Lundi 18 avril 2016

  Alain Finkielkraut s'est fait sortir de la place de la République, sous les insultes et les crachats, par des participants aux soirées  "Nuit Debout". 

  Pas très glorieux pour une jeunesse qui se dit ouverte au dialogue. C'est quand même plus facile de discuter avec des gens qui pensent comme vous.

  Il a été prié de quitter la place de la République comme s'il avait été reconnu ennemi public N° 1 pour un crime ou un délit.
  J'ai honte pour cette jeunesse sans qualité attachée à des valeurs non discutées, non validées. Des valeurs idéologiques à l'emporte-pièces. Je repense à la Révolution Culturelle en Chine de 1966 à 1969 quand  Mao Tsé Toung a manipulé la jeunesse pour chasser ses opposants dans son propre parti. Beaucoup d'intellectuels ont été agressés ou même assassinés sans aucune forme de procès.
  Dans quelques années, cette jeunesse reconnaitra, le sourire aux lèvres, ses conneries de la semaine dernière.
 Je repense maintenant à ce communiste, entendu à la radio, qui a dit avoir mis 30 ans pour s'apercevoir que les gens de droite pouvaient aussi être des gens respectables. 30 ans c'est beaucoup pour reconnaitre se erreurs.
  J'écoute l'émission de Finkielkraut tous les samedis matin sur France Culture. L'émission s'appelle "réplique", ce qui, en soi, exprime l'état d'esprit du producteur. C'est une émission culturelle largement ouverte aux idées et aux opinions, depuis des dizaines d'années toutes sortes de personnalités intellectuelles se sont exprimées sur cette antenne; Ce n'est pas une émission de propagande de la pensée unique. Je comprends que Finkielkraut se soit offusqué par le comportement de cette jeunesse Nuit Debout qui ne représente aucun courant de pensée. Rien qu'un conglomérat d'adolescents attardés qui braillent au lieu d'argumenter. Comme ils peuvent le faire chez eux quand ils ne sont pas d'accord avec leurs parents.
  J'ai honte pour cette jeunesse qui exprime rien d'autre qu'un profonde anxiété sur son avenir et est régulièrement opposée aux mesures sérieuses de gestion de crise proposées par les différents gouvernements, de gauche comme de droite. J'observe aussi qu'elle a écouté (j'ai lu)  religieusement, ce jour-là, place de la République, l'ancien ministre de l'économie grec  (Varoufakis) qui a été démi de ses fonctions parce qu'incapable de négocier quoique ce soit avec l'Europe, alors que la Gréce, au bout du rouleau, avec besoin de l'Europe. 
  La jeunesse de Nuit Debout qui écoute religieusement un type incapable de prendre des positions économiques réalistes pour faire face à la crise grecque. La jeunesse de Nuit Debout est à côté de la plaque. C'est malheureux. 
 Allez ! Faut bien que jeunesse se fasse...C'est idiot de dire ça, mais quand même...Je sais que dans cette jeunesse, un grand nombre d'entre eux occupera plus tard des postes à responsabilités, ils évoqueront, avec le sourire, ces tristes événements , comme un connerie de leur jeunesse...
  Je note que le journal libération qui a relaté l'événement ce matin, il s'est bien gardé d'exprimer une quelconque opinion éditoriale. Il se fait petit pour ne pas déplaire à clientèle jeune et ignorante. Pas très glorieux tout ça.
Retour à l'accueil