Vendredi 23 Octobre 2015

  Les mois d'octobre et de novembre ont toujours été favorables à l'expression des revendications salariales au niveau national, surtout celles qui interpellent  l'Etat/employeur. Comme tous les ans, de nombreux salariés descendent  dans la rue : des gardiens de prisons, des avocats, des médecins, et aussi les salariés d'Air France venus soutenir leurs camarades mis en cause dans les violences de la semaine passée.

Les Français sont de grands Républicains, On n'hésite pas aujourd'hui à les appeler "citoyens et citoyennnes" comme aux beaux jours de la Révolution Française quand on coupait les têtes "des méchants". Les Français républicains et démocrates foulent nos belles avenues pour crier les mécontentement. Quand ils manifestent dans Paris, c'est pour le dire directement aux représentants de l'Etat, Premier Ministre et Président de la République.

les salariés cégétistes étaient de ceux-là. Ils étaient dans la rue pour demander au Gouvernement de faire pression auprès du Ministère Pubic pour faire lever les sanctions pénales requises à l'encontre de leurs camarades "salariés-voyous" qui font de la violence physique un moyen de négocier avec le patronat. Je ne sais pas comment l'affaire sera traitée au niveau de l'Etat.Le parquet recevra-t-il des instruction au niveau de l'Etat pour abandonner les poursuites ? Une affaire à suivre.

@@

La Grèce.

  Le Président Hollande, accompagné de chefs d'entreprises, poursuit sa visite en Grèce. Tout ce beau monde est à la recherche de bonnes affaires. C'est vrai la Grèce est à vendre.C'est le moment d'acheter. Les créanciers l'ont demandé. L'amour-propre des Grecs est touchée.

Le port du Pirée est déjà à moitié vendu à des entrepreneurs chinois, qui l'ont largement remis à flot, paraît-il. Quelques aéroports ont trouvé preneur en Allemagne.Les Français, sous la houlette de François Hollande cherchent encore quelque chose à acheter. Ce démantelement peut paraître tragique, mais si des investisseurs étrangers s'intéressent à une usine ou à un aéroport c'est pour les faire fonctionner. Faire de nouveau fonctionner l'outil de production grec ne me semble pas une mauvaise chose. En France, aussi, on cherche des entrepreneurs étrangers, et beaucoup d'entreprises françaises sont sous intérêts étrangers, à commencer par les palaces parisiens ou le Club Méditerranée.

@@

 

 

 

 

Il est à la recherche de quelques bonnes affaires. La France veut investir en Grèce et c'est le moment, ses créanciers lui ont demandé de vendre "ses bijoux de famille". Désolé pour l'amour-propre des Grecs. Il y a des moments, dans notre vie, où il faut faire des sacrifices. J'ai connu ça. Tout le monde a connu ça. D'autres pays sont passés par là, y compris l'Allemagne au moment de sa réunification.

@@

 

 

 

Retour à l'accueil