le 29 mars 2017 à 14H00

Manuel Valls lève le voile.

   Il fallait en arriver là. Comment Manuel Valls pouvait-il rester derrière un frondeur, un ancien de ses ministres frondeurs lui ont mis des bâtons dans les roues pendant ces cinq dernières années. Valls a été obligé de sortir l'article 49-3 pour faire passer ses réformes à cause de députés comme Benoît Hamon. C'était quand même difficile d'admettre qu'il aurait pu soutenir son programme gauchiste et complètement impossible à  mettre en œuvre au sein de la dans communauté européenne.

    Voilà. J'entends sur les medias des cris de :  "traître, homme sans honneur, minable"...Tous les noms d'oiseaux possibles sont  proférés à son encontre. Les anciens du Parti Socialiste ont été achevés, ils sont à terre. Le Parti Socialiste est en ruine. Et c'est peut-être mieux ainsi. Adieu le Congrès d'Epinay. Adieux François Mitterrand, adieu la vieille garde : les anciens trotskistes, les anciens  de l'Unef,  passés au Parti Socialiste. 

   La France doit cesser d'être à la traîne du progrès économique, le progrès social passe par là. La politique du gouvernement doit soutenir l'industrie, les exportations (la France a toujours une balance commerciale déficitaire), les jeunes créateurs d'entreprises (qui sont trop souvent obligés de quitter la France pour développer leur créativité à l'étranger).  Ici, dans notre pays, nous sommes trop jacobin. On attend tout du président de la république et de l'Etat. Je sais que la France est toujours en retard d'une guerre, il grand temps de changer de braquet et cesser de ronronner.  

   Maintenant que Valls a donné le signal "voter Macron" d'autres élus suivront. Une nouvelle majorité sera élue à l'Assemblée Nationale, favorable à Macron. Je suis plein d'espoir.

Attaque terroriste  à Londres.

   On ne s'en sortira donc jamais des illuminés d'Allah aspirent à entrer au plus vite au paradis  en tuant des innocents.

   Encore une nouvelle attaque à la voiture-bélier à Londres qui a fait cette fois 4 morts et 40 blessés. Je suis dans tous mes états. Je n'arrive pas à m'habituer. L'indifférence n'est pas mon fort. Je ne comprends toujours pas l'obstination de Daesh. Massacrer les populations comme moyen de propagande, je ne comprends pas. C'est vrai, je n'ai pas lu le Coran. Il faudrait peut-être que je commence par là. J'en suis resté aux guerres de religions du 16e siècle. Enfin Daesh nous attaque. Anglais, Allemands, Espagnols et d'autres encore, sommes attaqués par des individus qui nous reprochent tout simplement d'exister comme nous sommes.

   Apparemment, ils n'aiment pas notre  démocratie occidentale. Ils doivent quand réaliser un jour ou l'autre que la France n'est pas le Yémen ou l'Iran ou l'Arabie Saoudite. Ici on n'est pas de tradition musulmane mais chrétienne. Nous on est proche de Voltaire ou de Rousseau, mais on ne connaît pas ou peu les philosophes et poètes étrangers ou arabes.

   Ici, depuis quelques années déjà, nous pratiquons (on essaie) la tolérance et la liberté d'expression. Les femmes ne sont pas des humains de deuxième catégorie, sous l'autorité obligatoire d'un homme.

    Des publications comme Charlie Hebdo ont le droit d'exister. L'église de Rome et celle d'Angleterre acceptent relativement bien d'être critiquées. Voltaire a été un des premiers philosophe a critiquer le pouvoir et la religion. Je sais, il a quand été obligé de s'exiler à Ferney pour éviter les coups Nous avons fait du chemin depuis le 18e siècle. J'aimerais que les partisans de l'islam radical comprennent que notre paix sociale, durement gagnée, doit être préservée. Dans notre pays on ne pratique plus la justice en coupant des têtes depuis 1981. Les lois islamiques ne sont pas les nôtres. Il ne faut pas sortir de Saint Cyr pour comprendre cela. (c'est ma mère qui disait cela et elle n'avait pas fait beaucoup d'études). Je sais que cela peut être difficile à comprendre mais c'est ça la France.

   La France est le pays de la gastronomie. Ici, nous aimons le bon vin, l'entrecôte façon maître d'hôtel, le sauté de veau et aussi la rouelle de porc.  Où est le problème ?

Racines et traditions en Europe.

   Je ne parviens pas à trouver un titre pour ces quelques lignes sur l'avenir de l'Europe. Comme beaucoup d'Européens convaincus, je prends des coups à chaque fois que j'entends des critiques sur l'avenir de l'Europe. Notre démocratie représentative n'aide pas. Les citoyens de chaque Etat membre sont sensibles à tout ce qui les touche, ce qui  est local. Les gens s'intéressent à ce qu'il se passe dans leur village, leur ville, leur département, leur région, leur nation....L'Europe ne les intéresse pas, trop abstrait. Pire, pour eux, l'Europe est inutile, même dangereuse pour leur avenir. Les partis populistes de chaque Etat en font de cette mauvais humeur,  leurs choux gras. 

   Pour changer les choses, il faudrait que tous les citoyens européens vivent quelques temps à l'extérieur de leur pays, dans un autre pays européen, comme le font certains étudiants européens avec les programmes Erasmus. Je ne veux pas  être désagréable avec mes concitoyens très attachés à leur village,  mais franchement rester trop longtemps franco-français  produit des comportements et des attitudes de repli sur soi. Cela fini très souvent à avoir peur des autres sans raison. Dans ces conditions la construction de l'Europe devient problématique. Pour avancer, il faudrait plus de lois économiques et sociales européennes. On gagnerait bien plus que ce que l'on perdra en "souveraineté nationale". La construction des Etats-Unis d'Amérique n'a pas été facile non plus, la guerre civile américaine de 1861 a fait beaucoup de victime. Encore une guerre de trop.

   Pour le moment, à cause de cette notion de souveraineté nationale, l'Europe ne parvient toujours pas se construire. On en est toujours à la liberté de circulation des hommes et des marchandises dans l'Union. Et même cela pose problème. La semaine dernière, les Vignerons du Languedoc pestaient encore  contre les vignerons espagnols qui leur prenaient trop  de  clientèle. Même les aides financières de la Communauté ne sont pas bien reçues.

   A un moment donné, j'ai espéré que la mondialisation économique serait une aide pour changer les mentalités. J'espérais que la nécessité d'une Europe unie et forte aiderait à faire évoluer les mentalités. Nous  en sommes loin. L'esprit européen s'effiloche. Les nationalismes reprennent force, avec eux, on parle de plus en plus de souverainetés nationales, ce qui plaît au peuple (on est quand même mieux chez soi...).

   Si l'Europe venait à exploser, la France, et bien d'autres pays de l'Union en souffriraient énormément. Les taux d'intérêt de la dette publique augmenteraient, le retour au franc feraient fondre mes économies (chèrement économisées). Notre économie ne serait pas plus forte pour autant. Et ce n'est pas tout, l'Allemagne, libérée des pays déficitaires, feraient ferait alliance avec les pays du nord comme la Hollande, l'Autriche, et d'autres...Je n'ose pas imaginer la suite.

Quelque chose de plus que de la musique,imaginez un fantôme qui se cache là entre les mots et les notes de musique. Une prestation qui ne peut être dupliquée, La magie du spectacle en live.Tous les artistes vous le diront. Il y a des jours comme ça, ils poussent leur art au maximum.

Retour à l'accueil