l'abbaye de Saint Benoît, images Wikipedia
l'abbaye de Saint Benoît, images Wikipedia

l'abbaye de Saint Benoît, images Wikipedia

Sonnettes d'une entrée d'immeuble de Chalon sur Saône.

Sonnettes d'une entrée d'immeuble de Chalon sur Saône.

Dimanche 25 novembre 2018.

   Parmi les cris de manifestants des gilets jaunes, j'ai entendu "il faut que Macron démissionne parce qu'il va mettre la France à feu et à sang".

   Ce sont les gilets jaunes, pour l'heure, qui mettent la France en désordre. Et puis, si Emmanuel Macron venait à démissionner, par qui pourrait-il  être remplacé. ? La gauche, comme la droite, n'a aucun candidat crédible pour gouverner la France et participer à la gestion de l'Europe.

    Beaucoup trop de Français sous-estiment l'importance de l'Europe, pour l'avenir de la France. Dès que l'on parle de l'Europe, les Français deviennent sourds. Par principe, ils n'aiment pas l'Europe, parce que l'Europe ce n'est pas la France (...). Ils ne comprennent pas la nécessité d'une alliance entre les 27 (28 ?) pour garder une place honorable dans l'économie mondiale.

   Ces gilets jaunes ressemblent, à s'y méprendre,  aux éleveurs des Etats -Unis qui ont voté Trump ou à ces Anglais des campagnes anglaises qui ont voté pour le Brexit sans chercher à comprendre les conséquences d'une sortie de l'Europe. 

   Je connais un "gilet jaune" d'une cinquantaine d'année qui m'a avoué, il y a quelques mois , ne pas s'intéresser à la politique. Samedi dernier, il a revêtu le gilet jaune de la contestation pour arrêter les voitures à Marseille. La démocratie est en  danger avec ce type de citoyen, qui,  faute d'informations politique et économiques suffisantes, ils risquent de voter n'importe quoi aux prochaines élections. La gestion d'un Etat est une affaire sérieuse et complexe. Défendre ses opinions dans la rues nécessite un minimum d'information sur le sujet, sinon la révolte ressemble à une jacquerie sous l'Ancien Régime.

    Je reprends demain la route, direction Saint Benoît sur Loire, une petite ville en bordure de la Loire, avec une Abbaye et un cimetière où repose Max Jacob, victime des Nazis. Une amie des années 60 m'a invité. Elle a décidé de finir ses jours dans ce bel endroit tout près de la Loire. J'aime bien cette maison qui accueile  une montagne de livres.

~~.~~

Samedi 24 novembre 2018

   Je suis maintenant à côté de Troyes, dans l'humidité et le brouillard. La France orientale est facilement envahie de fraîcheur et de brouillard. C'est un peu difficile pour quelqu'un qui a habité 4 ans dans les Alpes Maritimes. Dans quelques jours, je ferai route vers Orléans , ville où Jeanne d'Arc, a été nommée "La Pucelle d'Orléans" après avoir redonné espoir aux troupes du Roi de France qui ont fini par chasser les Anglais de la place. Dans cette région, je devrais faire une halte dans une petite ville en bordure de la Loire :  Saint Benoît sur Loire, ville connue pour son abbaye et aussi, parce que le poète Max Jacob a séjourné et y est inhumé.

   Voilà quelques news après 800 kilomètres de route. Je n'ai pas rencontré de barrages  des gilets jaunes au cours de  ma journée d'hier. J'ai l'impression qu'ils ont un peu perdu de leur arrogance au fil des jours.

   La fureur de ces "gilets jaunes" ressemblent beaucoup aux jacqueries sous l'Ancien Régime.

   Quel sens maintenant que notre démocratie possède des Syndicats et les Partis Politiques ?

Jeudi 24 novembre 2018.

     En route vers le nord. Premier arrêt à Rians dans le Var. Le Gilets Jaunes ne m'ont pas raté : une heure bloqué dans une fille ininterrompue de véhicules, mécontents, ils sont  sortis dans la rue. Deux dizaines de gilets jaunes peuvent très facilement bloquer la circulation dans les endroits où cela gêne le plus la circulation. Près de Marseille, j'ai réussi à prendre l'autoroute, vide de véhicules. Une aubaine. J'ai fait Marseille / Mâcon en toute tranquillité. Je serai chez ma filleul pour deux jours. La prochaine étape, c'est Troyes. Une nouvelle visite d'amies.

Retour à l'accueil