Mercredi 20 septembre 2016

   Il est 8 heures du matin. Je quitte Shenzhen dans le courant de la matinée pour prendre ce soir mon avion à l'aéroport de Hong Kong pour la Thaïlande. Il me faut toujours un temps fou pour rejoindre les aéroports. J'ai horreurs de départs précipités au dernier moment, courir dans le métro ou être impatient dans l'attente d'un bus qui n'arrive pas et va vous faire rater votre avion.

   Je me donne largement le temps pour rejoindre l'aéroport. Je prends aussi le temps de faire un dernier petit tour à Hong Kong, sur l'Ile. J'ai un petit serrement au coeur quand je suis sur la Rue Des Voeux.

   La consonnance française de ce nom m'a tout de suite intriguée. Une des routes les plus importantes de Hong Kong avec un nom français ? De quoi surprendre. Je me suis renseigné, ce De Voeux est le descendant d'un royaliste picard qui a émigré en Irlance puis en Angleterre. Le De Voeux de Hong Kong a été le 10 ième gouverneur de la Colonie de Hong Kong de 1887 à 1891. Indirectement il est le produit de la Révolution Française.

   J'aime le rue Des Voeux, surtout à cause de ses tramways à étage avec leur longue barre reliée au cable d'alimentation électrique. J'aime aussi leur lourd bruit de ferraille qu'ils font en se déplaçant. Ils me rappellent les tramways de Prague des années 65-68. Nos tramways modernes manquent de caractère. Ils sont aseptisés, inaudible, on les confond avec les trains TER. Les Américains ont bien fait de garder une ligne de tramway ancien à San Francisco où on peut encore voyager sur les marchepieds.

@@

Encore quelques  images de l'aéroport de Shenzhen.
Encore quelques  images de l'aéroport de Shenzhen.
Encore quelques  images de l'aéroport de Shenzhen.
Encore quelques  images de l'aéroport de Shenzhen.
Encore quelques  images de l'aéroport de Shenzhen.
Encore quelques  images de l'aéroport de Shenzhen.

Encore quelques images de l'aéroport de Shenzhen.

Mon hôtel, bien que construit dans les années 90, a posé un escalier art déco.

Mon hôtel, bien que construit dans les années 90, a posé un escalier art déco.

un couloir dans le métro.Le déco ne manque pas de panache. Si les artistes n'osent pas, qui le fera ?
un couloir dans le métro.Le déco ne manque pas de panache. Si les artistes n'osent pas, qui le fera ?
un couloir dans le métro.Le déco ne manque pas de panache. Si les artistes n'osent pas, qui le fera ?
un couloir dans le métro.Le déco ne manque pas de panache. Si les artistes n'osent pas, qui le fera ?
un couloir dans le métro.Le déco ne manque pas de panache. Si les artistes n'osent pas, qui le fera ?
un couloir dans le métro.Le déco ne manque pas de panache. Si les artistes n'osent pas, qui le fera ?
un couloir dans le métro.Le déco ne manque pas de panache. Si les artistes n'osent pas, qui le fera ?

un couloir dans le métro.Le déco ne manque pas de panache. Si les artistes n'osent pas, qui le fera ?

Les palissades de rue, créatives et pédagogues.
Les palissades de rue, créatives et pédagogues.
Les palissades de rue, créatives et pédagogues.

Les palissades de rue, créatives et pédagogues.

encore des images de rue, très belles.
encore des images de rue, très belles.
encore des images de rue, très belles.
encore des images de rue, très belles.

encore des images de rue, très belles.

Retour à l'accueil