Mon vieux copain assistant social vient de publier un nouveau roman ; "L'officier de fortune" qui a l'air de bien marcher. De bonnes critiques dans les journaux dont une de Jérôme Garcin.  Un petit livre de 144 pages que j'ai lu en entier...Comme pour ses livres précédents, Xavier Houssin évoque sa famille. Il a déjà écrit un livre sur sa mère : "La mort de ma mère". Il a décidé de raconter l'histoire de vie de son père qu'il n'a pratiquement pas connu. C'est ça la poésie et la littérature, parce que Xavier est peut-être plus poète qu'écrivain. Cela  ne gêne pas au contraire parce que son écriture est absolument somptueuse. Xavier a une écriture agréable à lire. C'est d'ailleurs la critique que m'a faite la bibliothécaire de la médiathèque de Cannes à qui j'ai fait lire la mort de ma mère il y a quelques années.Voilà. En ce moment je bataille pour lire en anglais un roman de fiction The rift de Nina Allan, un livre de 400 pages. je m'accroche pour ne pas tomber. Le livre est écrit dans un langage familier, c'est plein d'expression de la langue courante, proche de l'argot. Des heures de lecture pour quelques pages seulement.

    Autre chose. Mona Ozouf et Sylvie Pierre-Brossolette sont intervenues sur C'est à vous de ce vendredi 12 juin, elles m'ont convaincu de regarder de regarder le documentaire sur le Colonel Passy et Pierre Brossolette, leur engagement pendant la guerre, programmé sur France 3 le jeudi 18 juin à 22h45.

    Xavier Houssin me prend tout mon temps. Son livre a l'air de bien marcher. J'essaie de lire ce que l'on écrit sur son dernier roman. Il y a beaucoup à lire. Je suis content pour lui. J'aimerais bien que ce livre lui rapporte un peu d'argent parce qu'il est dans la dèche. C'est ce qu'il dit dans son blog ; "les allers simples". A moi, il ne s'est jamais plaint d'être "juste financièrement. Pour lui, être dans la dèche, c'est ne plus aller fréquemment au restaurant ou cesser de manger de bons produits. Parce que chez lui on mange bien et on boit bien. C'est au cours de mes visites que je vois combien la nourriture peut avoir bon goût quand on y met le prix. Chez Xavier et Amélie on mange bien. Pour un pauvre comme moi, c'est du plaisir à tous les étages. Pourvu que cela dure. Je pense qu'il va s'en sortir. Il y des gens comme cela, ils ont toujours peur de manquer. Comme si ils avait connu la misère dans leur petite enfance. Traumatisme ?

Retour à l'accueil