Quelques photos de Mortagne et des environs. Voici la maire de Montagne qui est l'ancien Hôtel Crestien de Galais et le Manoir de la Vove. Quelques photos de Mortagne et des environs. Voici la maire de Montagne qui est l'ancien Hôtel Crestien de Galais et le Manoir de la Vove.

Quelques photos de Mortagne et des environs. Voici la maire de Montagne qui est l'ancien Hôtel Crestien de Galais et le Manoir de la Vove.

Bienvenue dans le Perche !

   Voilà maintenant que je me souhaite la bienvenue. J'ai reçu des bienvenues dans le Perche, provenant de personnes résidents à des centaines de km du Perche.

  Souhaiter la bienvenue à quelqu'un est quelque chose de chaleureux, souvent indispensable pour se poser.  A Tahiti on vous offre une couronne de fleurs. Mon arrivée à Tahiti en 2005 a été des plus sombres. C'était la nuit, l'aérogare était désert. Pas de comité d'accueil pour personne. J'avais retenu un lit dans un hostel pas très loin de l'aéroport. J'ai réussi non sans mal à la trouver. Malgré ma réservation, je n'étais pas attendu. Un lit m'a été attribué. La chambre sentait mauvais, le lit sentait mauvais. J'ai très peu dormi. le jour à peine levé, j'ai déguerpi sans payer.

   Je pourrais citer d'autres expériences comme celle-ci où je ne suis pas attendu. Les lettres de recommandation et les hôtels confortables, ce n'est pas pour moi. Je suis celui que l'on n'attend pas. Ici, dans l'Orne, je suis arrivé seul, anonyme, avec ma petite voiture. Je suis maintenant habitué à ces aventures en solitaire. Mais ici, c'est différent, ma petite maison est accueillante avec son garage et son petit jardin. je me sens presque attendu.

   Le village où j'habite  maintenant  est situé dans la province du Perche. Le comté du Perche est une ancienne province de France. Ici, les habitants du département de l'Orne, aiment dire qu'ils sont du Perche. Ils sont fiers d'être  Percherons (à ne pas confondre avec les chevaux de trait du même nom. Mais le Perche est une ancienne province française compliquée. La secrétaire de mairie m'a rappeler qu'il y avait plusieurs Perche, le Haut et le Petit Perche. Je n'ai pas demandé de détails. L'histoire trop détaillée ne me passionne pas. 

 Le Perche est très  vallonné, les routes sont encore bordées de haies, refuge pour les oiseaux. J'aime les maisons anciennes en pierres, elles en imposent et méritent bien notre respect. C'est aussi le pays des manoirs (avec la Sarthe), maison de petits chevaliers du XV et XVI ièmes siècles. Ils sont nombreux dans le Perche.  Les manoirs sont de grandes et solides bâtisses imposantes anciennement domiciles d'une petite noblesse rurale. Le manoir est entouré de mystères. On en parle peu, pourtant il apparaît parfois dans les romans gothiques du 18 ièm.

   J'aime aussi le coin, à cause des nombreux nombreux  "bobo" parisiens qui s'y sont installés. Ils dépensent une partie de leur argent dans des magasins de luxe, bijoutier, maroquiniers, antiquaires, belles charcuteries et restaurants du coin. A Mamers dans la Sarthe, où j'habitais avant, il n'y avait peu de "bobos" et pas de belles vitrines dans le centre ville non plus. Mamers connaît un peu d'activité le matin jusqu'à midi quand les habitants font leurs courses. Après, plus rien. Les gens s'enferment chez eux, on ne voit plus personne. Quelques véhicules circulent, c'est tout.

   Les Bobos parisiens amènent aussi des distractions culturelles, musique, cinéma, théâtre, poésie. Ils sont un réel agrément dans cet espace rural.

   A Mauves sur Huisne où j'habite maintenant. Un américain à la retraite a ouvert un restaurant "piano-bar". Il  m'arrive de parler avec lui, Il a mon âge, Il m'a séduit par ses connaissances et sa bonne humeur. Un vrai plaisir de l'écouter raconter son parcours de grand reporter au Time Magazine.

Le jeudi 5 décembre 2019.

Grand jour de grève, il y en aura pour tout le monde ! 

    La réforme sur les retraites agace beaucoup de  travailleurs. Le gouvernement demande la participation des usagers et des syndicats, plus les décisions sont prises horizontalement, plus on risque de se perdre. C'est là une conséquence de la participation. Les décisions sont difficiles à prendre et risquent d'être mal comprises parce que profondes et complexes. 

   La tentative de réforme des retraites  proposée par Alain Juppé en 1995 a provoqué trois semaines de grève. Cette nouvelle réforme risque d'en prendre le chemin. Ensuite les Français protesteront contre les retraites injustes. Nous sommes un pays de contestataires, de râleurs, de révolutionnaires, de coupeurs de têtes. Ce n'est qu'en 1981 que Mitterrand a réussi à abolir la peine de mort.

   Avec le système à points de la nouvelle réforme retraite Macron, il y a un aspect dont on parle peu et qui est pour moi important. Les travailleurs actuels font plus souvent que leurs aînés une carrière fractionnée. Ils peuvent avoir travaillé dans la fonction publique et ensuite, dans le privé ou l'artisanat, le commerce.  Prendre sa retraite dans ces conditions est compliqué à cause des différents régimes de retraites qu'il faut solliciter. C'est rarement à l'avantage du futur retraité.

   Avec le système à points, on aura affaire qu'à un seul régime de retraite, une bonne chose je crois. Bien sûr, les gens frileux et craintifs diront "il faut mieux garder ce que l'on a pour être sûr de ne rien perdre".

   Les personnes qui ont le plus peur des réformes et des changements sociaux, sont souvent les personnes les plus fragiles socialement ; petites ressources, peu d'éducation et de culture. Ils veulent les changements pour avoir plus mais paradoxalement, ce sont eux qui craignent le plus les  changements et finissent par refuser les réformes.

   Les "gilets jaunes" l'on dit et redit : "Ils ont peur de se faire avoir". Joli expression au passage. Quelqu'un "qui se fait avoir" c'est quelqu'un qui a signé un contrat qui lui été défavorable, sans s'en rendre compte.

Vendredi 6 décembre 2019.

La grande grève de la rentrée.

   La jour d'hier de grève a bien marché. Les syndicats et les manifestants sont contents. Les casseurs (Black Block) moins. Ils n'ont pas mis Paris à feu et à sang ! Ils ont quand même gêné les manifestants non-casseurs. J'attends des réactions des syndicats aux prochaines manifs.

   D'autres manifestations vont suivre. La tradition de manifester est toujours là. La France profonde est dans la rue, qui s'inquiète des réformes (comme toujours). Tous les gouvernements se cassent les dents contre la vindicte populaire qui a peur des changements sociaux. Quoi faire pour changer les mentalités ?

 

 

Retour à l'accueil