Affiche dans le métro de Londres: les handicapés en vedette

jeux olympiques 2012

 

&&&

 

Mon "albatros" en préparation avant le grand saut de 9500 km.

BOEING 747-400

 

 

Jeudi 2O septembre 2012

  Un voyage n'est pas du temps gaspillé, c'est un temps prolongé ou amélioré. C'est un temps de l'ailleurs de l'entre-deux. Un temps de rencontre. 

  Mon premier avion a terminé son vol à London Heathrow. Le vieil aéroport, est à l'ouest de Londres, pas très loin du chateau de Windsor.  For sure, le reine doit râler d'avoir tous ces avions au-dessus de sa tête, qui attendent le signal pour atterrir. Je suis arrivé au Terminal 5. j'ai changé de terminal. Mon nouvel avion pour Bangkok partait du Terminal 3.

  Le T3 est une grosse plateforme  aérienne d'où partent les vols pour l'Asie et l'Océanie. Le mien  était prévu poour 22:05 heures. J'avais trois heures devant moi pour manger mon sandwich préparé à Saint Louis. Pas question d'accepter le sort des populations captives dans les aéroports et payer une fortune pour un verre d'eau ou un morceau de pain. (à cette appréciation toute général, je dois tout de même faire une exception pour Boot's qui vend ses sanswiches à un prix raisonnable. 

  A 19 h 00, il y avait foule dans mon Terminal 3.( C'est fou, maintenant que je parle du Terminal, je plonge dans le film de Steven Spielberg, avec Tom Hanks :  "Terminal", une belle  histoire de voyage, comme je les aime. London's Heathrow est vraiment une grosse place tournante pour l'Asie. les Anglais ont su garder des liens avec leurs anciens colonies d'Asie et d'Océanie.

  Comment s'est passé le vol Londres-Bankok ? Pas grand chose à dire. Le personnel a nourri les passagers. Les plateaux ont été promptement ramassés, les lumières ont été éteintes, les rideaux entre les compartiments tirés, et dodo les gentils passagers. Du bétail. Avec un chargement de chevaux de course en route pour Honkong, on aurait été mieux traité. 

  Le boeing 747-400 était rempli de jeunes en route vers de multiples aventures ou à la recherche d'un travail dans cette partie du monde. Je me suis coltiné deux voisins anglais qui n'ont pas daigné m'accorder la moindre attention (pas très British) tout absorbés qu'ils étaient dans leur magazine de voitures de courses. Ils étaient dans leur bulle. Nous vivons maintenant, paraît-il, dans des bulles. J'ai terminé le vol assis sur un strapontin tout au fond de l'appareil, à côté de la porte de secours, les jambes en l'air contre la coquille qui contient le tobogan de secours. Cela m'évitera peut-être une thrombose veineuse... A mon âge, je deviens attentif à ces détails, pas si insignifiant que ça. 

  Arrivé à Bankok, j'ai facilement trouvé mon mini-bus  qui m'a amené à la Place Monument. Là, j'ai pris mon bus 12, malheureusement dans la mauvaise direction. Pas grave. Une fois dans le bon bus,  les problèmes ont commencé. Un embouteillage monstre bloquait tous les axes de cirulation dans le Centre. Deux heures pour faire quelques kilomètres. Je serais bien descendu, mais il pleuvait et avec les bagages....Tous les passagers restaient calmes. Pas un frémissement de mécontentement. Même les Anglais auraient perdu leur flegme légendaire dans ce genre de situation, pas ici. Le bus était équipé d'un télévision  qui diffusait un soap. Un feuilleton thaï avec de beaux jeunes gens à la peau clair. Ici aussi, c'est bien d'avoir un peau claire. Je parvenais à suivre en partie l'aventure de coeur de l'héroïne. Ce n'était pas très difficile, car, comme dans les films indiens. Les yeux, la bouche des acteurs expriment bien les sentiments, la voix aussi. Après deux heures de cette attente, je suis quand même arrivé à destination, dans le quartier de Khao Sun Road.

