Le Connecticut est un Etat très agréable à traverser. C'est calme, très boisé et rempli d'eau. La mer et des lacs magnifiques. On ne voit pas beaucoup de maisons. Elles ne sont que rarement en bordure de route. J'ai réussi à trouver Salem. Petites ville de quelques milliers d'âmes.Evidemment les sorcières n'étaient plus là. Toutes brûlées vives par les méchants fondamentalistes de l'époque. Mais cette visite m'a permis de faire la conversation avec une gentille dame américaine, d'origine allemande par sa mère (née en Allemagne). Elle m'a conduit à la mairie où j'ai rencontré des gens charmants qui m'ont donné des textes sur la dite sorcellerie à Salem. Ces conversations m'ont mis dans l'entrain de faire une deuxième visite à 30 minutes de Salem, à Plainfield. Vous ne vous souvenez certainement pas mais Louis XVI, conseillé par le marquis de Lafayette a décidé  d'envoyer un contingent de 6 000 hommes sous le commandement du Comte Rochambeau. George Washington, Commandant en chef des insurgés américains et Le Comte de Rochambeau ont tenu meeting en Juillet 1780 à Plainfield  dans une taverne qui s'appelait Eaton's Tavern, quji n'existe plus. Une plaque à été posée à son emplacement.  Ils ont décidé ensemble de la stratégie à adopter pour livrer bataille aux Anglais. Leur collaboration s'est révélée efficace et a abouti à la victoire de Yorktown en septembre 1781 qui a provoqué la fin des hostilités avec les Anglais et l'élaboration quelques années plus tard à Paris du traité de l'Indépendance Américaine.



Peintures visibles dans un corridor de la mairie de Plainfiel

Le Comte de Rochambeau est le soldat, bottes noires, pantalon blanc,et portant l'écharpe rouge de l'Ordre de Saint Louis


Une autre peinture, certainement son arrivée à la taverne. On ne voit pas George Washington, on aurait pu le reconnaître par sa taille,il mesurait au moins 1,90 mètre (6 foot 4 inches)


B
















Beverly, la voisine américaine très agréable qui m'a montré l'emplacement de la plaque qui commémore la rencontre Washington et Rochambeau en 1780


Retour à l'accueil