Je me suis tordu de rire à la vue de cet animal dont le regard est stupéfiant. C'est pas possible, un regard pareil ne devrait pas exister !

Je me suis tordu de rire à la vue de cet animal dont le regard est stupéfiant. C'est pas possible, un regard pareil ne devrait pas exister !

Le cauchemar d'Haïti.

    Cela fait bien longtemps que cela dure. Haïti est ingouvernable. Les gouvernements ne tiennent pas, la foule leur donne leur vote avec enthousiasme et quelques mois plus tard, cette même foule sort dans la rue furieuse, et en veut à mort contre ces mêmes gouvernants. Et il y a les typhons et les tremblements de terre qui mènent la vie dure à ce petit territoire peuplé de 10 millions d'habitants.

    Depuis l'an 2000, j'ai compté 31 cataclysmes qui ont dévasté le pays. Durant toute l'histoire du pays les cataclysmes ont toujours détruit le pays. En juillet dernier, un commando de 28 hommes a attaqué et tué le Président haïtien, Jouvenel Moïse. Le gouvernement haïtien n'a pas été capable de commencer une enquête correcte sur mon meurtre de son président et s'est remis aux Nations Unies pour le faire à sa place.

   Haïti est un pays réduit à l'état de ruines. Il ne pourra jamais repartir seul. Ce pays a besoin d'assistance, son principal ennemi vient de l'intérieur, son incapacité à se gouverner. Un mandat de protection des Nations Unis me paraît indispensable. Même si je ne sais pas de quel mandat il pourrait s'agir. La communauté internationale doit intervenir pour empêcher l'Haïti de tomber encore plus bas. C'est toujours possible si les grands organismes humanitaires comme la banque mondiale, cessent de lui verser des aides.

   Je ne vais pas ici parler de l'humour en général, ce serait trop compliqué parce que en matière d'humour, il y aurait beaucoup à dire.

   Je ne parlerai que de mon humour. Oui, je ne sais pas comment je m'y prends, mais de temps en temps il m'arrive de dire des conneries qui font rire. Je ne me moque jamais de personnes en particulier. D'ailleurs ce genre d'humour ne m'a jamais fait rire. Pourquoi se moquer des Belges ou des Juifs ?

   La semaine dernière, j'étais invité chez des amis dans le Var pour soigner leurs animaux en leur absence.  A leur retour, au cours d'un diner, nous étions 8 à table. J'ai raconté mes impressions sur une série vue à la télévision un après-midi.

   Je n'ai pas dit grand chose, que des banalités, histoire de participer à la conversation. Ce que j'ai dit les a fait rire comme des malades. Ils se sont tordus de rire (et moi avec).

   De temps en temps, il m'arrive de faire rire. Pas un petit rire poli,  mais bien faire rire généreusement. Il paraît que c'est bon pour la santé.

   Je ne sais pas comment je m'y prends parce que je ne prévois jamais à l'avance ce que je vais dire. Je ne raconte jamais d'histoires belges, ce genre de blagues qui peuvent faire rire certaines personnes. Moi, je décris, à ma manière, des choses que j'ai vécues ou entendues, d'ailleurs ce sont souvent des situations absurdes ou dramatiques que je décris. Je ne sais pas pourquoi mais de temps en temps, ce que je dis fait beaucoup rire, quand je vois que les gens rient, je ris avec eux et je prolonge mon histoire pour les faire rire un peu plus.

   La semaine dernière, nous étions huit autour de la table, de l'âge de 18 ans à 79 ans. Tout le monde a ri quand j'ai raconté mon histoire. J'étais content. J'adore faire rire. Je me pose toujours les mêmes questions qu'est-ce qui les a fait rire ? Ils ont tous rient au même moment.

   J'ai revu récemment "Good Morning Vietnam" avec Robin William". L'histoire d'un animateur radio qui faisait rire les militaires pendant la guerre du Vietnam. Une fiction, basée sur une histoire vraie. Faire rire des types qui risquent leur peau tous les jours devait être une épreuve délicate, pas gagnée d'avance. 

   A côté de mon blog, j'écris depuis quelques mois,  mes mémoires, ( j'ai trouvé que c'était mieux d'écrire plutôt que dire mes histoires du passé. Trop de vieux emmerdent les gens avec leurs histoires d'anciens combattants).

   Dans mes mémoires, donc, j'ai décrit mes années à l'école primaire. Avec ma vie familiale compliquée de cas social, j'ai échappé au harcèlement de mes camarades de classe. Comment ai-je fait ? Je crois que j'ai construit beaucoup d'avions en papier que je distribuais généreusement, mais, aussi, je les faisais beaucoup rire. Je pense que c'est surtout cela : je les faisais rire. Ils oubliaient de s'en prendre à moi.

   Analyser ce qui fait rire est complexe. Il y a longtemps, j'avais bien lu un livre "l'humour" de Robert Escarpit (un Que Sais-Je de 1981, encore disponible dans la catégorie e-book.  Je n'ai plus le moindre souvenir de ce qu'il a écrit, mais j'aimais bien Escarpit qui tenait à l'époque la rubrique littéraire du Monde.

   Aujourd'hui, il m'arrive donc encore de faire rire. J'en suis bien aise (comme disait la Fontaine) surtout auprès des jeunes, qui sont pareils mais si différents des vieux.

Retour à l'accueil