Nous sommes le dimanche 11 mai 2015, la mairie a organisé un rassemblement en l'honneur des victimes de la tuerie de mercredi et en l'honneur (si je puis dire) de la liberté d'expression.

  Il y a beaucoup de monde des personnes sont intervenues sur une tribune improvisée, mais de loin, sans système audio adapté, on n'entendait rien de ce qu'il s'est dit. les gens chantaient la Marseillaise et on frappait dans nos mains. L'atmosphère, sous un soleil estival, était électrique. Les gens n'était pas là pour écouter un concert de rock. Je sentais bien qu'ils étaient là pour manifester leur raz-le-bol de supporter sans rien dire les tueurs qui se réclament de leur dieu Allah. 

  Notre patience a des limites. Nous avons lutté des siècles pour nos libertés, ce n'est pas maintenant que quelques barbares vont nous les retirer. Qu'ils aillent au diable, ces fous de dieu...!

  Je suis heureux de la  réation des Français qui, même si ils n'ont lu que rarement Charlie Hebdo, savent protéger leurs institutions, leurs lois et leur justice, quand ils sont en danger. Comment peut on accepter que des barbares fassent irruption dans dans des lieux publics ou privés pour massacrer des gens au nom de leur dieu Allah....! 

  Nous devons chasser ces voyous de notre paysage. Le droit aux libertés publiques n'est pas négociable.

Retour à l'accueil