Célèbre immeuble de New York dont j'ai oublié le nom...sorry !

Célèbre immeuble de New York dont j'ai oublié le nom...sorry !

Révolution culturelle an Arabie Saoudite ? Le nouvel "homme fort" d'Arabie Saoudite, le Prince Mohammed Ben Salmane a l'air de vouloir s'imposer parmi la pléthore de princes qui pourrait accéder au trône. Je suis un peu surpris. D'après ce que j'ai entendu à ce sujet, il voudrait occidentaliser son pays pour anticiper la sortie du "monde sans pétrole". Il faut dire que le pays vit sur 90% de la rente pétrolière.

   Le grand coup de Ben Salmane c'est d'autoriser les femmes à conduire (et sans surveillance d'un gardien masculin). L'autorisation prendra effet en juin 2018 parce qu'il faut former des policières parce que dans ce pays un policier homme ne peut pas intervenir quand le contrevenant est une femme...

   Bon, il y a beaucoup à faire dans ce beau pays qui pratique encore l'usage du fouet, l'amputation, la crucifixion dans son droit pénal. Il n'est pas le seul pays musulman qui pratique la charia. Un sujet qui fâche, qui me fâche aussi beaucoup personnellement.

   Le bon prince qui gouverne maintenant (avec son père) l'Arabie Saoudite va peut-être moderniser son pays. J'utilise le mot moderniser volontairement parce que la charia est une pratique du droit pénal du Moyen Age. C'est une honte pour l'esprit humain. J'ai appris hier dans une émission télé que les travailleurs expatriés, pour vivre à l'européenne, vivaient de des compounds, des quartiers fermés réservés aux non-musulmans. C'est comme en Afrique du Sud du temps de l'apartheid...J'arrête là, rien qu'écrire tout cela me donne un nœud dans le ventre. Comment respecter une religion qui impose de pareilles règles ? Trop de souffrances sont en jeu pour fermer les yeux.

   Je souhaite bonne chance au prince Mohammed Ben Salmane.

Les sociétés-écrans.

   Il faudra bien qu'on en  finisse un jour avec ces sociétés-écrans qui polluent la vie sociale. Payer des impôts est indispensable pour vivre en société. La vie en collectivité coûte cher. Nous devons payer pour la santé publique, les écoles, la formation des adultes et tous les services indispensables dans nos collectivités.

   De grands groupes industriels et de gens fortunés, parviennent à contourner la loi pour éviter de payer l'impôt (je mets de côté le blanchiment de l'argent sale qui est un autre problème). Avec les médias et les réseaux sociaux, tout le monde est au courant. On crie à l'injustice. Ce n'est pas une mauvaise chose de réclamer justice devant l'impôt (un acquis de la Révolution Française). Ça c'est l'aspect positif, le côté négatif, c'est la tendance populiste qui se renforce. Je constate toujours combien beaucoup de gens ne savent pas patienter. Quand ils veulent quelque chose, c'est tout de suite. C'est un peu comme cela en politique. A chaque nouvelle élection, ils attendent des retombées sociales immédiates. Malgré (pour l'instant) les bons résultats de la politique d'Emmanuel Macron, un récent sondage d'opinions  affichait 37% de satisfaits. Ce résultat est à l'opposé de ce que pensent les économistes et spécialistes de la politique française (même Jean-Luc Mélanchon l'a reconnu récemment).

   Je suis inquiet parce que l'extrême droite se nourrit de ce mécontentement. Cela peut aller très vite. Un peu comme fonctionne la rumeur. On a vu que dans certains lieux, le Front National obtient des résultats incroyables, bien au-delà de la moyenne nationale. Je me souviens d'un village alsacien qui affichait 100 % de Front National alors que le village vivait tranquille sans émigrés radicaux, avec peu de délinquance et de chômeurs. Ma mère disait : "les gens se montent la tête". C'est vrai. La bonne humeur ou la mauvaise humeur sont contagieux. Attention, méfions-nous de l'impact des sociétés-écrans sur les gens.

   La France est réglée sur les vacances scolaires. Ce n'est pas la peine de chercher à joindre un fonctionnaire pendant les vacances scolaires de la Toussaint. Les services sont en position sommeil. Comme pour l'ordination qui n'est pas arrêté mais immobilisé temporairement. C'est comme ça, en France, on est très famille. Quand les enfants sont en vacances, toute la France est en vacances (ou fait semblant de l'être). Les grand-parents s'attendent à avoir les enfants aux vacances scolaires. Je suis victime de cette situation. C'est évident que je ne peux pas chercher à  voir mes amis pendant cette période chaude, mais aussi je ne peux pas leur téléphoner. Ils sont soit absents, soit trop occupés pour me parler au téléphone.

Vendredi 3 novembre 2017. 4 heure du matin. Je retrouve petit à petit un rythme nuit/jour correct. Je me couche tôt et  me lève tôt. Pas vraiment tôt, mais pour quelqu'un qui se couche à minuit, c'est tôt. Chercher à se coucher tard est un truc de gamins. Ceux qui  font un foin pas possible pour retarder l'heure du coucher. C'est bien, la nuit, quand tous les chats sont gris. Les artistes et quelques personnes, à part, aiment sortir la nuit. Gainsbourg et Jane Birkin, ne cachaient pas leurs nombreuses sorties nocturnes pour faire la fête. C'est vrai, certaines personnes aiment faire la fête jusqu'à tard dans la nuit. Faire la fête de jour, ce n'est pas faire la fête.

