Avec le nom de Hô Chi Minh, je reviens 50 ans en arrière, la guerre d'indépendance du Vietnam. Des images des bombardements au napalm me reviennent, images atroces comme la photo de cette petite fille qui courait, nue, sur une route atrocement brûlée (elle a réussi à s'en sortir et vit au Canada). Il y a aussi la photo tristement célèbre du du combattant vietnamien, à genoux, qui attendait son exécution à bout portant par un officier américain. Les photographies aident la mémoire, avec les mots, c'est plus difficile.

  Je parle d'Hô Chi Minh aujourd'hui parce que je prends l'avion lundi prochain pour le Vietnam, la nouvelle destination de mon errance maladive. J'ai choisi le Vietnam presque par hasard. J'avais remarqué que le Vietnam s'ouvrait au reste du monde. Récemment, les autorités ont accepté de laisser entrer les touristes européens sans visa pour des séjours inférieurs à 15 jours. J'en profite. fait  Avis aux amateurs.

  J'ai réservé 11 nuits d'hôtel à Hô Chi Minh ville (anciennement Saigon), je vais passer, en plus,  deux ou trois nuits dans les aéroports, dont celui de Dubaï, que je commence à bien connaître. Comme j'arrive vers 20h00 à l'aéroport de Saïgon, j'ai choisi d'attendre le lever du jour pour chercher mon hôtel.  Je ne me hasarde plus de nuit dans une ville inconnue : souvenir d'une expérience douloureuse à Bangkok en 2006.  Chercher un hôtel de nuit en Asie est une expérience risquée. je redoute les  chauffeurs de taxi qui sont souvent la nuit de redoutables prédateurs. Je préfère, largement, zoner quelques heures de plus dans l'espace climatisé d'un aéroport. Les responsables de la sécurité n'aiment pas trop les voyageurs qui s'attardent dans les zones de transit, mais ils sont quand même là pour nous protéger. J'ai quand même mes "trucs" à moi pour sécuriser mes bagages, comme ce cable de dérailleur de vélo que j'accroche à ma valise pour aviter de la voir disparaître pendant mon sommeil.

  J'ai vu un reportage à la télé sur Hô Chi Minh Ville. La ville a l'air de ressembler à Bangkok, avec sa circulation intense de petites motos. Sur place, je verrai vite les différences. Il doit y en avoir. Apparemment, le Vietnam a décidé d'oublier l'économie planifiée pour l'économie de marché. Elle rejoint la Chine avec régime capitaliste totalitaire/communiste. La Birmanie semble aussi adhérer au mouvement. Il n'est pas difficile de remarquer que les pays du Sud-Est Asiatique aiment les gouvernements forts. Je vais voir ce qu'il m'attend à Hô Chi Minh Ville.

 

 

 

Retour à l'accueil