encore quelques dessins nuraux que l'on trouve sur les palissades de chantiers de construction.
encore quelques dessins nuraux que l'on trouve sur les palissades de chantiers de construction.
encore quelques dessins nuraux que l'on trouve sur les palissades de chantiers de construction.
encore quelques dessins nuraux que l'on trouve sur les palissades de chantiers de construction.

encore quelques dessins nuraux que l'on trouve sur les palissades de chantiers de construction.

Le quartier de Pudong
Le quartier de Pudong

Le quartier de Pudong

 

Il est maintenant 7 heures, les photos sont refusées.

pas assez de débit internet, je supoose.

J'arrête les frais, on verra demain.

.................

  L'internet de mon nouvel hotel (hôtel Amersino) fonctionne un peu. J'en profite pour vous donner quelques nouvelles.

  Aujourd'hui, 6 heures du matin, vendredi 11 Septembre, dans le quartier Nord (gare de chemin de fer, deux arrêts de métro après la Place du Peuple, je suis dans la Chine profonde.J'exagère, peut-être un peu, mais guère plus. parfois les trottoirs sont envahis d'objets personnels des habitants du coin, on peut voir les gens faire leurs lessive à la main ou avec leur machine à laver sur le trottoir. Les piétons n'ont pas de recours que de marcher sur la chaussée avec les voitures. Personne n'a l'air de s'en plaindre. On s'habitue à tout avec le temps (peut-être pas à tout, tous comptes faits).

  Les chinois sont aussi différents. Ils y a ceux qui parlent un peu anglais et ceux qui ne parlent pas un mot et qui repousse tout contact avec moi. Il y a aussi les vieux pas tous évidemment, mais beaucoup de vieux qui me fixent, le regard ailleurs ou sans regard, l'oeil perdu, transparent mort. Pénible. Quand je leur souris, je ne reçois rien en retour. Ils sont concentrés sur ce qu'ils leur reste de conscience. Je les croise surtout le matin quand ils vont faire leur courses, ou dans le bus. Ils ne prennent pas le métro, trop fatiguant, encombrés de jeunes.

Retour à l'accueil