Si vous n'avez rien de prévu pour les prochaines vacances d'hiver, le  carnaval de Bâle est une option ., quelque chose à voir.
Si vous n'avez rien de prévu pour les prochaines vacances d'hiver, le  carnaval de Bâle est une option ., quelque chose à voir.
Si vous n'avez rien de prévu pour les prochaines vacances d'hiver, le  carnaval de Bâle est une option ., quelque chose à voir.
Si vous n'avez rien de prévu pour les prochaines vacances d'hiver, le  carnaval de Bâle est une option ., quelque chose à voir.
Si vous n'avez rien de prévu pour les prochaines vacances d'hiver, le  carnaval de Bâle est une option ., quelque chose à voir.
Si vous n'avez rien de prévu pour les prochaines vacances d'hiver, le  carnaval de Bâle est une option ., quelque chose à voir.

Si vous n'avez rien de prévu pour les prochaines vacances d'hiver, le carnaval de Bâle est une option ., quelque chose à voir.

   Lectures et écritures.

   Je me suis embourbé dans mes lectures. Depuis plusieurs jours, je lis. Je lis trop et n'importe comment. J'ai relu Gatsby le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald et d'autres choses dont un livre de Philippe Labro sur les écrivains américains de l'entre-deux-guerres. Ces lectures m'ont gêné pour écrire mon blog. Je ne devrais rien lire. Surtout aucun grand écrivain...Comme pour après un attentat, je suis frappé d'incertitudes, déboussolé. Je perds confiance en moi. Je suis à l'arrêt.  La confiance en soi est partie, elle est le nerf de la guerre. J'ai justement entendu Jack Lang le dire ce matin à la radio. J'ai lu que Hemingway avait réécrit 39 fois la fin de l'Adieu aux armes. Quand je lis un truc pareil, je me cache sous les couvertures. Combien de fois devrais-je écrire 10 lignes sur mon blog pour être un minimum présentable ?

   Je ne devrais plus lire de grands auteurs pour être tranquille, seul au monde et bien dans ma peau. Je pourrais aussi me contenter de Tocqueville, son français du XIXème m'amuse. J'aime bien Tocqueville. De son écrit sur l'Amérique, il en a fait un récit de voyage, agréable à lire. Son autre livre sur l'Ancien Régime est plus sérieux, disons plus précis. J'apprends beaucoup de choses sur la France pré-révolutionnaire. 

   Voilà. Moralité, il faut être costaud pour rester soi-même au milieu des élites. Ils sont peut-être morts mais leurs écrits sont toujours de ce monde. Les immortels, comme on les appelle.

   Je suis dans la marge, à côté des autres, les cultivés, les ignorants, les ouvriers, les employés, les humanitaires, les réglementaires...Je suis seul. Je n'appartiens à aucune communauté. Alors il m'est impossible de m'insérer quelque part. Je resterai toujours le marginal que je suis maintenant. Ce n'est pas confortable mais j'assume comme je peux. Appartenir à une organisation politique ou religieuse vous donne une bonne assise pour connaître la satisfaction d'exister. Oui, je sais que c'est superficiel, mais les gens aiment. Dans certains pays, on se doit d'avoir une religion (comme aux USA). Celui qui ne croit pas en un dieu, est un rien du tout. En écartant la nécessité d'avoir une croyance, les gens se groupent naturellement en affinités. Les artistes, les riches, les pauvres, les religieux, les nationalités, les bourgeois bo-bo, les homos, etc..etc.. Mêmes les vieux démunis et malades, on les parque dans des établissements spécialisés. Etre à part, est une épreuve. Les gens que l'on rencontre ne comprennent pas, ils ont besoin de vous classer quelque part, dans un groupement. L'individu, à part, atypique, marginal, est  insignifiant ou dangereux. Je suis inclassable, je vis dans mon monde, un peu comme les fous ou les poètes. Mais c'est pas grave. A mon âge je ne risque plus grand chose. Je repense à Bernard Tapie qui, à la sortie d'un séjour à l'hôpital, a dit qu'à son âge il devait bien s'attendre à mourir. J'ai bien aimé le ton qu'il a pris pour dire cela. Quand on a "fait sa vie" il faut accepter de fermer le livre. Il ne semblait pas craindre la mort. Combien de livres sont écrits sur la crainte de la mort ! Dément !

   Hier j'ai croisé un type à vélo sur le bord de mer. Il fumait un gros cigare. Je lui ai fait remarqué que son cigare n'allait pas l'aider à vivre centenaire. Il m'a répondu qu'à 80 ans, il ne risquait plus grand chose. Et puis, dit-il,  j'ai vécu, j'ai bien vécu. Ce cigare, je le savoure pleinement, sans inquiétude. C'était bien dit.

La Corée du Nord me fait peur.

   Les Coréens viennent d'envoyer un nouveau missile dans l'espace, celui-ci, soi-disant capable d'atteindre tous les Etats-Unis. Ne nous méprenons pas, cette menace en annonce d'autres. Un pays qui développe sur armement nucléaire au lieu de développer son économie pour nourrir sa population, est un pays à risques. Je me demande bien quelles tournures prendront les nouvelles menaces. Donald Trump n'a pas l'habitude des relations internationales, son truc c'est l'immobilier. Comme il aime à jouer les fortes têtes, on peut s'attendre à tout avec lui. Heureusement que les USA ont une administration qui pourrait, éventuellement, bloquer ce président ignorant et excessif.

   Aujourd'hui, apparemment, seule la Chine pourrait bloquer la Corée du Nord avant qu'elle ne fasse une grosse bêtise. La Chine investit un peu partout dans le monde. Je trouve ça bien pour les années qui viennent. Je ne crains pas ces investissements internationaux. Les Chine cherche à développer la planète pour se développer, elle. Le danger est ailleurs. Il est et sera global, planétaire, comme la raréfaction des matières premières, de la production d'eau potable, le réchauffement de la planète et des océans.

Retour à l'accueil