Je ne parviens à échapper à la fascination qu'exerce sur moi Alex Park. Sa voix ? Sa beauté ? Sa jeunesse ? Je ne sais pas. Mais il n'est pas utile de chercher à tout expliquer. On trouve beau, on aime, ça suffit.

   Depuis le début de la semaine, on ne parle que de Emmanuel Macron et son épouse Brigitte, une vraie célébration. Je n'en reviens pas. Je suis médusé.

   Ce sont les médias qui font le buzz. Apparemment personne ne se plaint. Après une campagne électorale difficile, pour ne pas  dire douloureuse, on est dans l'après-guerre. On pense ses plaies et on admire le vainqueur. On le trouve beau, fort, courageux, intelligent, bref il a toutes les qualités. Comme le ciel est beau après l'orage ! On aime les contes de fées, un vieux truc de notre enfance, le ravissement. Une histoire effrayante qui finit bien, c'est toujours ça de pris. Hollywood en a fait son tiroir-caisse.

   Dans quelques mois, le mois de septembre sera là pour nous rappeler à l'ordre. Les mécontents seront de nouveau dans la rue. En France, il y aura  toujours des insatisfaits qui veulent être vu et entendus.  N'anticipons pas, ne parlons pas de l'hiver avant la fin de l'automne.

   Je viens de lire un mot inconnu : népotisme.

   Comme tout le monde, je connaissais le despotisme., mot malheureusement très courant, mais népotisme m'était inconnu. Si j'avais fait un peu  de latin à l'école, j'aurais su que népotisme vient du latin nepos, neveu.  Le népotisme est l'abus qu'une personne fait de son pouvoir en accordant des faveurs à sa famille. La lutte contre le népotisme fait partie des mesures que souhaite prendre Emmanuel Macron pour que notre Assemblée Nationale cesse d'être un lieu de recrutement des familles des parlementaires. Cela sera la suite de la malheureuse affaire fillon.

   Bonne mesure d'assainissement, très attendue,  de la vie publique.

Politique. La loi travail Macron.

   Je m'attends au pire. Hier soir, j'ai entendu des interventions menaçantes des syndicats. Je les soupçonne d'être en train d'affûter leurs couteaux pour la rentrée. La bataille pour les acquis sociaux s'engagera dès Septembre, après la rentrée des classes. Je connais la musique. 

   Les syndicats ne cherchent pas vraiment à composer avec le gouvernement, avec n'importe quel gouvernement d'ailleurs. Un vieux réflexe des luttes du passé je crois. La France est un peu spéciale en Europe. Les Suisses et les Allemands (il y a d'autres exemples) ne sont pas comme ça et pourtant on ne peut pas dire que leur capitalisme à eux va plus mal que le nôtre. Quand j'habitais en Alsace, je me souviens des travailleurs frontaliers heureux de travailler en Suisse où les salaires étaient plus élevés.

   Parlons de notre code du travail qui fait 3600 pages, comparé avec celui de Suisse de 60 pages seulement. Je ne crois pas que les travailleurs suisses s'en plaignent. En France, malgré les nombreuses voix qui s'insurgent contre cet ouvrage monumentale, aucun gouvernement n'a osé y toucher en profondeur de peur de déclencher une émeute. Les Papous de Nouvelle-Guinée ont leurs tabous et nous, nous avons notre Code du Travail. La honte. Je rigole jaune parce que, avec ces blocages, nous avons beaucoup de mal de nous en défaire.

   Depuis des années j'entends le même refrain : il faut vendre plus à l'export afin de réduire notre déficit commercial. Je pourrais continuer d'égrener ainsi un chapelet de bonnes raisons pour introduire plus de flexibilité dans le temps de travail, sur les salaires et la formation. Et il ne se passe pas grand chose pour éviter de voir les salariés furieux dans la rue.

    Je ne sais pas de quoi cette rentrée sera faite. je m'inquiète c'est mauvais signe.

 

Retour à l'accueil