Simone Veil. Pourquoi n'a-t-elle jamais été Présidente de la République ?

Simone Veil. Pourquoi n'a-t-elle jamais été Présidente de la République ?

   Mort de Simone Veil à 89 ans.

   La mort d'une grande dame de la république.  Elle restera dans l'histoire des Droits de l'Homme, surtout des droits de la Femme,  avec sa loi sur l'IVG qui porte son nom.

   Elle a été meurtrie par la barbarie nazie. Elle n'a jamais cherché la vengeance (elle aurait pu) elle a préféré œuvrer pour la réconciliation  entre l'Allemagne et la France en devenant membre du Parlement Européen, puis sa présidente. Un geste d'une grande générosité. Son passage comme ministre de la santé a marqué l'histoire de France avec la loi sur l'IVG, en dépit d'une opposition scandaleuse de députés de sa propre majorité. Le Conseil de l'Ordre des médecins a été opposé à la loi. On a de quoi être offusqué. 

    Merci Simone. Même morte, vous restez vivante dans l'esprit des Français.

J'ai trouvé une interprétation surprenante mais intéressant de "hit the road" de Percy Mayfield.

Discours de politique générale du Premier Ministre.

   Rien de nouveau sous le ciel d'azur. Seulement l'application du programme du candidat Macron. Je sais que je n'aurais pas d'augmentation de ma retraite. Je vais encore devoir me contenter de mes 1396 € mensuel. Ce n'est pas beaucoup, mais d'autres ont moins, alors ne ne pleurniche pas. Je vais encore contrôler mes dépenses. Je fais ce que le gouvernement fait au niveau des dépenses de  l'Etat. Je suis un bon petit soldat. Je vais y arriver, je n'en suis pas au minimum vital. Je mange bien (même trop), mon loyer est payé tous les mois, je peux aller chez le médecin, voyager...Mon livre de compte n'est d'un grand secours pour contrôler mes dépenses. Apprendre à évaluer l'indispensable, le superflu attendra.

   On doit adopter un bon comportement face aux dépenses du ménage. Manger ce qu'il y a dans le frigo et sur les étagères avant de faire de nouveaux achats. Trop souvent, on mange ce que l'on a envie de manger sur le moment. Immanquablement de la nourriture est oubliée et finit à la poubelle.

    Je ne me plains pas de notre époque. Des jeunes d'aujourd'hui font la chasse au gaspillage". Ils apportent de nouveaux codes de consommation et osent même fouiller dans les poubelles des supermarchés pour récupérer ce qui est invendable, mais certainement pas impropre à la consommation. Des émissions télés sont aussi produites pour nous enseigner comment accommoder les restes de nourriture.

   La France doit commencer à oublier les années cigale (Les trente glorieuses) pour appréhender les années fourmi qui nous attendent. Edouard Philippe ne souhaitant pas augmenter les impôts, il ne nous reste qu'une option : réduire les dépenses (c'est maintenant la Banque Européenne qui contrôle la planche à billets). Ce n'est pas une politique de gauche, mais je suis d'accord. Comme je l'ai déjà dit contrôler ses dépenses n'est pas infamant. La Gauche socialiste s'est retrouvée piégée avec une politique sociale trop généreux. Deux ans plus tard, en 1983, pour éviter la banqueroute, le gouvernement a été contraint de faire machine arrière. C'est ce que je dis. On ne peut pas dépenser plus de ce que l'on a dans son porte-monnaie. L'option "prendre aux riches pour donner aux pauvres" est démagogique. Beaucoup d'électeurs se laissent bercer par le chant des sirènes. 

   Prochain voyage : Je viens de prendre mon billet d'avion pour Bangkok, départ le 17 août et retour le 12 octobre 2017. La compagnie Qatar Airways a ouvert une nouvelle ligne à Nice pour Doha. Une nouvelle offre que celle offerte par Emirates pour aller en Asie. Je prévois donc un séjour de deux mois. Maintenant je vais devoir remplir cet espace-temps. Où vais-je aller ? Japon, Taiwan, la Malaisie par le train,  Singapour...Une sélection de  pays qui ne réclament pas de visa. D'une année sur l'autre, la Chine a doublé le prix des visas tourisme. Je suis contrarié et j'ai  choisi d'ignorer la Chine cette année. On verra pour 2018 (si Dieu le veut ! Je me marre !)

   Je suis déjà allé à Kuala Lumpur et à Singapour, mais c'était trop rapide. Et puis, il y a 10 ans, je n'avais pas intégré la notion de voyage comme aujourd'hui. Avec l'expérience mes voyages sont plus sereins. Au cours de mes premières années de voyageur, j'étais dans l'excitation et  l'inquiétude pour ne pas dire l'affolement. Visiter correctement un pays étranger et lointain demande une certaine expérience. Une trop grande appréhension pourrit le plaisir de la visite. Je vais certainement retourner dans des lieux déjà visités pour revoir ce que je n'ai pas vu la première fois. Bien sûr, on peut toujours voyageur en voyage organisé. C'est facile, on voit bien de choses avec l'aide d'un guide qui nous dit ce que l'on doit voir pour bien profiter de son voyage. Ce n'est pas mon attitude.

 

Retour à l'accueil