Les tribulations d'un chauffeur de bus.####

   Les tribulations d'un chauffeur de bus.

    Il était  accroché à son volant, comme s'il devait en permanence ajuster sa trajectoire. Le chauffeur du bus N° 2 faisait peine. C'était peut-être son premier jour sur cette ligne, livré à lui-même, seul, en charge d'une cinquantaine de passagers. Déjà, au départ, en tête de station à Mandelieu, il avait eu des difficultés à sortir la rampe pour libérer un fauteuil roulant du bus. Au démarrage, il a fait une annonce un peu surprenante : je ne passe pas au Capitou, pour le Capitou, vous devez prendre le bus suivant. Une dame a demandé une explication. Il a simplement répondu "'parce que je ne sais pas où c'est". De peur de se perdre, il a préféré éviter un quartier inconnu. Logique.

   Notre conducteur débutant m'a quand même amené à bon port, pas sans à-coups dans la conduite.

  J'ai appris, par le bande, qu'une équipe de surveillants, comme à la SNCF, veillait au bon fonctionnement du réseau des bus. Notre pauvre chauffeur semblait empêtré dans cette galère, avec d'un côté des voyageurs exigeants et de l'autre un satellite qui surveille et qui informe les surveillants de ses problèmes de conduite.

  Notre monde moderne est de plus en plus organisé par des techniques de métronome. Les satellites informent avec précision sur ce que l'on fait de notre journée. Un outil qui surveille et qui informe. Notre vie est sous contrôle, le Big Brother d'Orwell. Gare aux écarts, les livreurs, routiers, taxis Uber, sont sous contrôle.

   La localisation GPS réduit notre liberté individuelle. Les gens ne se rendent pas encore compte. Pire, ils aiment ça. Le téléphone sonne en permanence dans les bus que j'emprunte tous les jours. J'entends en permanence des " t'es où ?" " t'es-où?". Le smart-phone est notre bracelet électronique du détenu en semi-liberté. Les gens ne se rendent pas encore compte. Ils me font de la peine. Nos vies sont maintenant surveillées, par qui ? On ne sait pas trop. Les renseignements généraux ? les Russes ? Les commerçants ? Les cites pornos. L'avenir me paraît chargé. Nous sommes dans un maillage numérique d'où il sera difficile de s'extraire, à moins de partir vivre dans une grotte ou dans les bois.

~.~

 

Une nouvelle vitrine de Louis Vuitton à Cannes. Ne me demandez pas si c'est beau ou pas beau. Ce n'est pas ça le plus important; Ce qui compte c'est la création, la composition de l'image. personnellement, je trouve les images originales, beaucoup de verdure, de fraîcheur, vraiment dans l'air du temps.Léger aussi,.
Une nouvelle vitrine de Louis Vuitton à Cannes. Ne me demandez pas si c'est beau ou pas beau. Ce n'est pas ça le plus important; Ce qui compte c'est la création, la composition de l'image. personnellement, je trouve les images originales, beaucoup de verdure, de fraîcheur, vraiment dans l'air du temps.Léger aussi,.

Une nouvelle vitrine de Louis Vuitton à Cannes. Ne me demandez pas si c'est beau ou pas beau. Ce n'est pas ça le plus important; Ce qui compte c'est la création, la composition de l'image. personnellement, je trouve les images originales, beaucoup de verdure, de fraîcheur, vraiment dans l'air du temps.Léger aussi,.

La baraka de Gérard HOFFALT

La baraka de Gérard HOFFALT

La Baraka : le journal d'un appelé du contingent pendant la Guerre d'Algérie.

   J'ai trouvé un livre publié à compte d'auteur dans la boîte aux livres de Mandelieu. Ce livre a été écrit par un monsieur qui a largement dépassé les 70 ans. C'est un livre mémoire de ses jeunes années quand il faisait son service militaire en Allemagne et en Algérie.

  Au début de ma lecture, j'ai trouvé le livre barbant. il retrace en détails, la vie d'un troufion qui débarque dans une caserne. Et puis, petit à petit, je me suis pris de sympathie pour ce jeune homme qui essayait de gérer au mieux son nouvel environnement pour "souffrir" le moins possible. Il n'a pas cherché une planque, comme l'on fait de nombreux appelés, dit l'auteur. Il a décidé de taper plus haut : les EOR, la formation d'officier. 

  Avec ce livre j'ai retrouvé le contexte de la Guerre d'Algérie, guerre d'indépendance du peuple algérien. Un grand gâchis d'énergie, d'argent, et surtout, de vies humaines. Cette guerre s'est soldée par une victoire à la pyrrhus, autant pour la France comme pour l'Algérie. La France a essayé de protéger au mieux les Français installés en Algérie, pour certains, depuis plusieurs générations.

  Huit années d'un conflit meurtrier qui a fait plus de 25 000 victimes côté français et beaucoup plus du côté algérien. Au final, la majorité des Pieds Noirs (les colons) sont rentrés en France en laissant tout derrière eux.

   Les Algériens ont gagné leur indépendance. Mais, aujourd'hui, 56 ans plus tard, je constate que l'Algérie n'a toujours pas atteint le développement économique qu'elle avait espéré. L'Algérie vivote. L'Etat bureaucratique essaie de s'ouvrir à l'économie de marché, ce qui ne se fait pas facilement.

    Ce livre a remis la guerre d'Algérie à l'ordre du jour dans le blog d'Alinos. J'avais oublié l'Algérie. On ne parle plus de l'Algérie aujourd'hui. Il n'y a rien à dire.L'Algérie ne fait pas parler d'elle. 

   La France essaie d'oublier la guerre d'Algérie. Mais ni les rapatriés d'Algérie, ni les Algériens ont fermé la plaie. Je l'ai bien vu quand le Président Macron a visité l'Algérie le 6 décembre dernier. 

 

Retour à l'accueil