tricycle découvert au coin d'une rue à beijing [Pékin] en 2013.

tricycle découvert au coin d'une rue à beijing [Pékin] en 2013.

La Corée du Nord et les USA.

   Les spécialistes de la Corée du Nord et des USA m'ont bien l'air optimistes sur la bousculade verbale actuelle entre ces deux pays. Pour eux, ce n'est que de l'esbroufe. Je suis prêt à les croire parce que je ne peux pas imaginer un conflit nucléaire dans cette région du monde (et ailleurs).

   J'entends aussi que l'Amérique a une institution solide et ne laisserait jamais Trump appuyer facilement sur le bouton nucléaire; je veux bien le croire, mais quand même avec lui on n'est jamais vraiment sûr. La petite Corée du Nord n'a que 23 millions d'habitants mais comme sous Hitler, ils ont l'air beaucoup fanatisés, prêt à donner leur vie leur peur pays. Les fous.

   Le dictateur de la Corée du Nord me fait le plus peur, on le dit rationnel. Cela suffit pas pour me rassurer. Quand je le vois à la télévision, il me fait penser à un jeune homme qui joue avec ses joujoux atomiques comme il pourrait jouer avec des soldats de plomb. On le voit aux anges, le visage rouge d'émotion à chaque départ de missile nucléaire. Comment peut-on être aussi heureux devant une arme dévastatrice ?

   Comme je dis souvent ici, les humains aiment (surtout les hommes) aiment la bagarre,  les machines qui tuent. Une fascination pour tout ce qui donne la mort. J'ai encore entendu hier des spécialistes qui disaient qu'aucun belligérant de la guerre 14-18 ne voulait la guerre. Et pourtant ils s'y sont engagés la fleur au fusil.

24 heures à l'hosto.

   Je suis content d'être allé à l'hôpital, me faire rafistoler. Ils ont fait du bon travail (I think). Je vais partir avec une tonne de médicaments. Les Français ont la chance d'avoir à disposition des hôpitaux publics gratuits (ou pratiquement) qui réparent les blessés et soignent les malades. Une belle chose que pouvoir être soigné quand on est malade. Cela peut paraître idiot de le dire comme cela, mais rien qu'aux Etats-Unis, se faire soigner coûte une fortune, même avec une assurance santé. En Afrique, c'est l'absence de structure sanitaire qui oblige les malade ou les blessés à faire des jours de marche pour trouver un établissement. Une amie, dans les années 70 a été obligée de faire une journée de route avec 40° de fièvre dans la savane africaine avant d'arriver dans un hôpital.

    Bref, je change de registre ! Je suis maintenant à quelques jours de mon départ vers l'Asie et je n'ai toujours rien préparé. J'ai mes billets d'avion, c'est un début.

Mardi 8 Août 2017

   Cette semaine, je ne vais pas essayer de vous parler du Sud Soudan, de L'Etat Islamique ou d'un autre sujet qui pourrait vous fatiguer. Pire encore, je vais vous parler de moi ! C'est à cause de Montaigne qui parle de lui sans trop se gêner.

   Ce samedi j'ai attrapé une mini-intoxication alimentaire qui m'a cloué au lit pendant 48 heures; pas très méchante mais inquiétante parce qu'elle arrive à quelque jours de ma prochaine coloscopie. Mon pharmacie m'a mis en garde : si cela ne va pas mieux sous les 48 h, il faudra prévenir l'hôpital pour différer l'examen....Comment faire quand mon départ pour Bangkok est déjà programmé et payé pour un départ  pour le 17 août ? J'ai senti le vent tourner. Jamais encore je n'avais été obligé de renoncer à un départ. En plus de la contrariété, c'est mon porte-monnaie qui serait touché : 850 euros de billets d'avion. En huit mois, je me suis tapé deux intoxications alimentaires. la faute à pas de chance ou c'est mon organisme qui s'affaiblit ?C'est mon pharmacien qui m'a sorti de ce pétrin, il m'a prescrit une molécule miracle : le nufuroxazide 200mg. Devant la réussite du traitement, j'en ai acheté une deuxième boîte pour emporter avec moi en voyage. Il vaut mieux être prudent.

   Voilà les dernières news d'Alinos. Normalement, je prends mon avion le 17 août. je écrirai à mon arrivée à Bangkok, le samedi suivant, format carte postale, faute de temps.

    Je maintiens mes activités au mieux, tant que mon corps me le permet. C'est le lot de tout le monde, même pour les jeunes, mais eux, les chanceux, ne le savent pas.

Retour à l'accueil