Coup sur coup, deux incendies politiques, le premier à Beyrouth, un énorme incendie dans un hangar de la Croix rouge,  où était entreposé de la nourriture qui devait être distribuée aux personnes suite à l'explosion du mois dernier. Le deuxième incendie s'est déclaré dans le camp de migrants de l'Île Lesbos en Grèce qui concerne au moins 13 000 personnes. 

   Après l'énorme explosion qui a détruit un quartier de Beyrouth, voici un incendie qui emporte une partie de l'aide alimentaire qui devait être distribuée aux sinistrés. Il y a de quoi être sidéré. Je ne peux pas imaginer que cet incendie soit d'origine accidentelle. Il y a des personnes dans cette ville qui veulent la mort de ce pays en ruinant la population de tout espoir de s'en sortir. Comme on dit " trop c'est trop". Qui pourrait être derrière cette attaque incendiaire ? Un Etat ? Une communauté politique. Je verrai bien s'exprimer les opinion dans la presse. C'est vraiment très triste pour le Liban.

   L'incendie du camp de migrants de l'Ile de Lesbos, c'est autre chose. Des réfugiés sont, depuis des années, en attente d'une décision les concernant. Les décisions tardent trop souvent à venir. Plusieurs années sont-elles vraiment nécessaires pour savoir si telle ou telle famille est éligible à son accueil dans un pays ou un autre ?  En attendant les réfugiés attendent longtemps , dans des conditions  difficiles, avant de savoir ce qu'ils vons devenir. 

  C'est peut-être le désespoir qui a mis le feu au camp. Dans la presse de ce matin les journaux ont tous titré pareil : honte à l'Europe.  

Le feu comme argument politique.
Retour à l'accueil