières années? Je n'ai jamais entendu parler de LGBT. Alors quèsaco ? Pour les puristes, il est nécessaire, si on veut vraiment être correct avec les gens qui sont non-hétérosexuels, il faut décliner en : LGBTI, LGBTA, LGBTP, LGBTPO.....L est pour lesbiennes, le G est pour les gays, le B est pour les bisexuels, le T est pour les transgenre. Il existe encore d'autres sous-qualifications que je n'ai pas eu la courage de les noter, Wikipedia devrait pouvoir vous les donner. Je ne sais pas jusqu'où on va avec ces hommes et ces femmes qui ont toutes sortes d'attirances sexuelles. En fait, ils peuvent avoir les attirances sexuelles qu'ils veulent, le problème c'est qu'ils veulent que les lois suivent, les lois sur le mariages et les filiations, cela devient vite compliqué. Un vrai sac de nœud pour les juristes et le gouvernement. Bon courage à tous !

Emmanuel Macron le 19 Novembre 2017. La bonne santé de la politique d'Emmanuel Macron se maintient. En six mois de gouvernement, il a bien avancé. Il est, avec son gouvernement, sur tous les fronts : droits du travail, éducation nationale, santé, logement, économie, environnement, politique étrangère. Les analystes présents sur les medias ne savent plus où donner de la tête. Les qualificatifs élogieux pleuvent...Aujourd'hui, j'entends plus rarement qu'il est le  "Président des riches". Les personnes à faible pouvoir d'achat semblent attendre les résultats de sa politique avant d'avancer dans la protestation. Les dernières manifestations de la semaine dernière étaient un peu maigrichonnes. Les révoltés des mois passés sont restés à la maison.

   Cette semaine, il a encore joué habilement un rôle important au Liban en aidant Le Premier Ministre Saad Hariri à regagner le Liban après un exil forcé en Arabie Saoudite. Par tradition, je me risque à dire, la France aime le Liban depuis les années 20 (protectorat français et britannique).  Il n'y a pas si longtemps, en 1990,  Michel Aoun, alors chef du gouvernement intérimaire du Liban, a trouvé refuge en France.

   Le Liban est depuis longtemps une terre de conflits entre les confessions religieuses instrumentalisées par la Syrie et l'Iran. L'amalgame politique entre les différentes confessions religieuses faiblit. L'équilibre ne tient que sur un fil à entendre les spécialistes du Moyen Orient. Je me demande bien ce que Emmanuel Macron fera dans ce contexte ?

   Peut-être pourra-t-il  épargner Saad Hariri d'un attentat, comme celui qui a tué son père il y a quelques années ?

La colère des maires !

   L'administration Macron a réduit les dotations de l'Etat auprès des municipalités et les réductions de taxes d'habitation vont encore limiter un peu plus les finances locales.

   Les maires ne sont pas contents. D'accord. Mais ils oublient que le gouvernement cherche à réduire le déficit de la France pour le ramener à 3%. Indispensable pour notre sécurité. Bien sûr, les maires sont comme tous les Français moyens, ils sont d'accord pour que les autres fassent des efforts, mais pas eux. 

   Je pense que les Maires, comme les chefs d'entreprises doivent chercher à mieux gérer leur village ou leur ville. Quand l'argent vient à manquer, il peut être opportun de faire appel à des bénévoles, comme on faisait sous l'Ancien Régime pour réparer les chemins. Il est peut-être temps de chercher des bénévoles pour faire ceci ou cela dans sa commune. Pour l'aide aux devoirs, la France compte de nombreux retraités capables d'aider les enfants qui ont des difficultés. Au niveau des travaux publics, avons nous besoin de tous ces ronds-points qui nous coûtent cher ?

   Dans les communes, on pourrait faire facilement 10% d'économie sur le budget de fonctionnement pendant quelques années, le temps de remettre le budget de la France à flot.

   Je sais. Beaucoup de maires de France ne sont pas "En Marche" et sont bien contents de chercher à mettre des bâtons dans les roues de la politique du gouvernement au lieu  d'essayer d'aider à redresser la France. Qu'ils se ressaisissent, nous ne sommes plus sous la IVème  République. Depuis toutes ces années, j'entends les uns et les autres (les responsables politiques) se plaindre que cela ne va pas, qu'il faut faire plus pour sortir la France du trou... Tout ça c'est du bla-bla, quand il faut relever les manches, il n'y a plus personne.

   Allez, un effort, Mesdames et Messieurs les Maires de France !!!!

Retour à l'accueil