Les rappeurs ne sont pas tous copains.

Les rappeurs ne sont pas tous copains.

Bagarre à l'aéroport  d'Orly entre rappeurs.

   Des rappeurs se sont foutus sur la gueule dans l'aéroport d'Orly, en plein milieu des boutiques de Duty free. Un joli spectacle digne des banlieues  chaudes de la Région Parisienne. La scène a été filmée, les images ont fait le tour des réseaux sociaux. Plusieurs vols ont été retardés.

   Le magistrat en charge de l'affaire a décidé d'incarcérer les principaux fauteurs de trouble en attendant le procès prévu pour le début septembre. Un décision à l'américaine qui a  rendu furieux un avocat de la défense.

   Cette situation m'a bien amusé. C'est incroyable, voilà des types n'ont pas peur de tout casser dans aéroport parce qu'il sont en conflit. Ils cassent les étalages et les vitrines de magasins et voudraient qu'on les laisse prendre leur avion comme si  rien n'était. Le monde des rappeurs est vraiment hors la loi. Ils se prennent pour les dieux des stades, comme dans la séries américaines.

   Ils ne savent pas grand chose de ce qu'est vivre ensemble. Le respect de la collectivité publique, ils ne connaissent pas. Il est normal que des juges interviennent pour faire respecter la collectivité. C'est bien que de temps en temps un juge applique la loi et calme des individus (des artistes ?) qui se sentent au-dessus du bon sens commun.

La France manque d'air ! L'Europe  étouffe !

   L'Europe manque d'air. Qu'est-ce qu'il se passe ? On commence à s'affoler. Le changement climatique va-t-il tous nous tuer ?

   Les fortes chaleurs de cet été ont inquiété, et inquiètent toujours la population. Cette fois-ci nous avons un bel aperçu de ce qui nous attend si nous ne faisons rien pour lutter contre le changement climatique lié à notre mode de vie. La terre peut encore supporter quelques milliards d'habitants supplémentaires à condition de vivre autrement sans polluer l'atmosphère et en préservant les ressources naturelles.

   Les gue-guerres de frontières entre Etats,  telles que nous les connaissons aujourd'hui devront être remplacées par une guerre mondiale pour  préserver la planète.

   C'est connu, un problème chasse un autre. Quand il s'agit de sauver sa peau, on arrive vite à l'essentiel. Pas le temps de s'encombrer avec les détails. Allons tout de suite à l'essentiel. Les Nations oublierons les gué-guerres religieuses qui datent de temps préhistoriques et qui nous bouffent notre quotidien. Toutes les guerres religieuses (par exemple) du Moyen Orient n'ont aucun sens. Je suis  affolé quand les média parlent du Yémen et d'autres conflits du Moyen-Orient. Les habitants s'entre-tuent pour des conneries : l'accès au pouvoir, conflits religieux, etc...Des conneries comparées au problème du réchauffement climatique qui risque de tous nous tuer.

   Trump a fait une grande bêtise quand il a sorti les Etats-Unis des Accords de Paris sur le climat en 2015. Le Président américain ne connait rien à la gestion d'un Etat. Il fonctionne comme un commerçant le nez rivé sur son tiroir-caisse : America First ! Il pense à sa réélection, ne doit-il faire pour plaire à l'Américain des campagnes, l'Américain blanc des plaines américaines, plus  soucieux de la santé de ses vaches que de la sauvegarde de la planète. 

   L'humanité sauvera ou tuera la planète. Il ne tient qu'à nous à faire le job.   La terre a connu les temps de glaciation qui ont tué de nombreux végétaux, animaux et humains. Je ne sais pas trop,  mais c'est pas le sujet. Nous pouvons connaître maintenant le réchauffement définitif de la planète qui empêchera toute vie sur terre, rendant la terre inhabitable.  Mais si  l'Homme se montre raisonnable, il pourra peut-être s'en sortir. Mais attention, il ne faut pas traîner.  Avec Donald Trump, aux commandes,  on commence sérieusement  à gaspiller nos cartouches, et elles ne sont pas illimitées.

     Décès.

   J'ai perdu ma sœur, il y a une semaine maintenant. Elle avait 76 ans. Un cancer, non diagnostiqué et jamais soigné. Elle a laissé le mal s'installer. Des gens font ça. Elle l'a fait.

J'ai écrit un petit billet remis pour la cérémonie au cimetière que voici :

   J'ai vu Marie José, une dernière fois, lundi dernier. Elle était à l'hôpital  Sainte Elisabeth de Marseille. Il lui restait trois jours à vivre.

   Sa respiration était lourde et rapide. Elle ne semblait pas souffrir. Je voyais qu'elle était en peine pour parler.  Quand  elle parvenait à dire quelque chose, je la comprenais à peine. Elle  gardait les yeux fermés.

   Et puis,  il y eut cet instant bouleversant quand elle m'a regardé fixement, les yeux grands ouverts. Je savais,  à ce moment précis, elle pensait à la mort, je la  sentais terrorisée, c'est ce que le yeux m'ont dit. J'étais glacé d'effroi.

   J'ai beaucoup repensé à cet instant tragique, et aussi à ce qu'elle a dû endurer sur son lit d'hôpital, à quelques jours de sa disparition.

   Jamais, autant que ces jours derniers, je n'avais réalisé combien la vie était précieuse et la mort était l'horreur absolue.

~~~~~~~~

Retour à l'accueil