Mardi 4 décembre 2018 à une heure du matin.

   La messe est dite.

   La France populaire, la France des territoires,  des campagnes,  la France des Gilets Jaunes n'aiment pas Emmanuel Macron, cela fait du monde. La France populaire ne parvient pas à comprendre la politique du Président.  Il est très intelligent, il a confiance en lui, il ne ressemble pas au français moyen. Il est bien trop...il connait la philosophie, la musique, l'économie et la finance, la géo-politique. Il parle bien anglais. En plus, il a épousé une femme de 24 ans plus âgée que lui. Il ne ressemble en rien au Français moyen.

   Par contre, Emmanuel Macron plaît aux professions intellectuelles, aux Français des classes supérieures, il plaît bien à l'étranger. Souvenez-vous de l'ovation qu'il a reçu à l'ONU en septembre dernier. C'était facile de le cartographier "le Président des riches".  D'ailleurs, la France populaire ne l'écoute plus, ses interventions, ses discours sont  trop complexes, trop abstrait aussi. En conséquence, il est considéré comme un Président méprisant et arrogant. La messe est dite.

   Mais ce problème de compréhension ne date pas d'aujourd'hui, ni de la France de Macron. Il y a plus de vingt ans, déjà, le Président Jacques Chirac avait bien vu la cassure entre la France d'en haut et la France d'en bas. Il a appelé ça la fracture sociale.  Voila ce qu'il disait pendant la campagne électorale de 1995 :

 La France fut longtemps considérée comme un modèle de mobilité sociale.
Certes, tout n'y était pas parfait. Mais elle connaissait un mouvement continu qui allait dans le bon sens. Or, la sécurité économique et la certitude du lendemain sont désormais des privilèges. La jeunesse française exprime son désarroi. Une fracture sociale se creuse dont l'ensemble de la Nation supporte la charge.
La "machine France" ne fonctionne plus. Elle ne fonctionne plus pour tous les Français. »

   Diverses mesures sociales et éducatives  ont été prises au cours des 23 années qui ont suivies, sans résultat probant. L'arrivée à la Présidence de Emmanuel Macron n'a pas réduit la cassure sociale. Les citoyens des territoires, Gilets Jaunes et autres, n'ont jamais apprécié le Président Macron, président trop parfait, trop intelligent, qui plaît aux chefs d'Etat du monde entier. Peu leur importe. Emmanuel Macron dit des choses qu'ils ne comprennent pas, il doit partir comme un malpropre. Ils veulent qu'il parte tout de suite,  sans lui laisser le temps de finir son quinquennat. Les Français sont-ils  respectueux de la constitution ? Le Président  n'a-t-il pas été élu pour 5 ans ?

   Il y a un côté infantile dans cette révolte populaire des Gilets Jaunes. Je pense qu'ils ne cherchent même plus à savoir si les réformes du gouvernement sont bonnes pour la France. Ils sont un peu comme une classe d'élèves qui apprécient un enseignant en fonction du capital sympathie qu'il produit sur les élèves. S'ils ne l'aiment pas, il est mauvais. On est dans l'affectif complet. Les capacités du prof sont complètement gommées. On aime le prof, on est content....c'est un bon prof !

   Nous sommes vraiment là dans la fracture sociale dont parlait Jacques Chirac. La France populaire ne se reconnait pas dans le Président Macron, même s"il effectue les réformes dont la France a besoin. La catégorie des Français informés des problèmes de la France sont bien conscients qu'il nous faut un Président comme le Président Macron, les autres, la France populaire, éloignée de ces préoccupations, réclame un président plus simple, moins sophistiqué, qui leur parlent une langue qu'ils comprennent.

   C'est vrai, l'impression d'arrogance et de mépris tient surtout de ce problème d'incompréhension qui existe quand le Président s'adresse aux Français. Le Premier Ministre Raymond Barre ou Obama aux Etats-Unis, ont connu ce genre d'incompréhension.

   La principale erreur du Président Macron est qu'il a  oublié qu'il était le Président de tous les Français, l'élite et les autres. Il aurait dû prendre ses dispositions quand il s'est adressé aux Français. Sans être arrogant, les Français attendent de leur Président qu'il parle une langue simple, compréhensible. Les discours d'Emmanuel sont toujours un peu trop sophistiqués et complexes.

   Il aurait dû se faire aider par des spécialistes de la langue pour être compréhensible par tous les Français. C'est ce que l'on attend d'un Président. On appelle cela "se mettre à la portée de tous".

   Les scientifiques le font bien.  Quand ils s'adressent à des personnes non-scientifiques, ils se font aider pour vulgariser le résultat de leurs recherches. Ils savent bien que sans ce travail, ils ne seront pas lu,  ni compris. La majorité des Français sont maintenant "bien remontés" contre Emmanuel Macron. Les Gilets Jaunes savent qu'ils ont les Français avec eux, parce que -  comme eux -  les Français comprendre quand le Président s'adresse à eux.

 

Retour à l'accueil