La campagne présidentielle prend un tour surprenant. Emmanuel Macron (qui n'est pas encore officiellement candidat à sa succession)  se fâche. Dans un entretien au journal Le Parisien, il dit qu'il a envie d'emmerder les anti-vax. Venant du Président de la République, ce commentaire a fait sursauté l'opinion publique. Voilà que Macron, Président de tous les Français, se lance dans la bataille, et, de surcroît, à quelques semaines de l'élection présidentielle.

   Je suis le premier à être épaté. Evidemment, je suis content de le voir qu'il frappe du poing sur la table. Tout le monde sait que l'épidémie pourrait être mieux stoppée si nous avions un taux de vaccinés supérieur à celui que nous avons actuellement. Ce chiffre signifie un nombre de victimes plus important, plus de morts, plus de malades du Covid avec des effets secondaires qui durent, à vie parfois. Les hésitants devant la vaccination vont-ils lâcher leurs convictions pour se faire vacciner ? Les durs et purs anti-vax ne bougeront pas. Certaines personnes adorent ne pas changer d'opinion, ils estiment que c'est une preuve d'intelligence. J'observe cela dans des régions reculées quand les gens parlent de leurs tradition avec une conviction inattaquable. Des jeunes femmes, dans certains pays, sont atrocement victimes de ces traditions. Mais revenons en France.

    Le Président s'est fâché, je pense qu'il a eu raison de le faire. Quelles seront les conséquences sur les élections ? J'imagine que les conseillers du Président ont fait leur calcul. Si il perd des voix, pourra-t-il encore gagner l'élection présidentielle ? On verra bien.

...........................................................

Le Kazakhstan.

    Beaucoup de révoltés. Le gouvernement vacille et fait appelle aux amis, la Russie et d'autres républiques de l'ancienne URSS. Que veulent les manifestants ? On ne sait pas trop. Ils veulent certainement mieux vivre, moins de corruption. 

................................................................................................

La République d'Haïti.

    Je m'inquiète pour ce pays. Il n'y a plus d'autorité, ou l'autorité ce sont les gangs qui sévissent maintenant dans tout le pays. En 2021, 950 enlèvements on eu lieu, récemment trois journalistes ont été pris dans un guet-apens, deux ont été tués. J'entends aucune information sur ce pays. Le pays n'est pas au bord de l'effondrement, il est déjà par terre. Je viens de lire la page du Ministère des Affaires étrangères. Dans Haïti, on est partout en danger. Pour les soins en cas de maladie ou d'accident, ils faut se faire soigner à l'étranger. Il n'y a plus d'Etat, le Président de la République, Jovenel Moïse, a été assassiné il y a six mois. Le Premier Ministre, Ariel Henry, qui assure les Affaires Courantes, a dit avoir été visé récemment par un attentat.

   Que fait l'ONU ? La République Dominicaine, voisine de Haïti, ne bouge pas, plus encore, elle empêche les Haïtiens qui souhaite y  trouver asile. 

    N'est-ce pas le rôle de l'ONU d'intervenir ? Le HCR intervient bien pour sauver des réfugiés individuellement, ne peut-elle pas agir pour sauver un pays tout entier ?

....................................................................................................................

 

 

Retour à l'accueil