Les images sont toujours plus vraies que les mots. Avec les images nous voyons ces personnes entassées dans des embarcations de fortunes, sauvées in extremis par la marine italienne. D'autres informations nous informen des centaines de disparus qui ont péri en mer avant l'arrivée des secours. Nous sommes sous le choc. Comment est-ce possible ? Pourquoi une telle prise de risques ?

Nous savions que certains pays du Moyen-Orient et d'Afrique étaient en guerre, ou sous l'autorité d'un despote. Maintenant nous avons les victimes à la porte de l'Europe qui demandent assistance. 

   Il serait inhumain de ne rien faire. Mais que faire ? Accueillir tous les candidats à l'exil, y compris les pauvres qui ne sont pas menacés dans leur intégrité morale et physique ?

   Chaque Etat européen cherche à faire du mieux qu'il peut pour porter assistance à ces boat people tout en préservant son intégrité sociale et économique. C'est un challenge que chaque gouvernant doit avoir en tête.

   Dans ces circonstances, il est difficile et très problématique de prendre les bonnes décisions. Qui doit-on accueillir ? Doit-on établir des quotas, selon quels critères ? Les Australiens font çà, avec des résultats scandaleux. Des milliers de "refusés" sont pratiquement livrés à eux-même sur une île déserte dans l'attente de quoi ? Peut-on bloquer les ports de Libye d'où les migrants partent pour l'Europe.  

   Devant cette poussée massive de migrants aux portes de l'Europe, la France va devoir accepter l'accueil de plus de réfugiés. Il y aura des cris et des grincements de dents dans la population française, les discours xénophobes et racistes vont sortir de derrière les fagots et éclater au grand jour. Mais nous avons connu l'arrivée des réfugiés du Sud-Est asiatique. la France en a accueilli 120 000 et la France a survécu. Elle survivra encore cette fois-ci. 

  Ces réfugiés qui cherchent à se poser, apporteront aussi devraient leur contribution au développement du pays et à l'Europe.  J'attends beaucoup du brassage de populations. Pas seulement en Europe mais aussi dans le monde. les jeunes migrants qui débarquent en Europe vont stimuler l'économie. Sans concurrence, on vivote. Même les universitaires/chercheurs sont stimulés par les travaux d'autres chercheurs qui risquent de trouver avant eux.

Et comme chacun sait, on ne demande pas la nationalité d'un chercheur.

Ma mère disait : "C'est jamais bon de s'endormir sur ses lauriers".

******

****

***

**

*

 

Retour à l'accueil