La grande peur !

   On ne parle que de ça : Le coranavirus ou le covid-19. Il y quelque temps nous étions en guerre contre les terroristes islamistes, je pense que nous le sommes toujours - aujourd'hui nous avons ouvert un deuxième front : le coronavirus, bestiole qui attaque le genre humain, surtout les vieux. L'espèce humaine est en danger. Le XXI ième siècle est le siècle de tous les dangers planétaires. Nous avons déjà la pénurie des matières premières non renouvelable, le réchauffement climatique et maintenant ce nouveau virus mortel. Le virus de la grippe est aussi mortel, mais ce dernier est connu. Il fait partie du paysage. C'est devenu presque banal de mourir de la grippe. Et puis ce sont les vieux qui sont emportés. Quand on est proche de la fin, l'événement passe presque inaperçu.

   Comme vieux, je ne suis ni pessimiste, ni optimiste. Je ne la provoque pas. J'évite la foule. Je garde une distance d'un mètre quand je vais faire mes courses. Cette année je n'irai pas au Festival du cinéma de Mamers...Le méchant virus aura-t-il ma peau en 2020 ? Je ne cherche pas à jouer les prolongations, mais mourir à 75 ans, ce serait dommage. Je devrais faire mieux. Après tout on est pas mal en France. Et puis le plus dur a été fait. Je me suis sorti - à la force des poignets - de la misère. Sans en rajouter, je peux quand même dire que, jeune, j'étais dans la merde. Se retrouver seul dans la vie, sans même le certificat d'étude en poche, sans soutien familial. J'ai réussi 'à m'en sortir". Alors si je pouvais grappiller quelques mois, quelques années de plus, ce serait un cadeau apprécié.

   Le virus corona a surpris tout le monde. Les Chinois, premiers affectés, ne voulaient pas y croire. Pendant tout le mois de décembre, les autorités de Pékin ont cherché à nier la réalité. Ils ont pensé que la bestiole repartirait aussi vite qu'il est arrivé. Les Chinois sont enfumés par leurs croyances. 

   Le monde commence à prendre la mesure de l'événement. Comme pour la peste dans les jours anciens, la population s'enferme chez eux. Le confinement reste le moyen le plus radical pour bloquer l'épidémie. Cela prendra des mois, c'est sûr. Par la suite les scientifiques devraient trouver un vaccin. Mais quand ?  En attendant la vie doit continuer. Il faut bien manger, aller au travail, se soigner, etc... Hier soir le Président de la République a décidé de fermer tous les établissements scolaires et universitaires. Sans le dire tout haut, les scientifiques savent que les jeunes sont au premier rang pour la transmission du virus.  Pas plus tard qu'hier soir, beaucoup de jeunes supporters d'une équipe de football se sont rassemblés à l'extérieur d'un stade pour soutenir leur équipe ou célébrer un victoire (je ne sais pas vraiment). Ce n'est pas ainsi que l'on va gagner contre ce virus très contagieux.

   Le Président américain, qui a d'abord nier l'existence du virus, a interdit la circulation aérienne avec les destinations sur l'espace Schengen. Il profite de la situation pour lancer quelques pics aux méchants européens. Ce Président Trump reste toujours  bizarre, on se demande bien comment il arrive à gouverner les USA : Il embête les Chinois, il déteste les Iraniens et est très contrariés par les Européens (spécialement Mme  Merkel). En fait, il en veut à tout le monde avec son slogan épouvantable "America First". Il n'a pas réalisé que le monde ce n'était pas l'Amérique. Il faut dire que beaucoup d'Américains, encore culturellement, attardés, croient, comme lui,  que l'Amérique est le centre du monde. Ils ont raté la Révolution copernicienne. résistance mentale persistante, apparentées aux grandes années du Haut Moyen Age.

   Je ne devrais pas dire du mal des Américains qui on voté pour Donald Trump. Ils ont voté pour un imbécile mais par ignorance. Le problème, est que une majorité d'électeurs américains risquent de voter une nouvelle fois pour lui en novembre 2020. 

Retour à l'accueil