François Hollande doit ronger son frein, son petit conseiller est devenu grand...à force de grandir il est devenu Président de la République lui-même, et populaire auprès des intellectuels ( que le peuple confond avec les riches). 

   Emmanuel Macron sait parler aux responsables politiques américains. Il sait quoi leur dire et comment  le leur dire. Ma copine américaine parle de magie. Macron le magicien devant le Congrès américain. Il a séduit les Elus américain comme aucun Président français ne l'avait fait. Macron Parle anglais, ça aide.

   J'aimerais bien que notre président soit un peu plus populaire auprès du peuple français. L'étiquette de Président des riches lui colle à la peau. Le Président Sarkozy n'a pas été affublé d'un pareil qualificatif, on le disait bling-bling, mais son langage était ordinaire. Il a été un président ordinaire bling-bling. Ca fait rigoler mais ça passe. Et puis Sarkozy parlait un français que tout le monde comprenait. Le président Macron a un langage recherché. Il a été assistant de Paul Ricoeur, cela se voit. Le problème c'est qu'il s'adresse aux Français dans une langue française trop compliquée, pas forcément accessible à tous.

   Il y a aussi d'autres raisons pourquoi la France populaire n'aime pas top Macron. Beaucoup de Français n'aiment pas sa méthode pour réformer la France : il chamboule tout. Il veut aller vite. Les précédents gouvernements, de gauche et de droite, se sont contenté de faire de petites réformes pour ne pas effrayer. Prenons l'apprentissage par exemple. Depuis au moins 40 ans, j'ai toujours entendu qu'il fallait réformer l'accès à l'apprentissage. Des petites mesures ont été prises qui sont passées inaperçues. Le gouvernement Edward Philippe a osé réformé l'accès à l'apprentissage. Cela a fait des mécontents, mais ainsi l'apprentissage risque de bien fonction comme c'est le cas en Allemagne et en Suisse.

   Malgré une bonne croissance de l'économie, les résultats de la politique de Macron ne permettent pas encore une augmentation des salaires. Ce n'est pas facile à comprendre, surtout quand les médias diffusent des informations sur les prodigieux bénéfices de certaines entreprises et des salaires mirobolants  de certains PDG.

   Le gouvernement s'attaque aussi à l'argent productif (qui entre dans l'investissement industriel), et l'argent non productif, comme l'immobilier. Beaucoup de Français font les gros yeux quand ils entendent parler d'une réforme de la taxe foncière. N'oublions pas que les Français économes ont dans leur grande majorité acheté un bien immobilier. Je sais ce que c'est que faire une demande de logement en location à 60 ans. On est vite classé comme cas social Les classes moyennes possèdent leur logement.

   Si les salaires n'augmentent pas encore, c'est aussi sûrement parce que de grosses dépenses sont prévues. Le rapport Borloo sur la politique de la ville prévoit un financement de 5 milliards d'euros pour reconstruire cette banlieue pauvre qui l'on appelle pudiquement : les quartiers. Et pourtant, le gouvernement devra s'atteler à ce chantier parce que la France c'est aussi la des pauvres, des banlieues pauvres.

   Comme je disais au début de ce post, Macron le pragmatique intellectuel, reconnu par les premiers de cordée a encore beaucoup à faire pour être reconnu par la majorité des Français qui attendent une reconnaissance qui passera par une augmentation des ressources.

Heureux celui qui sait attendre !

Les boîtes à livres sur les trottoirs.

   En ce moment, je ramasse beaucoup de livres que je trouve dans deux boîtes à lire de Mandelieu-La Napoule. Je trouve des titres sur n'importe quoi, en anglais et en français, des romans policiers Patricia Cornwell) des prix Goncourt (Pierre Lemaitre). Je pioche, je feuillette, plus que je ne lis. Mon buffet des nourritures terrestres.C'est bien, les livres, ils disent plus de choses que la parole.

Emmanuel Macron porté au pinacle.(mais pas pour tout le monde)

La Corée du Nord joue le chaud et le froid.

   Je ne sais pas si quelqu'un comprend quelque chose à la politique étrangère de la Corée du Nord, moi pas, je n'y comprends rien du tout. Comment un pays qui se montrait inflexible face à ses ennemis capitalistes : Etats-Unis, Corée du Sud, Japon, en premier, peut chercher du jour au lendemain à fraterniser avec ses ennemis d'hier ? Mystère. Je vais chercher auprès d'Hubert Vedrine l'explication. Je suis sûr qu'il sait.

   Trump avait montré les dents face à la Corée du Nord. Chien qui aboye ne mord pas. On pouvait se demander s'il n'allait pas envoyer quelques missiles sur ses installations nucléaires pour les détruire une fois pour toute. J'imagine, toutefois, qu'elles doivent être enterrées, pratiquement inaccessibles. La presse nous a informé que les plus hauts dignitaires chinois avait reçu Kim Jong-un, le leader de la Corée du Nord. Apparemment, Kim Jong-un ne s'est pas rendu à Pékin pour jouer aux cartes. J'ai l'impression qu'il a été mis en demeure d'arrêter de jouer au Docteur Folamour.

               Le constat est là, la Corée du Nord semble revenir à de meilleures relations avec ses voisins et les USA. C'est ça la Realpolitik ou c'est du bluff ?

Hier, nous étions le dernier dimanche d'avril. Comme tous les ans depuis 1954, la France commémore le souvenir des victimes de la déportation de la dernière guerre. Ne jamais oublier. La bête n'est pas morte. La bête ne sera jamais morte, elle est en nous.

Retour à l'accueil