   Bref, il est 4 heures du matin et je suis déjà debout pour une nouvelle journée. Je n'ai rien prévu de bien mirobolant, sinon une visite de routine chez le médecin. Il va me prendre la tension artérielle et renouveler mon ordonnance. Je ne suis pas friand de médicaments, mais en ce moment, je préfère me soigner. Vaut mieux, sinon couic...je passe l'arme à gauche. Je préfèrerait attendre un peu.

 

 Renouveler l'ordonnance, tous les mois, c'est plus de 100 euros payé par la sécurité sociale. Merci. J'ai eu la chance de ne pas être malade pendant 60 ans. Maintenant, c'est moi qui suis malade et les autres qui payent. Vive la solidarité nationale. J'ai de la sympathie pour mon pharmacien. Il m'aide bien à prendre correctement les médicaments. C'est indispensable parce que le médecin n'explique, et on peut à peine lire ce qu'il écrit. C'est pourquoi le pharmacien est indispensable.

 J'entends des bonnes choses sur Macron et son gouvernement. En ce moment, ça n'arrête pas. Les discussions avec les syndicats sur les ordonnances travail ont bien marché. Les syndicats F.O. et C.F.D.T. sont assez souples, seul la C.G.T. fait toujours les gros yeux face au gouvernement et aux patrons. Je ne suis pas surpris, ce syndicat ne fait pas dans la dentelle : patrons, actionnaires, gouvernement, et même cadres (la chemise arrachée d'un représentant d'Air France) : tous pourris ! Bien difficile pour engager une concertation.

   Macron avance toujours ses pions. Il s'attaque aux heures supplémentaires, aux retraites, au système de cotisations sécu aux travailleurs indépendants, il veut casser la délivrance, un peu trop systématique,  de la légion d'honneur. Le statut des travailleurs européens détachés est maintenant en discussion à Bruxelles, la fin du RSI et de la sécurité sociale étudiante sont aussi dans le collimateur du gouvernement Philippe.

    Ce n'est qu'une partie du panier Macron. Je n'arrive plus à suivre. Je suis sous le choc avec toutes ces mesures bonnes, pas bonnes, je ne sais pas encore. On verra. Il y a tout de même un obstacle à son succès, c'est la France profonde, notre chère France des campagnes qui nous apporte le repos et la tranquillité après les turbulences de la vie en villes. Cette France  se sent oubliée et incomprise de Paris. J'ai vu, en mai dernier, que les gens de l'Ariège attendait beaucoup trop de Paris et Pas grand chose de la région Occitanie. Je pense qu'ils pourraient attendre plus de Toulouse et moins de Paris. C'est d'ailleurs pour cela que les Régions ont été créées en 1957, revues en 1969, 1982 et enfin en 2016. Malgré toutes ces tentatives, la Région en France ne passe pas. Les citoyens de notre cher pays ne savent toujours pas aujourd'hui ce que fait une région, et surtout ses responsabilités par rapport au développement économique local, qui est de sa compétence. Je pense que les élus sont bien heureux de travailler dans l'ombre, ils évitent ainsi les pressions des électeurs qui se moquent carrément de la région. Quand j'ai évoqué la responsabilité de la Région d'Occitanie ( Toulouse) les Ariégeois sont tombés des nues...Que vient faire Toulouse dans le développement économique de l'Ariège ? La France des campagnes reste très attachée à la Présidence de la République. La France est jacobine et c'est de la faute à qui ?

   Je reviens à Macron. La coupe Macron est pleine de réformes. Et nous n'en sommes qu'au début du quinquennat Encore un autre truc qui vient de sortir : réduction des prélèvements sur les stock-options. Une mesure pour soulager les riches....pour qu'ils investissent. On verra.

Chronique indépendance de la Catalogne. Le grand orfèvre de l'indépendance de la Catalogne et quatre de ses ministres ont trouvé refuge à Bruxelles pour se protéger contre la méchante Espagne qui veut tout régenter. Pas de pot, l'Europe ne veut entendre parler d'indépendance. On en est revenu au référendum national prévu pour le 21 décembre prochain. Je crois comprendre que les favorables à l'indépendance veulent que celui-ci se tienne localement en Catalogne. Madrid veut un référendum national. Comment trancher ? Personnellement je pense qu'un référendum local n'a pas de sens. Le fait d'habiter en ce moment en Catalogne n'informe pas sur la nationalité catalane. Faut-il être né en catalogne pour avoir le droit de voter ? Ouvrir des bureau de vote dans toute l'Espagne et brandir sur certificat de naissance avant de mettre son bulletin dans l'urne ? Un industriel espagnol installé en Catalogne et qui fait travailler des centaines de personnes n'aurait-il pas le droit de voter ? Faudrait-il parler catalan pour avoir le droit de voter ? Est-ce que les Espagnols n'ont pas le droit de donner leur avis sur un événement qui risque bien de changer leur vie, à eux aussi ?

   Non, le vote local uniquement n'a pas de sens et ne serait pas démocratique. En France, même les Français de l'étranger votent aux élections présidentiels. Ils sont Français et sont invités à voter. Pour les Espagnols, c'est pareil. Pour le moment, il n'existe qu'une seule nationalité espagnole, la nationalité catalane n'existe pas (pas encore), alors sur quel critère on pourrait permettre à une personne de voter ou de ne pas voter ?

Du pipeau !

Retour à l'accueil