&&&

 

      Bus de la ligne 12 équipé d'une télé

bus ligne 12 Bangkok

&&&

  J'ai retrouvé ma chambre 202 à Nakorn Ping Hotel. Elle était comme je l'ai quittée l'année dernière. Je suis sorti pour acheter ma nourriture du soir. Mon vendeur de riz/poulet était là, à la même place. Mon plat de riz était au même prix : 30 Baht.Je ne sais pas si il m'a reconnu. Je ne pouvais pas lui demander. Depuis mon premier voyage en Thaïlande, en 2005,  je ne vois pas beaucoup de changements. En France, on est toujours en travaux pour améliorer la voirie. Ici on ne touche à rien. Moderniser l'espace public ne paraît pas nécessaire aux autorités locales. Ou bien il n'y a pas d'argent pour le faire. Il y a bien sûr des quartiers neufs, comme à Singapour ou ailleurs. Mais les vieux quartiers ne respirent pas le propre. Les routes dangereuses. Les trottoirs sont défoncés. Les chiens livrés à eux-mêmes. Une vraie pagaille joyeuse règne sur la ville. C'est peut-être comme ça que Bangkok attire les touristes.C'est peut-être ça qu'être ZEN ?

&&&

 

Sortie dans quartier Petchaburi

  Cette année le bateau-bus fonctionne. Je l'ai pris pour aller chez Big C, un grand magasin de la capital (propriété de Casino).L'année dernière, j'avais écrit une lettre à la direction de Paris pour me plaindre du pain qui était vendu tous les jours dur comme du béton. On ne m'a pas répondu. Mais  cette année, j'ai eu la bonne surprise de constater que le pain était vendu  frais. Comment les Thaïs pourraient-ils  apprécier le pain français si on leur donne du pain rassis à manger ?

&&&

 

le bateau-bus sur les eaux troublées d'un canal 

DSCN0008

 

DSCN0010

 

  Le bateau-bus m'a conduit jusqu'à Petchaburi pour le même prix qu'un bus climatisé. Avec le fun en plus. Déjà pour monter dedans, il faut s'accrocher à une corde (que l'on voit bien sur la photo) pour ne pas tomber à l'eau, dans une eau qui sent mauvais. Les égoûts sont manifestement déversés dans les canaux et le fleuve de la ville. C'est assez dégueu, mais on s'habitue. Les autorités de Bangkok semblent avoir beaucoup de mal à gérer le problème de l'eau. Ca pue. Ces bateaux sont de véritables machines de guerre. Le pilote conduit ces engins comme il le ferait avec un jeu vidéo. Quelle habileté ! Quelle audace ! Tous les passagers sont sur le qui-vive, s'attendent à tomber à la baille. Leur attention est focalisée sur les incidents qui pourraient intervenir au cours de leur traversée, prêts à échapper aux éclaboussures d'eau sale. Des bâches de protection sont prévues, mais sans grande efficacité. Des passagers sont supposés les remonter à chaque arrêt. 

  J'ai retrouvé mon magasin Big C, lui aussi, inchangé. J'ai mangé des nouilles et des légumes pour 22 Bahts (un peu plus de 1 euro). J'ai mangé des légumes inconnus à la texture bizarre. Je n'ai pas été malade. J'ai lorgné sur les gateaux, c'est tout. Trop plein de sucre. Je suis rentré à pied. Il pleuvait un peu. Il pleut tous les jours depuis que je suis arrivé. C'est la première fois que j'ai tant de pluie. Ici on s'inquiète sur la montée des eaux. Ils craignent une nouvelle innondation.

  A propos de voyage. Je me suis enfin décidé pour acheter mon billet d'avion pour Hong Kong. Le voyage se fera du 9 octobre au 16 octobre, avec Thaï Airways. A partir de la France, je ne parvenais pas à trouver de billet d'avion à un prix correct chez une compagnie comme Thaï. Même ici,en faisant ma recherche sur internet en langue française, c'est plus cher. Les services de marketing sont de plus en plus féroces !

&&&

 

chien en attente de  jours meilleurs

DSCN0015

 

&&&&&

&&&&

&&

&

 

Retour à l'accueil