Une jolie urne funéraire,  tout de  même....

L'urne funéraire de Béatrice.

   Béatrice a reçu une urne funéraire chinoise pour son départ à la retraite. Ce cadeau l'a un tantinet troublée. Une urne pour des cendres humaines ? Pour un chien ?  Pour moi ?  Cadeau un peu osé tout de même.  Voulait-on envisager une mort prochaine ?

   J'ai vu l'objet, je l'ai trouvé beau. Bien suffisant pour l'aimer. Il n'y a que des Chinois pour faire de si jolies objets. Des fleurs aux pétales généreusement ouverts, des feuilles bleues, les Chinois aiment le bleu, ils en mettent sur les faïences et les poteries, j'avais vu ça au musée de Shanghai.

   Cette urne fait plaisir à voir. la décoration n'exprime pas la mort, tout le contraire. Les couleurs, avec ces fleurs généreuses,  apaisantes, au calme dans la nature.

   Je divine qu'il s'agit d'un copie d'une oeuvre, exposée quelque part en Chine ou dans le monde. J'aimerais tout de même la dater, lui donner un nom. Ce matin, j'ai lancé un appel sur Facebook. Comme je ne sais pas utiliser ce réseau social, je n'ai aucune idée si mon appel sera lu par quelqu'un qui s'y connait en poteries chinoises et je ne connais aucun sinologue en dehors de Jean pierre Raffarin (qui a autre chose à faire que répondre à mon appel). Cette urne funéraire risque de rester sans nom. Peu importe, cela ne retire rien à sa beauté.

Un nouveau grain de folie.

   La maladie "ronge" mon temps libre depuis septembre. Les premiers examens, l'attente des résultats, l'annonce de la maladie, le traitement, qui normalement se termine le 4 Mars 2019. 

   Je me suis vite décidé pour partir, j'ai pris  un billet d'avion pour Hong Kong. Départ le 10 Avril 2019 et retour le 12 Juin 2019, sur la compagnie Air China. Je n'ose pas dire le prix, c'est indécent. Un billet financé par le Parti Communiste Chinois, c'est sûr. Peu importe, en deux mois j'aurai l'occasion de dépenser de l'argent en Chine Populaire et au Japon,  parce que j'ai l'intention de traverser plusieurs pays. Comme d'habitude, je suis incapable de dire à l'avance où je vais aller. Je suis quand même bien attiré par le nouveau centre culturel de Suzhou de Christian de Portzamparc. Suzhou est à 100 km de Shanghai, avec une population de 4 millions d'habitants. Les Chinois ont mis des sous dans ce projet architectural, plus d'audacieux, pharaonique !  

   Autrement, je pense revenir sur les lieux connus : Hong Kong, Pékin, Shanghai, Canton....si ma santé le permet. J'emporte dans ma musette de quoi me soigner, beaucoup de médicaments. Et puis, en cas de nécessité,  il y a encore  la médecine chinoise...

Confrontation Alain Finkielkraut et gilets jaunes.

   Pourquoi Alain Finkielkraut s'est-il approché des Gilets Jaunes ? Déjà en 2016, nous avait  fait le coup en se rendant place de la République "pour voir ce qu'il se disait chez les nuit-deboutistes".

   Mon ami Finkielkraut oublie qu'il est depuis des années un personnage médiatique connu, pas vraiment apprécié des jeunes extrémistes. Et, comme on le sait, la tolérance et  le respect des opinions ne sont pas les fondamentaux d'une certaine jeunesse qui ne connaissent que deux couleurs : le blanc et le noir. J'ai connu cela en Mai 68 où il y avait les copains (les bons)  et les fachos.

   Je pense que ce cher Finkielkraut est nostalgie d'une certaine époque quand il discutait à brûle-pourpoint dans la rue avec n'importe qui. Pourquoi discuter de tout avec n'importe qui est un sentiment très agréable. On se sent libre. Nuit-debout a certainement offert cette liberté, les gilets jaunes aussi, font pareil,  avec ces restrictions "punitives" connues : certaines opinions qualifiées de réactionnaires, sont rejetées sans autre forme de procès. 

   Ah ! Cette jeunesse (et ces vieux) intolérants qui aime les totems et les clichés.

Retour à l'accueil